Centre de génétique humaine Université d

Zentralinstitut Humangenetik Universitaet de Bremen: L'appel des tumeurs

    Bremen (ots) - Les chercheurs en génétique humaine de l'université de Bremen ont découvert un nouveau mécanisme par lequel les tumeurs favorisent leur propre croissance

    - La protéine HMGB1 induit le bourgeonnement des capillaires sanguins

    - Une nouvelle cible prometteuse pour le traitement du cancer

    Les chercheurs du centre de génétique humaine de l'université de Bremen ont réalisé un formidable bond en avant dans la compréhension de la croissance tumorale. Dans un numéro récent d'une revue médicale réputée, l'American Journal of Pathology, les chercheurs de Bremen exposent leurs résultats sur une molécule de signalisation appelée protéine HMGB1 (pour << High Mobility Group Protein B1 >>). Agissant comme un signal envoyé par les cellules tumorales, les protéines HMGB1 induisent le bourgeonnement des vaisseaux sanguins qui approvisionnent les tumeurs en oxygène, favorisant ainsi la croissance tumorale.

    Les tumeurs ne peuvent pas survivre indépendamment de leur organisme hôte, où elles se développent comme des parasites. À l'instar des cellules saines, les cellules tumorales requièrent un approvisionnement suffisant en oxygène et nutriments pour leur survie et leur prolifération.

    Les tumeurs n'excèdent généralement pas 1 à 2 mm de diamètre afin d'être correctement alimentées par les capillaires environnants. Néanmoins, il existe des mécanismes permettant aux tumeurs de contourner ces limites : elles envoient des signaux angiogéniques, c'est-à-dire des molécules induisant le bourgeonnement de nouveaux capillaires proches de la tumeur pour qu'ils leur apportent l'oxygène et les nutriments essentiels.

    Une équipe de chercheurs, dirigée par le généticien spécialisé en génétique humaine Jörn Bullerdiek de l'université de Bremen, vient de découvrir une stratégie particulièrement élaborée que les tumeurs utilisent pour contourner la limite concernant leur taille. La stratégie débute avec une zone tumorale qui, en raison du manque d'oxygène, se caractérise par la mort de cellules. Ces cellules nécrotiques libèrent la protéine HMGB1, laquelle agit comme un signal de danger qui appelle les capillaires à se développer dans la tumeur. Ainsi, même les cellules mortes favorisent la capacité de la tumeur à se développer.

    La protéine HMGB1 est également maintenant considérée comme une cible pour des approches thérapeutiques visant à diminuer l'apport vasculaire des tumeurs. Le blocage du signal angiogénique, par des anticorps par exemple, pourrait diminuer la croissance des cellules tumorales et le bourgeonnement des tumeurs.

ots Originaltext: Centre de génétique humaine
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Professeur Jörn Bullerdiek
Centre de génétique humaine
Université de Bremen
Tél.      +49-421-2182589
Fax        +49-421-2182391
E-Mail: bullerd@uni-bremen.de



Ces informations peuvent également vous intéresser: