Bundesamt für Statistik

BFS: BFS: Résultats provisoires concernant l’évolution de la population Léger ralentissement de la croissance démographique en 2003

      (ots) - Résultats provisoires concernant l’évolution de la population

Léger ralentissement de la croissance démographique en 2003

    En 2003, la population résidante permanente de Suisse s’est accrue d’environ 50'000 personnes pour atteindre 7'367'900 habitants à la fin de l’année. Si le solde migratoire s’est maintenu au même niveau que les deux années précédentes, l'accroissement naturel n’a jamais été aussi faible depuis 1918. Ces chiffres résultent des calculs provisoires de l’Office fédéral de la statistique (OFS). La population résidante permanente de la Suisse a atteint 7'367'900 personnes à la fin de 2003. Ce chiffre comprend les personnes de nationalité suisse, les étrangers au bénéfice d’une autorisation d’établissement ou d’une autorisation de séjour, les titulaires d'un permis de séjour de courte durée autorisant un séjour d'au moins 12 mois et les fonctionnaires internationaux. Il n’inclut pas les titulaires d'un permis de séjour de courte durée séjournant en Suisse pour moins d’une année (63'900 en moyenne en 2003) et les personnes relevant du domaine de l’asile (65'700 à fin 2003). Le taux d'accroissement de la population (0,7%) est en légère baisse par rapport à 2002 (0,8%). La progression de la population résidante permanente totale en 2003 est due à un accroissement naturel (différence entre les naissances et les décès) de 8000 personnes et à un solde migratoire (immigrations moins émigrations) de 42'000 personnes. Selon les premières estimations, 40'000 mariages ont été conclus en Suisse en 2003, soit à peu près autant qu'en 2002 (40'200). L’immigration est la principale cause de l’accroissement de la population En 2003, les personnes arrivées en Suisse ont été une nouvelle fois plus nombreuses que celles ayant quitté le pays. Le solde migratoire a atteint 42'000 personnes et il est dû exclusivement à des ressortissants étrangers. Il se situait à un niveau semblable au début des années 1990 (1992: 40'200), puis il a fortement baissé (avec même des soldes migratoires négatifs en 1996 et 1997) pour repartir à la hausse à partir de 1998. Mais cette tendance ascendante s’est interrompue en 2003: le solde migratoire de 2003 est inférieur de 5700 personnes, soit de 12%, à celui de 2002. Le solde migratoire a contribué à raison de quatre cinquièmes à la croissance démographique en 2003. Depuis 2000, l'immigration est à nouveau la principale cause de l'augmentation de la population (elle l'était déjà entre 1986 et 1994). Les naissances en baisse, les décès en hausse Le nombre de naissances dans notre pays a fléchi de 1,2% en 2003. Le nombre provisoire des naissances vivantes est de 71'500, ce qui représente une diminution de 900 évènements par rapport à 2002 (72'400). 72'400). Le recul observé depuis 1992 s'est donc poursuivi. Néanmoins, les naissances sont toujours plus nombreuses que les décès dans notre pays. L’accroissement naturel s’est cependant réduit de manière continue depuis 1997 pour tomber à 8000 personnes en 2003, soit le niveau le plus bas depuis 1918 (année de la grippe espagnole). Le nombre de décès a progressé de 1700 en 2003 (+2,8%) pour totaliser 63'500 cas. Malgré la canicule de l’été dernier, il n'y a pas eu, en Suisse, de hausse significative du nombre de décès. Depuis 1990, ce dernier varie entre 62'000 et 63'700 annuellement. La population de nationalité suisse n’augmente que grâce aux naturalisations Depuis des années, la croissance de la population de nationalité suisse n'évolue pas de la même façon que celle de la population étrangère. Le taux d'accroissement de cette dernière en 2003 (1,6%) a été deux fois plus élevé que celui de la population globale, alors que le nombre des personnes de nationalité suisse n’a progressé que de 0,5%. Les ressortissants suisses ont de nouveau présenté un excédent de décès et un solde migratoire négatif ; depuis 1993, leur nombre n'augmente que grâce aux personnes étrangères acquérant la nationalité suisse (2003: 35'400 naturalisations de personnes vivant en Suisse). Le vieillissement de la population se poursuit Le vieillissement de la population s’est poursuivi malgré la légère croissance démographique de ces dernières années. La part des 65 ans et plus a passé de 14,6% en 1990 à 15,6% en 2003. On observe pour la même période un recul de la part des moins de 20 ans (de 23,4% à 22,5%) et des 20 à 39 ans (de 31,2% à 28,0%). Le rapport entre les plus de 64 ans et les 20 à 64 ans continue d’augmenter (2003 : 25,2%), tandis que le rapport entre les moins de 20 ans et les 20 à 64 ans a reculé de 0,4 point par rapport 2002 (36,4%). La baisse de la fécondité et l’augmentation de l’espérance de vie sont les deux principaux facteurs à l’origine de ce phénomène, qui s’accentuera ces prochaines années, quand les générations nombreuses nées du baby-boom des années 1960 passeront dans des groupes d’âges plus élevés. Croissance variable selon les régions En 2003, l'accroissement de la population n’a pas été égal dans tous les cantons. Dix cantons ont enregistré des taux d'accroissement supérieurs à la moyenne suisse, qui est de 0,7%. La croissance a été la plus forte dans les cantons de Fribourg (+1,5%), de Schwytz (+1,4%) et de Zoug (+1,3%). Trois cantons ont vu leur population diminuer légèrement : Appenzell Rhodes-Extérieures (-0,2%), Bâle- Ville (-0,2%) et le Jura. Près d’un tiers de la population du pays (29,9%) habite dans les cantons de Zurich et de Berne. Le canton de Zurich, le plus peuplé de Suisse, comptait 1'253'500 personnes à la fin de 2003. A peine 15'000 personnes habitaient dans le plus petit canton, celui d’Appenzell Rhodes-Intérieures (0,2% de la population suisse).

      Proportion d’étrangers et population de référence Selon les calculs
provisoires de l'OFS, la population résidante permanente de
nationalité étrangère atteignait 1'508'500 personnes à la fin de
l'année 2003. La part des ressortissants étrangers dans la
population résidente permanente totale de la Suisse se situe ainsi à
20,5%. La population résidante permanente de nationalité étrangère
englobe, selon la définition de l'OFS, les groupes de personnes
suivants: les titulaires d’une autorisation d’établissement ou d’une
autorisation de séjour (y compris les réfugiés reconnus), les
titulaires d'un permis de séjour de courte durée autorisant un
séjour d'au moins 12 mois, les fonctionnaires des organisations
internationales, les employés des représentations diplomatiques ou
des entreprises d’Etats étrangers (en particulier la poste, les
chemins de fer et les douanes) ainsi que les membres de leurs
familles vivant en Suisse. Elle comprend en outre, en raison de
certaines inconsistances dans les sources de données utilisées, un «
effectif complémentaire »; l’OFS pourra le supprimer cette année en
raison de l’amélioration qualitative des données apportée par la
révision de la statistique de l'état annuel de la population
(ESPOP). Selon l’Office fédéral de l’immigration, de l’intégration
et de l’émigration (IMES), la population étrangère résidant de
manière permanente dans notre pays atteint 1'471'000 personnes. Sur
la base de ce dernier chiffre, les ressortissants étrangers forment
20,1% de la population résidante permanente totale de la Suisse. Les
calculs de l'IMES s'appuient sur la définition de la population
résidante permanente de nationalité étrangère qui figure dans
l’ordonnance limitant le nombre des étrangers (OLE). Cette
définition englobe les personnes de nationalité étrangère possédant
une autorisation d'établissement, les titulaires d'un permis de
séjour, les titulaires d'un permis de séjour de courte durée
autorisant un séjour d'au moins 12 mois , mais pas les
fonctionnaires internationaux. Ces différences dans la définition de
la population de référence expliquent pourquoi les chiffres de l’OFS
quant à l’effectif et à la part de la population résidante
permanente de nationalité étrangère sont toujours légèrement
supérieurs à ceux de l'IMES.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service d’information

Renseignements: Marcel Heiniger, OFS, Section Démographie et migration, tél. 032 713 68 74 e-mail: marcel.heiniger@bfs.admin.ch Nouvelle publication et tableaux détaillés: Actualités OFS: « Statistique de l’état annuel de la population (ESPOP) – Résultats provisoires pour 2003 », disponibles sur le site Internet de l’OFS à l’adresse suivante: http://www.statistique.admin.ch/stat_ch/ber01/aktuellste/derniers_res .htm



Plus de communiques: Bundesamt für Statistik

Ces informations peuvent également vous intéresser: