Tous
Abonner
Abonner Schweizerischer Samariterbund

12.09.2019 – 10:00

Schweizerischer Samariterbund

Deux samaritaines récompensées par le Prix de sauvetage

Olten (ots)

Lors de la Fête d'Unspunnen il y a deux ans, Claudia Hausheer et Sonja Pelka ont sauvé la vie de Walter Bernhard. Elles étaient sur le poste lorsque celui-ci a subi un arrêt cardio-respiratoire. Le 11 septembre 2019, les deux samaritaines ont reçu la distinction HELP de la Fondation suisse de cardiologie pour avoir sauvé une vie.

Après avoir assisté à la Fête d'Unspunnen en 2017 à Interlaken, Walter Bernhard s'est effondré à l'arrêt de bus, victime d'un arrêt cardio-respiratoire. Les deux samaritaines Claudia Hausheer et Sonja Pelka assuraient ce soir-là le service médico-sanitaire à la Fête d'Unspunnen. Elles ont immédiatement identifié le cas d'urgence et ont réagi rapidement et correctement : avec un massage cardiaque et un défibrillateur automatique externe AED, elles ont surmonté le moment critique jusqu'à l'arrivée des services de secours. Le 11 septembre 2019, les deux samaritaines se sont vu remettre le Prix de sauvetage de la Fondation suisse de cardiologie pour leur engagement. Avec cette récompense, la Fondation suisse de cardiologie rend hommage à l'intervention de sauveteurs non professionnels qui ont sauvé des vies en pratiquant un massage cardiaque et/ou en utilisant un défibrillateur.

Un cas d'urgence mortel

Chaque année en Suisse, 8000 personnes sont victimes d'un arrêt cardio-circulatoire. Chaque minute compte alors. Sans mesures immédiates pour sauver la vie, la probabilité de survie diminue de dix pour cent par minute. C'est pourquoi sur 100 personnes concernées, seules cinq à sept survivent à un tel cas d'urgence hors de l'hôpital. En cas d'arrêt cardio-respiratoire, la fonction cardiaque s'arrête brusquement. Les personnes concernées sont inconscientes et ne respirent plus. Le fait d'identifier le cas d'urgence, d'alarmer au numéro d'urgence 144 et de pratiquer un massage cardiaque en utilisant un défibrillateur augmente nettement les chances de survie. Il est capital que la circulation sanguine soit maintenue grâce au massage cardiaque. On garantit aussi que le cerveau et les autres organes reçoivent l'oxygène encore présent dans le sang. Le massage cardiaque est poursuivi jusqu'à l'arrivée des services de secours ou jusqu'à ce que le patient respire de nouveau spontanément.

Une fois remis sur pied, Walter Bernhard a voulu retrouver ses deux sauveuses. Il tenait à les remercier personnellement. De plus, il les a recommandées pour la distinction HELP de la Fondation suisse de cardiologie. D'autres personnes ayant sauvé des vies ont également été récompensées ce soir-là. Les différentes histoires le montrent : chacun peut sauver des vies. C'est pourquoi il est important qu'un maximum de personnes connaissent les mesures immédiates pour sauver la vie et rafraîchissent régulièrement les connaissances acquises.

Les samaritaines et samaritains forment 92 000 personnes aux premiers secours

Les quelque 1000 sections de samaritains de toute la Suisse sont d'importantes médiatrices de connaissances en premiers secours : en 2018, elles ont formé aux premiers secours 92 000 personnes en tout dans des cours pour la population et pour entreprises. Cette même année, les samaritaines et samaritains ont également effectué près de 500 000 heures de bénévolat, consacrées par exemple à des services médico-sanitaires sur de petites fêtes de village, des concerts ou de grandes manifestations comme la Fête fédérale de gymnastique. Par ailleurs, ils sont des partenaires importants du Service sanitaire coordonné de la Confédération et de nombreux services de secours.

Autres informations sur l'arrêt cardio-respiratoire sur : www.swissheart.ch/urgence

Informations sur l'Alliance suisse des samaritains : www.samaritains.ch

Contact:

Alliance suisse des samaritains, Martin-Disteli-Strasse 27, 4601
Olten, Stefanie Oehler, responsable Communication, tél. direct : 062
286 02 42, mobile : 079 771 28 42, stefanie.oehler@samariter.ch,
www.samaritains.ch

Plus de communiques: Schweizerischer Samariterbund