Parties contractantes à la CCNT hôtels,

Les parties contractantes à la CCNT pour les hôtels, restaurants et cafés disent ensemble oui à Schengen

    Zurich, Lucerne, Berne (ots) - Toutes les parties contractantes à la Convention collective nationale de travail (CCNT) pour les hôtels, restaurants et cafés recommandent d'accepter l'adhésion de la Suisse aux Accords Schengen / Dublin. Si notre pays reste à l'écart, ce serait un véritable coup dur pour le tourisme suisse.

    Les parties à la CCNT (associations patronales et syndicats) se prononcent en faveur de l'adhésion de la Suisse aux Accords Schengen/Dublin, un objet soumis au verdict populaire le 5 juin 2005.

    Un oui à Schengen est un oui au tourisme suisse

    Les parties contractantes appellent leurs membres à accepter l'adhésion de la Suisse aux Accords Schengen / Dublin. L'accord Schengen prévoit le rapprochement des politiques d'entrée et de sortie pratiqué par les États contractants (actuellement Union européenne, Norvège et Islande), une harmonisation des dispositions applicables aux visas et des contrôles renforcés aux frontières extérieures. Cet accord est d'une importance vitale pour l'ensemble de l'économie en Suisse, en particulier pour le tourisme : Le visa Schengen permet aux touristes qui se rendent en Europe de visiter avec un seul visa les États de l'UE, la Norvège, l'Islande et, en cas de résultat positif de la votation du 5 juin 2005, aussi la Suisse. Ce visa unique épargne à nos hôtes des frais inutiles et des procédures administratives rébarbatives et garantit du même coup des places de travail dans la branche du tourisme.

    L'accord Schengen facilite aussi les voyages au pays d'origine des collaboratrices et des collaborateurs étrangers de l'hôtellerie et de la restauration en Suisse.

    Pour le tourisme, la reconnaissance unilatérale du visa Schengen n'est pas une solution. La Suisse demeurerait malgré tout hors des frontières de l'Espace Schengen. Les mêmes problèmes pourraient surgir au moment de revenir dans un pays adhérant.

    Actuellement, la Suisse en tant que destination touristique est désavantagée par rapport à ses concurrents européens du fait de sa non-participation à Schengen. Une situation que la troisième branche d'exportation du pays ne peut pas se permettre plus longtemps. L'objet soumis à votation, qui fait partie des Accords bilatéraux II, constitue un pas important pour approfondir les relations avec l'UE, de loin le principal partenaire commercial de la Suisse.

ots Originaltext:
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
GastroSuisse:
Brigitte Meier
Tél. +41/44/377'53'53

hotelleriesuisse:
Isabel Garcia
Tél. +41/31/370'42'86

Hotel & Gastro Union:
Stefan Unternährer
Tél. +41/79/598'11'14

SCA Swiss Catering Association:
Peter Hohl
Tél. +41/43/814'10'70

Syna:
Eva Kaes
Tél. +41/79/642'99'54

Unia:
Mauro Moretto
Tél. +41/79/214'92'04



Ces informations peuvent également vous intéresser: