Bundesamt für Statistik

Statistique des frontaliers

      (ots) - Statistique des frontaliers

Les travailleurs frontaliers en Suisse

    Selon la nouvelle statistique des frontaliers développée par l'Office fédéral de la statistique (OFS), 174'700 travailleurs frontaliers étrangers étaient actifs en Suisse à la fin de l'année 2004. Leur effectif a augmenté de 3,2% par rapport à l’année précédente, alors que le nombre total des actifs occupés restait stable. Depuis 5 ans, ce sont les branches des Services aux entreprises et de la Santé et activités sociales qui ont connu l’augmentation la plus forte de main-d’œuvre frontalière. Hausse régulière de la part des frontaliers dans la population active depuis 1999 La part des travailleurs frontaliers a augmenté régulièrement depuis fin 1999 et se situait à 4,2% du total des actifs occupés à fin décembre 2004 (3,6% à fin 1999). L’entrée en vigueur de l’accord bilatéral sur la libre circulation des personnes au 1er juin 2002, ainsi que l’abandon au 1er juin 2004 de la priorité donnée aux travailleurs nationaux et du contrôle des salaires et des conditions de travail à l’embauche n’ont pas été suivis d’une augmentation massive du nombre de frontaliers : alors que l’on notait encore un taux de progression annuel de 7,8% à la fin de l’année 2001, celui- ci se stabilisait autour de 3% sur la période 2002-04 (fin 2002 : +3,0% ; fin 2003 et 2004 : +3,2%). Depuis le 1er juin 2002, les frontaliers ont le droit d’exercer une activité indépendante en Suisse. Seules un peu moins de 300 personnes profitaient de cette possibilité en décembre 2004. Nouvelle statistique des frontaliers de l’OFS Avant le 1er juin 2002, les permis de frontaliers étaient en règle générale délivrés pour un an (deux ans lors d’un renouvellement). Avec l’introduction des accords bilatéraux, la validité de la majorité des permis de frontaliers a été allongée à 5 ans. Les cessations d’activité n’étant pas toujours annoncées aux autorités, il en résulte un décalage croissant entre le nombre de permis de frontaliers calculé sur la base du registre central des étrangers (RCE) et le nombre de frontaliers effectivement en activité en Suisse. Dans ce contexte, l’OFS a été mandaté par le Conseil fédéral pour élaborer une nouvelle statistique de synthèse sur les travailleurs frontaliers. A la fin 2004, le nombre de frontaliers en activité était de 174'700 selon la statistique de l’OFS, soit 10% de moins que les 192'200 permis de frontaliers en cours calculés sur la base du RCE. Forte représentation des frontaliers dans le secteur secondaire Entre décembre 1999 et décembre 2004, le nombre de frontaliers a progressé de 27%. L’augmentation dans le secteur tertiaire (+45%) a été largement supérieure à celle relevée dans le secteur secondaire (+9%). Cependant, les travailleurs frontaliers restent surreprésentés dans le secteur industriel : 42% des frontaliers y exercent leur activité, alors que cette proportion n’est que de 24% pour l’ensemble de la population active occupée. Dans les branches comptant plus de 10'000 frontaliers, les divisions Services fournis aux entreprises (+104%) et Santé et activités sociales (+50%) ont connu les plus fortes progressions du nombre de frontaliers sur cinq ans. L’Hôtellerie-restauration et le Commerce de gros suivent avec des augmentations de 37%, alors qu’une progression similaire à celle du total des frontaliers était relevée dans les branches Instruments de précision, horlogerie et Commerce de détail, réparation d’articles domestiques (+26%). La Construction et l’Industrie chimique voyaient par contre leurs effectifs de frontaliers progresser à un rythme nettement inférieur à la moyenne (respectivement +16% et +12%). Progression la plus importante dans la région lémanique Plus de la moitié des travailleurs frontaliers résident en France (94'700, 54%). Les frontaliers résidant en Italie (38'500, 22%) et en Allemagne (35'200, 20%) sont quasiment à parts égales, alors que 4% des frontaliers ont leur domicile en Autriche (6400). Les frontaliers se concentrent dans trois grandes régions de travail: la Suisse du Nord-Ouest (54'800, 31%), la Région lémanique (54'200, 31%) et le Tessin (35'100, 20%). Au cours des cinq dernières années, c’est la Région lémanique qui a connu la plus forte croissance de travailleurs frontaliers (+49%). Suivent l’Espace Mittelland (+38%), le Tessin (+32%) et la grande région de Zurich (+30%). La Suisse du Nord-Ouest n’enregistre qu’une croissance modérée (+15%) et celle de la Suisse orientale est quasiment nulle (+1%). Forte proportion masculine chez les frontaliers, progression des jeunes frontaliers Les travailleurs frontaliers sont dans une large majorité des hommes (64%). Le Tessin se démarque avec une proportion masculine de 58% qui correspond à celle relevée dans l’ensemble de la population active occupée. Depuis cinq ans toutefois, le nombre de frontalières augmente plus fortement (+31%) que celui des frontaliers masculins (+26%). Par rapport à la population active occupée globale, la structure par âge des frontaliers se caractérise par une surreprésentation aux âges intermédiaires : ainsi les 25-54 ans représentent 84% des frontaliers, contre 71% de la population active occupée. Seuls 6% des frontaliers sont âgés de 15 à 24 ans (13% pour l’ensemble des actifs occupés) et 10% ont 55 ans ou plus (16%). Depuis cinq ans, on note cependant une poussée des jeunes avec une augmentation de 83% chez les 20-24 ans et de 44% chez les 25-29 ans.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse

-----------------------------

    Définition, méthode, données disponibles Définition : La statistique des frontaliers se concentre sur les frontaliers étrangers, à savoir les travailleurs de nationalité étrangère en possession d'une autorisation spécifique pour frontalier (permis G). Méthode: La statistique des frontaliers est une statistique de synthèse élaborée sur la base des données de la statistique de l’emploi (STATEM), du recensement fédéral des entreprises (RFE) et du registre central des étrangers (RCE). L’estimation du total des travailleurs frontaliers est obtenue par extrapolation des données de la STATEM. La répartition selon les différents critères de ventilation est proportionnellement identique à la répartition dans le RCE. Données disponibles : Les données pour l’effectif total des frontaliers ont été calculées rétrospectivement jusqu’au 3e trimestre 1995, en prenant comme valeur de référence pour cette date les effectifs de frontaliers du recensement fédéral des entreprises (RFE). Deux éléments ont motivé ce calcul rétrospectif : d’une part, il convenait de tenir compte du léger décalage qui existait déjà avant l’entrée en vigueur des accords bilatéraux entre le nombre permis de frontaliers en cours selon le RCE et l’effectif de frontaliers en activité (de l’ordre de 5% en 1995 selon les données du RFE). D’autre part, il était important d’éviter un saut entre les séries statistiques qui aurait empêché toute analyse des évolutions à long terme. Tableaux standards : Canton de travail, sexe, divisions NOGA Canton de travail, sexe, groupes d’âges quinquennaux Canton de travail, sexe, pays de résidence Canton de travail, sexe, durée du permis (<12mois / >= 12 mois) Canton de travail, sexe, statut d’activité (indépendant / salarié) Statut d’activité, divisions NOGA Dorénavant, les résultats trimestriels de la statistique des frontaliers seront disponibles en même temps que le baromètre de l’emploi.

-------------------

Renseignements: Anouk Bläuer Herrmann, OFS, section Travail, vie active et enquêtes thématiques, tél. : 032 713 69 82 Kurt Rohner, Office fédéral des migrations OFM, tél. : 031 322 28 88

Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46

Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch

Vous trouverez d’autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse   http://www.statistique.admin.ch

Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: