Dép. féd. enviro., transp., énerg., comm

Nouveaux éléments déterminants pour le tracé dans le canton d'Uri

Berne (ots) - On dispose de nouveaux éléments qui permettront de se déterminer sur la planification de la NLFA dans le canton d'Uri: deux études sur le tracé ont montré que la variante dite «vallée» pourrait encore être améliorée et qu'une variante «montagne longue» serait réalisable. Une autre étude conclut que les effets négatifs des transports pourraient être atténués par des mesures de planification. Le DETEC a chargé l'Office fédéral des transports (OFT), en collaboration avec l'Office fédéral du développement territorial (ARE), d'élaborer avant l'été des options pour la suite des travaux concernant la NLFA. Il faudra notamment évaluer les conséquences politiques et financières liées à la réalisation de la variante «montagne longue» qui serait construite après le tunnel de base du Gothard. Le 19 juin 2000, le Conseil fédéral a approuvé l'avant-projet du tracé de la NLFA entre le portail d'Erstfeld et la zone située au sud d'Altdorf, avant-projet conforme à la variante dite «vallée». Simultanément, il s'engageait à créer les conditions requises en vue d'améliorer les tronçons d'accès de la NLFA dans le canton d'Uri. Pour assurer le suivi des travaux, le DETEC, département en charge du dossier, a constitué un comité dirigé par l'Office fédéral du développement territorial (ARE) et composé de représentants du canton d'Uri, de la Confédération et des experts des CFF ainsi que d'AlpTransit Gothard SA. Les résultats définitifs des quatre études commandées cette année par l'OFT et l'ARE sont maintenant disponibles: 1. Etude «Optimisation de la variante de vallée Uri»: l'objet de cette étude était d'élucider le potentiel d'optimisation du tracé dans la zone Altdorf/Flüelen. Les recherches effectuées font apparaître comme la meilleure des variantes «vallée» un tracé dont le niveau est abaissé sur presque toute sa longueur, passant en dessous de la Schächen, redescendant au nord de la gare d'Altdorf et rentrant dans la montagne avant Flüelen (variante Hafnerried basse avec passage sous la Schächen). 2. Etude de faisabilité «Idée variante de montagne longue»: cette recherche analysait notamment la faisabilité technique du tracé conformément à «l'idée variante de montagne longue», compte tenu des questions d'exploitation, de financement, d'environnement et d'aménagement du territoire ainsi que de leurs conséquences. Pour l'essentiel, elle montre que la «variante de montagne longue» est réalisable en principe. Pour des raisons relevant avant tout de la technologie de sécurité, la variante préconisée prévoit un tracé qui sort du tunnel aux environs de Rynächt sur environ 2,2 km («variante de montagne longue avec parcours à ciel ouvert»). Les deux voies de la ligne actuelle restent dans la vallée. De même, l'installation d'une voie de dépassement de Rynächt est nécessaire pour raccorder le tunnel de base du Gothard à la ligne existante. 3. Etude «identification des problèmes d'aménagement dans la plaine de la Reuss uranaise»: cette étude avait pour objet d'inventorier les problèmes d'aménagement perçus par les habitants et de les classer par ordre de priorité suivant le nombre de personnes concernées. Les sondages ont révélé que la population et les autorités uranaises sont fortement sensibilisées à ces problèmes. A l'heure actuelle, c'est surtout l'A2 qui est ressentie comme une forte nuisance. La majorité est donc favorable à un transfert du trafic marchandises sur le rail, mais n'accepte pas à n'importe quel prix la réalisation de la NLFA, pourtant indispensable à ce transfert. 90% des personnes interrogées sont favorables à un percement de la NLFA dans la montagne. 4. Etude de planification «Plaine de la Reuss uranaise en 2030; évolution de l'habitat et du paysage: coordination avec les infrastructures d'envergure nationale«: Cette étude indique comment améliorer durablement l'aménagement de la vallée de la Reuss entre Flüelen et Erstfeld. Le rapport montre qu'il ne suffit pas de construire la NLFA dans la montagne pour améliorer la situation des transports dans la vallée de la Reuss uranaise. Il faut également prendre diverses mesures dans les domaines les plus variés (développement de l'habitat, paysage, tourisme, routes nationales, lignes à haute tension, etc.) La réalisation des projets nécessite une étroite collaboration entre la Confédération, le canton et les communes. Les résultats détaillés sont résumés dans la documentation ci-jointe. 5. Marche à suivre: Le comité chargé du suivi a pris acte de ces études. Simultanément, le DETEC a chargé l'OFT d'élaborer des options pragmatiques en collaboration avec l'ARE en exposant clairement les conséquences politiques et financières. Sur cette base, le Conseil fédéral pourra prendre une décision au milieu de l'année concernant la suite des travaux. ots Originaltext: DETEC Internet: www.newsaktuell.ch Contact: ETEC Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication Service de presse et d'information Prof. Pierre-Alain Rumley, directeur Office fédéral du développement territorial Tél. +41/79/335'76'80 Max Friedli, directeur Office fédéral des transports Tél. +41/31/322'57'01 Martin Furrer président du gouvernement cantonal et chef de la direction de la justice du canton d'Uri Tél. +41/41/875'20'07

Ces informations peuvent également vous intéresser: