Städteinitiative Sozialpolitik

Initiative des villes: Politique sociale - Intégration professionnelle entre succès et excès

Zurich (ots) - Pour régler la sécurité sociale de base, de plus en plus de personnes ont recours à l'aide sociale et par conséquent aux communes. Ces dernières sont en outre particulièrement sollicitées par la mission de l'intégration professionnelle qui leur a été confiée. Au cours de sa conférence, l'Initiative des villes s'est penchée sur la question suivante: que faut-il faire pour que les bénéficiaires de l'aide sociale trouvent leur place sur le marché du travail? Empêcher l'exclusion sociale des personnes concernées fait également partie de cet objectif ambitieux. Les spécialistes du domaine social et le monde politique partagent cet avis: si l'aide sociale se contente d'assurer la survie matérielle des personnes qui dépendant de son soutien, elle ne remplit pas sa fonction. Ne serait-ce que pour des arguments économiques, ce type de rente financée par la commune ne peut pas être la meilleure solution. Le principe de l'objectif de l'AI - l'intégration plutôt que la rente - vaut donc également pour l'aide sociale. C'est une mission difficile, car elle doit souvent accueillir des personnes chez qui les démarches d'insertion professionnelle de l'assurance chômage ou les assurances maladie ou accident ont échoué, et qui ne reçoivent pas de soutien de l'AI. A cela s'ajoute que le marché de l'emploi ne peut pas absorber toutes les personnes qui souhaitent travailler, raison de plus de relativiser les attentes vis-à-vis de l'aide sociale. Gros investissement des villes dans l'intégration professionnelle Pour l'aide sociale et ses clients chaque placement compte. Afin de réaliser leur mission intégrative, les villes ont mis sur les rails les programmes les plus divers: qualification, placement individuel ou fondation d'entreprises sociales, comme le pratique Zurich. De nombreuses villes ainsi que quelques cantons, notamment le canton de Vaud, déploient de grands efforts pour rendre possible aux jeunes l'entrée dans une formation ou dans le monde professionnel. Le partenaire important: le monde économique Le monde économique joue un rôle déterminant dans la coopération aboutissant une (ré)insertion professionnelle dans les cas les plus divers. Des entreprises créent de nouveaux emplois de niche qui tout en n'étant pas d'une rentabilité éclatante sont socialement payantes. Le monde économique confie des contrats à des entreprises sociales et à des programmes d'occupation. Il existe des exemples encourageants dans la disponibilité de certaines entreprises pour organiser une vraie collaboration. L'Initiative des villes: Politique sociale met l'accent sur la grande portée sociale et économique d'une intégration professionnelle réussie même si c'est un objectif réaliste pour une partie des bénéficiaires de l'aide sociale seulement. Elle réclame un soutien pour les communes et tout particulièrement pour les villes qui sont fortement sollicitées. Les cantons et la Confédération sont invités à assumer la responsabilité et le cofinancement de l'intégration professionnelle des bénéficiaires de l'aide sociale. Quant aux entreprises, avec le soutien professionnel des offices sociaux, elles sont appelées à recruter davantage de personnes qui sont pleinement ou partiellement en mesure de travailler. Dossiers de presse et documents de la conférence: www.initiative-villes.ch / www.staedteinitiative.ch ots Originaltext: Initiative des Villes Internet: www.presseportal.ch/fr Contact: M. Ruedi Meier président de l'Initiative des villes: Politique sociale Tél. +41/41/208'81'32

Ces informations peuvent également vous intéresser: