Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Nouvelle prise de position de Caritas Suisse: La Suisse, pays d'immigration, a besoin d'une politique migratoire durable

    Luzern (ots) - Les problèmes liés à la migration en Suisse ne se résolvent pas en érigeant des barrières avec des lois sur l'asile et les étrangers. C'est le constat que fait Caritas Suisse dans sa nouvelle prise de position. L'oeuvre d'entraide revendique une politique migratoire qui admette le fait que la Suisse est un pays d'immigration.

    La publication "Où en est la politique migratoire de la Suisse?" soumet des propositions pour une politique migratoire durable et orientée vers l'avenir. Caritas veut contribuer à une politique objective et différenciée qu'elle estime nécessaire de toute urgence.

    Caritas considère que la politique d'asile a été marquée par de constants durcissements qui s'avèrent de plus en plus problématiques du point de vue des droits de l'homme. L'oeuvre d'entraide ne conteste pas le fait qu'il faille aborder de front les problèmes dans le domaine de la migration. Mais sous prétexte de "lutte contre les abus", le droit d'asile a été considérablement affaibli alors que les dispositions pénales offrent déjà suffisamment de possibilités pour lutter contre les abus et la criminalité.

    La Suisse a besoin d'immigrés peu qualifiés

    Caritas estime que la Suisse a un besoin de travailleurs peu qualifiés qui ne peut actuellement être couvert à cause de la nouvelle loi sur l'asile. La Suisse doit par conséquent autoriser la venue de travailleurs peu qualifiés d'Etats tiers si elle ne veut pas risquer que le problème des sans-papiers ne s'aggrave. La politique de l'isolement que l'on observe dans toute l'Europe, conduit à une augmentation de l'immigration illégale. Caritas s'engage aussi en faveur d'une régularisation conséquente des sans-papiers vivant depuis quatre ans au moins en Suisse.

    Caritas observe que l'actuel climat socio-politique renforce l'exclusion des plus faibles de la société. Les migrants, en particulier les migrantes et leurs enfants, sont particulièrement touchés. Caritas estime qu'une politique de l'intégration est vouée à l'échec si elle demande une adaptation totale des immigrés à notre société. C'est la raison pour laquelle elle exige une politique d'intégration avec des droits et des devoirs pour les immigrés mais aussi pour les indigènes.

    Les chiffres 2006 de Caritas Suisse

    Le directeur de Caritas Suisse, Jürg Krummenacher, a présenté à la conférence de presse à Berne quelques chiffres pour 2006. Les dépenses se sont élevées à 113,6 millions de francs, dont 68 millions ont été utilisés pour les projets à l'étranger. Les frais généraux, à savoir les frais pour la recherche de fonds, la publicité et l'administration se montent à 6,5 pour cent. Caritas Suisse a réalisé un bon résultat en ce qui concerne les dons avec un montant de 24,3 millions bien qu'il soit largement inférieur à celui de l'année du tsunami en 2005 (31,6 millions). Comparé aux chiffres de ces dix dernières années, ce résultat est excellent. Les contributions de la Chaîne du Bonheur et d'autres organisations Caritas totalisent un montant de 43,3 millions de francs. Les pouvoirs publics ont versé 29,6 millions à Caritas.

    Où en est la politique migratoire de la Suisse? Chances et défis. Prise de position de Caritas Suisse. 198 pages, 18 francs. Pour le commander: Caritas Suisse, secteur Communication, Löwenstrasse 3, 6002 Lucerne, tél: 041 419 22 22, courriel: info@caritas.ch ou sous www.caritas.ch/shop

ots Originaltext: Caritas Suisse
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Monsieur Grégoire Praz
porte-parole pour la Suisse romande de Caritas Suisse
Tél.: +41/79/637'62'85.



Plus de communiques: Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: