Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Libre circulation des personnes L’USS s’inquiète de l’augmentation des cas de sous-enchère salariale

      Berne (ots) - La reprise de l’intégralité des mesures contre la
sous-enchère salariale négociées est la condition pour que les
syndicats puissent accepter l’extension de la libre-circulation des
personnes aux nouveaux membres de l’Union européenne (UE). C’est
pourquoi ils se réjouissent de voir le Conseil fédéral prêt à
affecter plus de ressources aux contrôles des salaires et à
faciliter la déclaration de force obligatoire (extension du champ
d’application) des conventions collectives. Pour l’Union syndicale
suisse (USS), ces mesures sont un minimum. Si le Parlement devait le
remettre en question, les syndicats seraient contraints de combattre
cette extension de la libre circulation des personnes.

    L’évolution de ces dernières semaines et de ces derniers mois prouve que les inquiétudes de l’USS en ce qui concerne la sous-enchère salariale ne sont pas infondées. D’une part, on a déjà assisté dans diverses régions à des sous-enchères abusives en matière de salaires et de conditions de travail. De l’autre, de nombreux cantons négligent toujours d’effectuer les contrôles nécessaires. Renseignements pris, l’USS constate que, dans la plupart des cantons, on ne dispose guère du personnel et des instruments nécessaires pour empêcher que la libre circulation des personnes ne débouche sur de la sous-enchère salariale. Si la situation ne devait pas s’améliorer rapidement, l’extension de la libre circulation des personnes aux nouveaux membres de l’UE serait menacée. Paul Rechsteiner (071 / 228 41 11 ; jusqu’à 14h30) et Jean-Claude Rennwald (079/ 318 56 12) se tiennent à votre disposition pour tout complément d’information.



Plus de communiques: Schweizerischer Gewerkschaftsbund SGB

Ces informations peuvent également vous intéresser: