Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

OFEFP - Recyclage des emballages pour boissons en 2004 Bouteilles en PET: pas de consigne pour l’instant

Berne (ots) - Berne, le 7 juillet 2005 pas de consigne pour l’instant Inversion de tendance pour le recyclage des bouteilles en PET: selon la statistique des emballages pour boissons, le taux de recyclage du PET a augmenté de trois points en 2004 et n’est plus qu’à moins d’un point de l’objectif légal de 75 %. Cette amélioration est due aux efforts de l’association de recyclage du PET et des organisations de villes et de communes. L’OFEFP renonce donc provisoirement à proposer au DETEC d’introduire une consigne sur les bouteilles en PET. Quant au verre et aux canettes en aluminium, leur taux de recyclage reste élevé. L’ordonnance sur les emballages pour boissons (OEB) exige que trois quarts des bouteilles pour boissons en verre et en PET ainsi que des canettes en aluminium soient collectées et valorisées. Pour le verre, ce taux minimal de recyclage de 75 % a encore été plus qu’atteint en 2004 (95 %). Les prescriptions de l’OEB ont également été bien respectées pour les canettes en aluminium (88 %). Pour les bouteilles en PET, l’objectif n’est pas encore atteint en 2004 (74 %), mais l’écart est très faible. Le taux de recyclage a augmenté de trois points, la tendance est clairement à la hausse. Les membres de l’association PET-Recycling Suisse (PRS), à laquelle sont affiliés quelque 85 % des vendeurs de boissons de Suisse, ont à nouveau nettement dépassé le taux minimal l’année dernière (78 %; voir encadré 2). Toutefois, comme les années précédentes, le taux global baisse en raison des 15 % de commerçants n’appartenant pas à PRS, qui sont connus pour reprendre nettement moins de bouteilles en PET que les membres de PRS. Des mesures efficaces Le taux de recyclage ayant été insuffisant en 2002, l’association PRS et l’OFEFP ont pris, dès l’été 2003, de nombreuses mesures visant à améliorer la reprise des bouteilles en PET. Les boutiques des stations-service, les kiosques et les commerces des gares ont notamment été priés d’installer des points de collecte supplémentaires. On en compte plus de 4400 nouveaux dans des magasins, des entreprises et des lieux fréquentés dans le cadre des loisirs. Ces mesures n’avaient pas pu déployer tous leurs effets en 2003: le taux de recyclage de 71 % était encore bien inférieur à l’objectif. Mais leur efficacité ressort clairement des chiffres pour 2004. L’association PRS a redoublé d’efforts au premier semestre 2005 en développant la collecte des bouteilles en PET dans les grandes gares, dans les écoles et dans une chaîne de restauration rapide. On peut s’attendre à ce que le taux de recyclage continue d’augmenter et à ce que l’objectif de 75 % soit atteint cette année. Selon l’OEB, le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) peut introduire une consigne si le taux de recyclage n’est pas atteint. Au début de l’année, l’OFEFP a demandé une étude sur les effets que pourrait avoir une consigne sur les acteurs du marché suisse des boissons (voir encadré 1). Toutefois, vu l’augmentation du taux de recyclage, le faible écart par rapport à l’objectif, les perspectives optimistes et les inconvénients liés à une consigne, l’OFEFP préfère continuer à miser sur des mesures visant à accroître l’efficacité de la collecte du PET. Si le financement de la collecte de PET devait être menacé par les commerçants qui ne rejoignent pas volontairement le système, l’OFEFP envisage d’introduire d’abord une taxe d’élimination anticipée (TEA), comme le prévoit la loi sur la protection de l’environnement. OFEFP OFFICE FÉDÉRAL DE L’ENVIRONNEMENT, DES FORÊTS ET DU PAYSAGE Service de presse Renseignements • M. Hans-Peter Fahrni, OFEFP, chef de la division Déchets, tél. 031 322 93 28 • M. Peter Gerber, OFEFP, division Déchets, Section Emballages et biens de consommation, tél. 031 322 80 57 Internet • Le dossier de presse se trouve à l’adresse: http://www.environnement- suisse.ch/buwal/fr/medien/presse/artikel/20050707/01178/index.html Recyclage des emballages pour boissons en 2004 Matériau d’emballage Quantité utilisée Quantité recyclée Taux de recyclage Verre 220 078 tonnes1) 209 074 tonnes1)2) 95 % PET 42 325 tonnes 31 495 tonnes 74 % Aluminium 3685 tonnes 3250 tonnes 88 % Tous emballages 266 088 tonnes 243 819 tonnes 92 % 1) Emballages pour boissons uniquement, sans les pots de café, de confiture et de cornichons 2) Y compris 5 % environ de saletés, substances étrangères, etc. Encadré 1: Une étude montre les limites d’une consigne sur le PET Au printemps 2005, l’OFEFP, l’association PET-Recycling Suisse (PRS) et la coopérative IGORA pour le recyclage de l’aluminium ont demandé une étude sur les conséquences d’une consigne sur les bouteilles pour boissons en PET. Les principaux résultats de cette étude sont les suivants: • C’est surtout pour les petites bouteilles en PET (moins d’un litre), consommées à l’extérieur, que le taux de récupération est insuffisant. Pour les bouteilles d’un litre et plus, consommées à la maison, la taxe au sac est une incitation suffisante. • Une consigne de 50 centimes par petite bouteille en PET permettrait d’obtenir un taux de recyclage de 75 % à 84 % et donc d’atteindre l’objectif de l’ordonnance sur les emballages pour boissons (OEB). • Mais une consigne a aussi des inconvénients: - Le recyclage du PET serait plus compliqué pour les commerçants et les consommateurs puisqu’il y aurait deux systèmes différents: les petites bouteilles seraient frappées d’une consigne et les grandes collectées comme maintenant par l’association PRS dans le cadre du système volontaire mis en place par l’économie privée. - Pour chaque petite bouteille vendue, il y aurait des frais supplémentaires de 8 à 16 centimes pour financer le système de consigne (organisation de la reprise, manuelle ou mécanique). - Les consommateurs se rabattraient sur les canettes en aluminium et sur les briques en carton, ce qui serait problématique pour le maintien du taux de recyclage des canettes. L’étude peut être téléchargée sur Internet à l’adresse: http://www.environnement- suisse.ch/buwal/fr/medien/presse/artikel/20050707/01178/index.html Encadré 2: La valorisation des emballages pour boissons décharge les installations de traitement des déchets La collecte sélective des emballages pour boissons permet de réduire de 243 819 tonnes la quantité d’ordures ménagères et de préserver les ressources. Toutefois, la quantité de verre usagé utilisé en Suisse pour fabriquer de nouvelles bouteilles diminue chaque année. En revanche, les exportations en vue de la valorisation dans des verreries étrangères augmentent. Comme l’indiquent les écobilans, la fabrication de bouteilles en PET à partir de bouteilles usagées est aussi particulièrement avantageuse du point de vue écologique. Pour cela, les bouteilles doivent être triées par couleur. Ce système de valorisation écologique mais onéreux n’est utilisé que pour les bouteilles transparentes et bleu clair de l’association PRS. Les bouteilles collectées par des tiers ne sont pas triées par couleur et sont valorisées à l’étranger, surtout dans l’industrie textile. Contrôle des données sur le recyclage En raison des critiques concernant les indications fournies par l’association PRS sur la reprise des bouteilles en PET, l’OFEFP a demandé à un organisme neutre de suivre les statistiques. Le contrôle a révélé que l’association PRS calcule correctement le poids des bouteilles collectées et valorisées. La coopérative IGORA, qui collecte et valorise les canettes en aluminium en Suisse, a elle aussi fait l’objet d’un contrôle neutre, avec le même résultat.

Ces informations peuvent également vous intéresser: