Unia

Aboutissement des négociations salariales dans le secteur principal de la construction

Zurich (ots) - Communiqué de presse commun de la Société Suisse des Entrepreneurs (SSE) et des syndicats Unia-SIB et Syna Augmentation générale des salaires d'environ 1,5% Après quatre rondes de négociations laborieuses et des discussions dans les organes compétents avant les pourparlers fixés pour aujourd'hui lundi 22 novembre, les partenaires sociaux du secteur principal de la construction sont finalement parvenus à se mettre d'accord sur un compromis. L'environnement économique, les prévisions incertaines dans la construction pour 2005 et une situation de rendement généralement encore mauvaise dans la branche sont autant d'éléments ayant amené la SSE à faire preuve d'une grande réserve à l'égard des questions salariales. Pour leur part, les syndicats ont exigé la prise en considération des besoins économiques des travailleurs et la nécessité du maintien du pouvoir d'achat, y compris la compensation des coûts supplémentaires (primes de caisse maladie, assurance-accidents non professionnels de la Suva, prime risque pour le 2e pilier, etc.) non inclus dans l'indice de renchérissement. La solution trouvée pour les salaires 2005 constitue un compromis acceptable pour les deux parties eu égard à leurs positions contraires observées jusqu'à ce jour. Et ce, en particulier parce que les travailleurs dont le niveau de salaire est bas en profiteront largement. Les partenaires sociaux sont convenus d'une augmentation générale des salaires de fr. 80.-- au 1er mars 2005 pour tous les travailleurs soumis à la Convention nationale (CN) du secteur principal de la construction. Le champ d'application relatif à l'adaptation de salaire sera étendu. Ainsi, les entreprises non affiliées à la SSE, les entreprises de travail temporaire et les soumissionnaires étrangers seront, eux aussi, assujettis à ces nouvelles dispositions. Parallèlement, les salaires minimaux convenus par contrat seront relevés de fr. 80.- et les salaires minimaux à l'heure de 50 centimes. De plus, l'indemnité minimale de repas sera majorée, passant de fr. 11.-- à fr. 12.-- par jour. Ce montant est versé aux travailleurs ne pouvant se rendre à leur domicile pendant la pause de midi. Compte tenu de cette augmentation générale des salaires de 1,5% en moyenne, l'accord a été conclu pour un niveau légèrement supérieur au renchérissement actuel de 1,3%. Pour les salaires à bas niveau avoisinant 4000 francs, cette augmentation représente 2% et tient tout particulièrement compte de cette classe de travailleurs. Pour tout complément d'information: SSE: Daniel Lehmann, 01 258 82 03 Unia-SIB: Hansueli Scheidegger, 079 441 74 35 Syna: Peter Scola, 079 657 02 02

Ces informations peuvent également vous intéresser: