Discours Suisse

Discours Suisse: Chômage des jeunes - Le Tessin touché avec 9,8 % de jeunes sans travail

Lugano (ats/ots) - N'importe quel écolier qui termine sa scolarité obligatoire peut dénicher une place d'apprentissage au Tessin. En revanche, l'entrée sur le marché du travail est plus problématique. Le chômage parmi les jeunes âgés de 20 à 24 ans atteint 9,8 %. Une moyenne élevée. Pour Meinrado Robbiani, conseiller national PDC et secrétaire syndical auprès de la section tessinoise de la Confédération des syndicats chrétiens de Suisse (CSC), la conjoncture économique défavorable et la libre circulation des personnes en sont la cause. "Les entreprises n'ont aucune peine à recruter du personnel qualifié et expérimenté, mais moins cher, en Italie voisine" estime-t-il. Les jeunes gens qui ne parviennent pas à percer sur le marché du travail sont principalement ceux qui, hormis l'apprentissage, n'ont pratiquement aucune expérience professionnelle. Meinrado Robbiani qualifie la situation de "très préoccupante." Le PDC à la rescousse Au début du mois de mars, le PDC tessinois a déposé une motion au parlement cantonal. En sept points, il propose des solutions pour lutter contre le chômage des jeunes. La motion prévoit notamment que les jeunes peu qualifiés puissent se perfectionner, par exemple au cours de stages organisés en Suisse allemande ou à l'étranger. Elle demande la mise en place de contrats d'occupation entre le canton et les grandes entreprises ainsi que le lancement de campagnes d'information. Elle souhaite aussi qu'une étude analyse le phénomène en profondeur. Pas pire qu'avant Toutefois si les syndicats sont plutôt soucieux, le canton affiche une certaine tranquillité: "les choses étaient déjà ainsi par le passé et les jeunes de 20 à 24 ans ont toujours été les premiers touchés par le chômage. Seul le nombre a changé", déclare Sergio Montorfani, responsable de la section du travail du département cantonal de l'économie. Il ajoute que la situation était bien pire dans les années 90. Ainsi, en 1997, le taux de chômage atteignait 7,8 % alors qu'il est de 5,4 % aujourd'hui. Le Tessin est confronté depuis des décennies au va-et-vient des frontaliers italiens. Il ne doit donc pas craindre les retombées de la libre circulation des personnes. Selon Sergio Montorfani, le canton est mieux armé pour affronter les conséquences des accords bilatéraux que la plupart des cantons alémaniques. Rôle du gouvernement De telles déclarations font bondir Giuliano Bignasca, président de la Lega des Tessinois. Il est convaincu que la situation sur le marché tessinois du travail s'aggravera davantage avec l'entrée en vigueur des accords bilatéraux et à cause de la conjoncture toujours plus faible. L'entrepreneur et éditeur luganais reproche au gouvernement tessinois de ne pas voir les choses en face: "le véritable problème du Tessin et des Tessinois est effectivement le chômage. Mais au lieu de le combattre concrètement, notre Conseil d'Etat se préoccupe davantage de la fumée dans les lieux publics ou du bruit produit par les luges à moteur", a-t-il récemment écrit dans les colonnes de son hebdomadaire dominical. ots Originaltext: Discours Suisse Internet: www.presseportal.ch/fr Contact: Discours Suisse c/o FORUM HELVETICUM Case postale 5600 Lenzburg 1 Tél. +41/62/888'01'25 Fax +41/62/888'01'01 E-Mail: info@forum-helveticum.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: