Max Havelaar-Stiftung (Schweiz)

Fairtrade ouvre de nouveaux marchés pour les petits producteurs dans les pays en voie de développement

Bâle (ots) - La Fondation Max Havelaar lance les programmes Fairtrade en Suisse.

Fairtrade lance un modèle supplémentaire de commerce équitable à l'échelle mondiale pour les denrées cacao, sucre et coton. Sous la dénomination internationale «Fairtrade Sourcing Programs» («Programmes d'approvisionnement Fairtrade»), les nouvelles opportunités commerciales sont destinées à augmenter le nombre de débouchés pour les petits paysans qui, jusqu'ici, n'ont pu vendre qu'une partie de leurs récoltes sous les conditions Fairtrade, plus avantageuses. Le modèle nouvellement introduit sera appliqué en complément aux règles existantes pour les produits certifiés Fairtrade, qui demeurent inchangées.

Depuis la fondation de Fairtrade il y a 25 ans, la présence de produits labellisés Fairtrade dans les magasins a évolué en permanence. Chaque année, davantage de familles de petits cultivateurs ont ainsi pu profiter de conditions de travail et de vie améliorées dans les pays émergents et en voie de développement. Mais il reste beaucoup à faire: par exemple, la part de marché du cacao Fairtrade équivaut à 1,2 pourcent seulement dans le monde entier. En Suisse, pays du chocolat, cette part s'élève à 2,5 pourcent. Il en va de même pour le sucre et le coton, autres matières premières Fairtrade. En même temps, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à concentrer leur effort sur la durabilité et, ce faisant, à mettre plus souvent l'accent sur l'approvisionnement en matières premières, à la place de ou en complément à la certification de leurs produits finis.

Un modèle intéressant pour les producteurs, le commerce et les consommateurs

Les Programmes Fairtrade répondent à cette nouvelle tendance: «Ces nouveaux programmes offrent aux cultivateurs de cacao, de sucre et de coton une opportunité dont ils ont urgemment besoin: pouvoir écouler une plus grande part de leurs récoltes aux conditions Fairtrade. En outre, un nombre croissant de coopératives et donc de familles paysannes va pouvoir se qualifier pour obtenir la certification Fairtrade. C'est là un facteur essentiel pour augmenter l'impact de Fairtrade et renforcer ainsi la position des producteurs», déclare Nadja Lang, directrice de la Fondation Max Havelaar (Suisse) qui décerne le Label Fairtrade en Suisse.

Grâce au nouveau modèle de commerce équitable, les entreprises auront la possibilité de s'engager pour Fairtrade également au niveau des différentes matières premières. Les standards de production en termes de culture durable et de commerce équitable continueront à être appliqués inchangés et seront valables aussi bien pour la certification de produits Fairtrade que pour les Programmes Fairtrade. Rien ne changera donc pour les producteurs de cacao, de sucre et de coton, si ce n'est qu'ils disposeront de débouchés supplémentaires grâce aux Programmes. Ils pourront en effet vendre de plus grands volumes aux conditions Fairtrade et bénéficier ainsi des avantages qui en découlent, notamment de la Prime Fairtrade.

Quant aux consommatrices et consommateurs, le nouveau modèle leur propose des possibilités supplémentaires de s'engager en faveur de conditions du marché équitables, au profit des petits agriculteurs dans les pays émergents et en développement.

Emmanuel Sarpong, cultivateur de cacao et chef de la coopérative Asunavo North au Ghana, ne vend que 30% environ de sa récolte aux conditions Fairtrade aujourd'hui. Il explique: «Nous voulons augmenter à 70% nos ventes de produits Fairtrade, car nous avons une vision! Nous aimerions construire une petite usine destinée à la transformation du cacao et améliorer ainsi la création de valeur à la source. Le nouveau modèle Fairtrade nous aidera à atteindre ce but.»

Premiers partenaires du nouveau

Programme Fairtrade La Fondation Max Havelaar (Suisse) compte parmi les premières organisations Fairtrade nationales du monde à introduire les Programmes Fairtrade sur le marché, en association avec ses partenaires commerciaux. En Suisse, le grossiste Coop, le fabricant de biscuits Kambly et le fournisseur de vêtements de loisir Switcher sont les trois premiers partenaires de la Fondation Max Havelaar. Dès le début des années 1990, Coop s'est systématiquement engagé pour Fairtrade et propose aujourd'hui l'assortiment le plus étoffé de produits Fairtrade en Suisse. Portant son engagement encore plus loin, Coop va introduire le Programme Fairtrade Cacao en modifiant son premier produit: la marque de biscuits Chococroc propriétaire de Coop ne contiendra plus que du cacao équitable. D'autres produits sont prévus pour cette année. «Coop a pour objectif de s'approvisionner exclusivement en cacao certifié Fairtrade pour l'ensemble de ses propres marques d'ici 2017 et de motiver les producteurs d'autres marques de passer eux aussi au cacao Fairtrade», déclare Roland Frefel, membre de la Direction du Marketing et des Achats chez Coop.

Outre ses propres produits, Coop mettra en vente également les biscuits Kambly, société qui fait elle aussi partie des nouveaux partenaires Fairtrade. La marque traditionnelle Kambly s'est engagée à acheter aux conditions Fairtrade l'ensemble du cacao nécessaire à la production de ses deux nouveautés récemment lancées, les biscuits «Knusper-Nuss» et «Milch-Truffe». Troisième partenaire de la première heure, le fabricant de vêtements de loisir Switcher avait lancé dès 2005 son premier t-shirt en coton Fairtrade. Dans le cadre du Programme Fairtrade Coton, Switcher s'engage maintenant à s'investir pour les cultivateurs de coton Fairtrade en augmentant son implication progressivement au cours des cinq prochaines années.

Des labels clairement distincts

Les partenaires Fairtrade pourront désormais déclarer leurs produits contenant une matière première Fairtrade, pourvu que celle-ci remplisse les critères du Programme. Le visuel du label Programme se distingue clairement du label de qualité connu apposé aux produits. Nadja Lang, Fondation Max Havelaar (Suisse), à ce propos: «Il est important que les consommatrices et consommateurs puissent faire la distinction entre ces deux modèles de commerce équitable, tout en sachant qu'il n'existe qu'un seul concept Fairtrade qui pose des exigences identiques.»

Contact:

Fondation Max Havelaar Suisse
Tél. 061 271 75 00
www.maxhavelaar.ch/programm

Fred Lauener
Directeur Coopération internationale & Relations publiques
f.lauener@maxhavelaar.ch
Katrin Dorfschmid, Contact médias (D)

k.dorfschmid@maxhavelaar.ch
Florie Marion, Contact médias (F)
f.marion@maxhavelaar.ch


Ces informations peuvent également vous intéresser: