Eidg. Finanz Departement (EFD)

EFD: Pas de privilège pour les investissements dans le secteur de la construction

Berne (ots) - 11 sep 2003 (DFF) C’est notamment pour offrir un cadre favorable à une croissance durable que la Confédération doit assainir ses finances. Le Conseil fédéral refuse donc de faire bénéficier les investissements du secteur de la construction d’un traitement de faveur dans le cadre du programme d’allégement budgétaire 2003, comme il l’indique dans sa réponse à deux interventions parlementaires. Les conseillers nationaux Adrian Imfeld (PDC/OW) et Robert Keller (UDC/ZH) ont chacun déposé une interpellation demandant que la Confédération réduise les économies prévues dans le domaine des investissements concernant la construction et les transports. Rappelant les effets bénéfiques, sur l’emploi et sur la croissance, des investissements dans la construction, les deux parlementaires disent craindre que le programme d’allégement budgétaire 2003 ne détériore la conjoncture et ne renforce le chômage. Dans sa réponse à ces interpellations, le Conseil fédéral indique que, pour des raisons de symétrie des sacrifices, le programme d’allégement budgétaire doit aussi porter sur les investissements consacrés au secteur de la construction dont les coûts subséquents ne peuvent plus être financés à long terme. La suppression temporaire d’emplois induite à court terme par le programme d’allégement budgétaire 2003 est, selon le Conseil fédéral, défendable en raison des plus grands avantages que ce programme apporte à long terme. L’assainissement des finances fédérales permet de créer des conditions favorables à la croissance économique et d’offrir la marge de manœuvre nécessaire à l’accomplissement de nouvelles tâches ou au renforcement de certains domaines. Le Conseil fédéral a tenu compte de la situation conjoncturelle actuellement difficile en prévoyant de procéder aux économies nécessaires par étapes d’ici à 2007. A ce moment-là, l’économie devrait avoir retrouvé le chemin de la croissance. Conscient du caractère imprécis de la notion d’investissement ainsi que des distorsions causées par d’importantes variations de dépenses dans d’autres domaines, le Conseil fédéral fait également savoir qu’il continuera à maintenir stable la proportion d’investissements et à mettre rapidement en œuvre les projets prêts à être réalisés pour autant que le financement de ceux-ci soit assuré. Renseignements: Peter Saurer, Administration fédérale des finances, (031) 322 60 09 Andreas Pfammatter, Administration fédérale des finances, (031) 322 60 54 Département fédéral des finances DFF Communication CH-3003 Berne http://www.dff.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: