DEZA

Rapport annuel de la coopération internationale de la Suisse 2002 Une coopération encore plus efficace depuis l'adhésion à l'ONU

    Berne (ots) - Berne, le 10 juillet 2003

    En 2002, l’aide publique au développement (APD) de la Suisse s’est montée à 1,46 milliard de francs. Cette somme équivaut à 0,32 % du produit national brut (PNB), comme l’indique le rapport annuel sur la coopération internationale de la Suisse, que la Direction du développement et de la coopération (DDC) et le Secrétariat d’Etat à l’économie (seco) viennent de rendre public. Ce rapport a d’ailleurs fait peau neuve: il se présente aujourd’hui sous la forme d’une brochure qui regroupe les différents domaines d'activité de la coopération suisse.

    «L’objectif premier des efforts de la coopération internationale de la Suisse est depuis toujours d’améliorer les conditions d’existence des pauvres de la planète.» C’est en ces termes que le directeur de la DDC, Walter Fust, et le directeur du seco, David Syz, ouvrent le Rapport annuel de la coopération internationale de la Suisse 2002. Pour atteindre cet objectif, la DDC a mené quelque 1000 projets de par le monde. Elle a concentré son aide sur dix-sept pays prioritaires et quatre programmes spéciaux, tandis que l’aide humanitaire de la Confédération – qui fait également partie de la DDC – a été active dans seize régions prioritaires. Quant aux mesures de politique économique et commerciale, mises en œuvre par le seco, elles ont bénéficié à seize pays en développement et à douze pays en transition. Si la Suisse déployait, par le passé déjà, ses efforts en faveur du développement tant au niveau bilatéral qu’au niveau multilatéral, son adhésion à l’ONU lui a permis d’accroître encore l’efficacité de sa coopération avec la communauté internationale.

    En 2002, l’aide publique au développement (APD) de la Suisse s’est montée à 1,46 milliard de francs, soit l’équivalent de 0,32% du produit national brut. En comparaison avec 2001 (0,34 %), ce pourcentage représente un léger recul. Celui-ci n’est toutefois que temporaire et surtout dû au retard pris par la 13e reconstitution des ressources de l’Association internationale de développement (AID). Quoi qu’il en soit, la Suisse est encore loin de l’objectif fixé par le Conseil fédéral visant à consacrer 0,4 % du produit national brut à l’APD.

    L’aide publique suisse au développement comprend les dépenses de la DDC et du seco (près de 90 % du total), mais aussi les contributions d’autres services fédéraux ainsi que celles des cantons et des communes. Comparées à celles de 2001, les dépenses bilatérales ont augmenté de 100 millions de francs environ en 2002. Sur ce total, 50 millions correspondent au crédit complémentaire accordé par le Conseil fédéral pour participer à la réparation des dégâts causés par les inondations en Europe et en Asie.

    Alors que le rapport annuel de la DDC et du seco paraissait autrefois en trois cahiers distincts, il revêt à présent la forme d’une brochure unique, ce qui simplifie sa lecture. Les principaux chapitres ont pour titre «coopération multilatérale», «coopération bilatérale au développement», «coopération économique avec des pays en développement et des pays en transition» et «aide humanitaire». Ils sont complétés par une annexe statistique.

    Le rapport annuel est publié en allemand, en français, en italien et en anglais. Il peut être commandé par courrier électronique (info@deza.admin.ch) ou par téléphone (031 322 44 12). On peut également le consulter sur Internet aux adresses suivantes: www.deza.admin.ch ou www.seco.admin.ch .

DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT SECRÉTARIAT D’ÉTAT ET DE LA COOPÉRATION (DDC) À L’ÉCONOMIE (seco) Médias et communication Communication/Information

    Pour de plus amples informations:

Joachim Ahrens,
porte-parole de la DDC           Christian Hofer, Information seco
Tél. 031 322 35 59.             Tél. 079 272 45 85



Plus de communiques: DEZA

Ces informations peuvent également vous intéresser: