Office fédéral des routes (OFROU)

Pas de vitesses minimales pour les poids lourds

Berne (ots) - Il n'y a pas lieu, pour l'instant, de prescrire de vitesses minimales pour les poids lourds traversant les Alpes: telle est la conclusion de l'Office fédéral des routes et d'un groupe de suivi composé d'experts cantonaux de la circulation après une analyse approfondie de la question. D'autres mesures sont toutefois proposées pour augmenter l'homogénéité du trafic et accroître la sécurité routière sur les axes alpins. L'Accord sur les transports terrestres conclu avec l'UE oblige la Suisse à porter graduellement la limite des poids lourds à 40 tonnes au cours de ces prochaines années. La perspective de son application a fait craindre que cette mesure ne provoque des embouteillages supplémentaires sur les axes routiers alpins en raison de la présence accrue de camions faiblement motorisés. C'est pourquoi le Parlement a complété, au 1er janvier 2001, la loi sur la circulation routière par un article permettant à la police d'arrêter les poids lourds qui ne peuvent pas atteindre la vitesse minimale signalisée et de leur faire faire demi-tour. Un groupe de travail de l'Office fédéral des routes et des cantons a ensuite examiné les possibilités d'une introduction généralisée de vitesses minimales, imposées par la loi, pour le trafic marchandises à travers les Alpes. Dans son rapport final, ce groupe de travail conclut que s'il est techniquement possible d'introduire des vitesses minimales obligatoires pour les poids lourds sur les itinéraires de montagne, cette mesure serait difficile à appliquer. Elle est surtout jugée inapplicable parce que la preuve juridique de son non-respect nécessiterait la mise en oeuvre de moyens importants. En revanche, pour les passages alpins présentant de fortes déclivités, le rapport propose les mesures suivantes: - Optimisation de la signalisation routière (applicable à court terme): Examiner de près différentes possibilités d'utiliser et de combiner des signaux. Les mesures envisagées dans ce sens consisteraient notamment à abaisser la vitesse maximale autorisée et, sur les sections à plus de deux voies, à interdire aux camions de dépasser et à désigner des voies obligatoires pour ces derniers, pour les autocars et les voitures de tourisme avec remorque. - Infrastructure et contrôles (applicable à moyen terme): Améliorer les infrastructures et les contrôles du trafic par la police, afin de rendre la circulation plus fluide et de renforcer la sécurité routière. De tels projets sont déjà en cours (amélioration du contrôle du respect des hauteurs maximales prescrites pour les véhicules sur l'accès au Gothard, intensification des contrôles du trafic des poids lourds, aménagement d'aires de contrôle et création des bandes d'arrêt, manquantes, sur les tronçons névralgiques des passages alpins). L'Office fédéral des routes poursuit actuellement l'étude de ces propositions. ots Originaltext: OFROU Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Michael Gehrken, Office fédéral des routes, tél. +41 31 324 14 91 Informations détaillées: le condensé du rapport final «Vitesse minimale pour les véhicules motorisés lourds servant au transport des marchandises» figure sous: http://www.astra.admin.ch/Fr/service/index.html (Publications)

Ces informations peuvent également vous intéresser: