Bundesamt für Strassen ASTRA

Galeries de protection du réseau des routes nationales: un groupe d'experts vérifie les zones sensibles

      Berne (ots) - A la suite de l'accident de Chüebalm au début janvier
2003, l'Office fédéral des routes (OFROU) et ses partenaires
cantonaux ont promptement mis sur pied un groupe d'experts ayant
pour tâche d'examiner la sécurité des galeries de protection
potentiellement sujettes au danger de chute de pierres. Ces
premières vérifications n'ont débouché nulle part sur des mesures
d'urgence. Cependant, elles ont montré que 9 cantons sont concernés
par ce type de constructions, essentiellement les cantons alpins.
Toutefois, l'analyse approfondie en deuxième phase se doit d'être
exhaustive et s'inscrire dans l'ensemble des dangers naturels. Un
rapport constitué de recommandations et si nécessaire un plan
d'action est attendu pour la fin de l'été. L'accident naturel qui
s'est produit sur le portail du tunnel de Chüebalm le 4 janvier
2003, heureusement sans dommage corporel, a immédiatement déclenché
la création d'un groupe interdisciplinaire d'experts, constitué
spécialement d'ingénieurs, de géologues et de géotechniciens. Leur
tâche englobe d'une part l'inventaire des zones à risques et des
dangers en établissant une image de la situation actuelle, d'autre
part le choix des mesures de protection et de prévention
envisageables.

Situation actuelle: pas de problèmes imminents

    Un premier recensement intermédiaire, réalisé par les cantons eux- mêmes jusqu'à la fin avril 2003, montre que 9 d'entre eux, tous alpins, sont potentiellement concernés par des chutes de pierres sur des galeries de protection situées à l'entrée des tunnels. Cependant, la vérification préliminaire a clairement montré que les ouvrages de protection sont en bon état et ne nécessitent pas de travaux de réfection ou de consolidation urgents. De plus, aucune constatation de risques imminents n'a pu être faite.

Elargissement de l'expertise à tous les systèmes de protection contre les chutes de pierres et mise en relation avec les autres risques

    Grâce à son interdisciplinarité, le groupe d'experts qui s'est déjà réuni 2 fois aborde aussi bien l'aspect du danger que les dispositions pour le prévenir ou y faire face, comme la surveillance, la consolidation ou le minage de blocs instables, les filets et les galeries de protection. En outre, il ne se limite pas à examiner la sécurité des ouvrages de protection contre les chutes de pierres, il pose aussi la question des degrés de protection sur l'ensemble du réseau des routes nationales. A ce propos, le risque découlant des chutes de pierres sera mis en relation avec les autres risques naturels (tels les séismes ou les avalanches) ou liés au trafic routier. L'ensemble des données recueillies, cumulées aux événements naturels recensés et aux enseignements qui en découlent permettra d'ici environ la fin de l'été d'établir le point de la situation et de proposer un plan d'action ciblé selon les priorités.

DETEC Département fédéral de l’Environnement, des Transports, de l’Energie et de la Communication

Service de presse

Renseignements: Service d’information de l’Office fédéral des routes (OFROU) 031 324 14 91



Plus de communiques: Bundesamt für Strassen ASTRA

Ces informations peuvent également vous intéresser: