European Society for Medical Oncology (ESMO)

European Society for Medical Oncology : Programme de presse du 31e Congrès de l'ESMO tenu à Istanbul, en Turquie - 29 sept. - 3 oct. 2006

Vous trouverez ci-joint les communiqués de presse entières: www.esmo.org/pressroom/ Respectez les embargos indiqués s'il vous plaît.

Viganello/Lugano (ots) -

      LES CANCÉREUX EUROPÉENS MÉRITENT DES ÉQUIPES MÉDICALES
MULTIDISCIPLINAIRES

      La principale société européenne d'oncologues, la European
Society for Medical Oncology - ESMO - (Société européenne d'oncologie
médicale) a renforcé sa détermination à améliorer les soins donnés
aux cancéreux en s'assurant qu'ils sont traités par des équipes
multidisciplinaires de professionnels de la santé. Le nouveau
Committee for Multidisciplinary Oncology (Comité d'oncologie
multidisciplinaire) de la Société se rencontrera pour la première
fois dans le cadre d'une réunion spéciale.    

      L'ÉPIDÉMIE MONDIALE DE CANCER DOIT FAIRE L'OBJET D'UNE RÉACTION
INTERNATIONALE

      Le nombre de décès par cancer à l'échelle internationale devrait
passer de 7,6 millions en 2005 à plus de 11 millions d'ici 2030. Tous
les nouveaux cas de cancer se produiront, dans une proportion de près
de 80 %, dans les pays à revenu faible et intermédiaire. " Cette
épidémie mondiale de cancer doit faire l'objet d'une réaction
internationale ", ont affirmé des représentants de la santé publique.
" La coopération internationale est essentielle si nous voulons
renverser le cours des choses", a déclaré le professeur Håkan
Mellstedt, président de l'ESMO.

      SÉMINAIRE DES PATIENTS DE L'ESMO: PATIENTS ET MÉDECINS
TRAVAILLENT ENSEMBLE

    Les cancéreux et leurs docteurs doivent travailler en étroite collaboration pour obtenir les meilleurs résultats possibles, selon les propos tenus aujourd'hui par des spécialistes au Séminaire des patients de la European Society for Medical Oncology (ESMO). Le séminaire, tenu conjointement avec la conférence scientifique de l'ESMO, est un moyen unique de lier les patients et les médecins.

      LES MEILEURS CENTRES DE SOINS PALLIATIFS DE L'EUROPE ONT ÉTÉ
ANNONCÉS

      Neuf des meilleurs centres de soins contre le cancer dans le
monde ont été nommés aujourd'hui par l'ESMO comme " Centres désignés
de soins palliatifs et oncologiques intégrés " ('Designated Centers
of Integrated Oncology and Palliative Care') en reconnaissance de
l'excellente qualité des soins donnés aux patients. Ces centres,
répartis en Allemagne, au Canada, en Irlande, en République tchèque,
en Italie, au pays de Galles et en Espagne, ont été choisis avec
attention pour le niveau élevé des soins qu'ils démontrent pour la
qualité de vie de leurs patients et des membres de leur famille
pendant tous les stades du cancer.

      L'ESMO reconnaît aussi l'excellence dans plusieurs autres
domaines:

- Le Prix ESMO 2006 est décerné à David J. Kerr, du Royaume-Uni, pour sa contribution exceptionnelle au domaine de l'oncologie médicale.

- Le Prix Hamilton Fairley de l'ESMO 2006 a été remis à Volker Diehl, de l'Allemagne, pour ses recherches menées sur la maladie de Hodgkin, une maladie cancéreuse pouvant servir à son avis comme modèle pour les oncologues.

- Le prix ESMO, appelé "Prix d'excellence ESMO-GlaxoSmithKline pour l'ensemble des réalisations dans les thérapies ciblées dans la recherche sur le cancer et son traitement" ('ESMO-GlaxoSmithKline Lifetime Achievement Award in Targeted Therapies in Cancer Research and Treatment') est décerné en 2006 au Breast International Group (BIG), représenté par les chefs de projet Martine Piccart, de Belgique, et Aron Goldhirsch, de Suisse, une organisation ayant prouvé son engagement envers la recherche sur le cancer du sein et son traitement.

      LES INÉGALITÉS DANS LES SOINS CONTRE LE CANCER TOUCHENT DES
MILLIERS D'EUROPÉENS CHAQUE ANNÉE

      Des milliers de citoyens européens souffrent inutilement chaque
année en raison des inégalités présentes entre les nations dans le
domaine des soins contre le cancer. "Les gouvernements de l'Union
européenne doivent prendre des mesures urgentes pour faire face à ce
problème", a affirmé le Dr Adamos Adamou, oncologue et membre du
Parlement européen de Chypre. "Nous ne pouvons pas accepter que des
milliers de citoyens de l'Union européenne meurent chaque année en
raison du fait que leur traitement est de qualité inférieure à la
norme ou qu'il est donné trop tard", explique-t-il.  

      LE CANCER DU SEIN

      LA CHIMIOTHÉRAPIE SANS ANTHRACYCLINE EST TRÈS PROMETTEUSE POUR LE
CANCER DU SEIN AVANCÉ

      Pour les femmes souffrant d'un cancer du sein avancé, il existe
trois schémas de chimiothérapie différents qui évitent les
médicaments à base d'anthracycline potentiellement cardiotoxique et
qui offrent tous des avantages en matière de survie et de progression
de la maladie, d'après les données d'une étude grecque.

      LE LAPATINIB EST EFFICACE POUR CERTAINES FEMMES SOUFFRANT DU
CANCER DU SEIN INFLAMMATOIRE

      Un nouveau traitement anticancéreux facile à prendre et ne
causant pas la plupart des effets secondaires de la chimiothérapie
conventionnelle pourrait être particulièrement efficace pour un
sous-ensemble de patients atteints de la forme la plus mortelle du
cancer du sein, selon un chercheur canadien.

      L'ASSOCIATION DE TROIS MÉDICAMENTS RALENTIT LA PROGRESSION DU
CANCER DU SEIN MÉTASTATIQUE  

      Pour les patients souffrant du cancer du sein métastatique
HER2-positif, l'association du trastuzumab, du docetaxel et de la
capecitabine semble ralentir la progression de la maladie et
augmenter la survie sans progression comparativement au traitement au
trastuzumab et au docetaxel seulement, selon des résultats de phase
II publiés.

      L'ASSOCIATION DE MÉDICAMENTS PROFITE AUX FEMMES POSTMONOPAUSÉES
ATTEINTES DU CANCER DU SEIN MÉTASTATIQUE HER2-POSITIF

      Les femmes postmonopausées dont le cancer du sein métastatique
est positif en ce qui a trait aux récepteurs hormonaux et à la
protéine HER2 peuvent prolonger le temps pendant lequel leur maladie
ne progresse pas si elles traitent cette maladie au trastuzumab
associé à l'anastrozole, comparativement au traitement à
l'anastrozole uniquement.

      LE CANCER DU POUMON

      DANS LE TRAITEMENT DU CANCER DU POUMON, L'ASSOCIATION DE LA
CISPLATINE ET DE LA VINORELBINE PROCURE AUX PATIENTS DES AVANTAGES
IMPORTANTS DE SURVIE

      Pour les patients atteints du cancer du poumon qui ont subi une
résection pulmonaire complète, le traitement à la cisplatine associée
à la vinorelbine offre un avantage important de survie, selon des
chercheurs internationaux.

      LES MUTATIONS DES RFCE PEUVENT CONTRIBUER À PRÉDIRE LA RÉACTION
DES PATIENTS SOUFFRANT DU CANCER DU POUMON AU GEFITINIB

      Les patients atteints du cancer du poumon qui ont des mutations
spécifiques du gène pour la molécule de surface cellulaire appelée
récepteur du facteur de croissance épithélial (RFCE), ou epithelial
growth factor receptor (EGFR) en anglais, ont bien plus de chances de
bien réagir au traitement au gefitinib, selon des chercheurs
japonais.

      UNE ÉTUDE FOURNIT DES INDICES À PROPOS DE LA RAISON POUR LAQUELLE
CERTAINS NON-FUMEURS DÉVELOPPENT LE CANCER DU POUMON

      En France, des chercheurs ont repéré un groupe de marqueurs
moléculaires particuliers à certains patients atteints du cancer du
poumon qui n'ont pourtant jamais fumé de leur vie. Leurs découvertes
suggèrent la possibilité que l'adénocarcinome pulmonaire, le type de
cancer pulmonaire le plus fréquent présentement, puisse être une
maladie "différente" en matière de molécules chez les fumeurs et
les non-fumeurs.

      UNE ANALYSE DE SANG FAIT LA DISTINCTION ENTRE LE CANCER DU POUMON
ET D'AUTRES MALADIES PULMONAIRES

      Une analyse de sang mesurant le niveau de protéines spécifiques
dans le sang peut distinguer avec exactitude le cancer du poumon des
maladies pulmonaires non-cancéreuses provoquées par le tabagisme,
d'après des données obtenues par des chercheurs de France. Leurs
constatations pourraient contribuer à surmonter le problème sérieux
que représente le diagnostic du cancer.

      UN TEST PEUT REPÉRER LES PATIENTS ATTEINTS DU CANCER DU POUMON
QUI RÉAGIRONT À LA CHIMIOTHÉRAPIE

      Des chercheurs espagnols ont démontré que le fait d'effectuer des
tests sur la manifestation d'un gène particulier dans des tissus
tumoraux peut contribuer à prédire quels sont les patients souffrant
du cancer du poumon métastatique qui réagiront à la chimiothérapie.
Leurs résultats, annoncés pour la première fois, pourraient un jour
aider les médecins à repérer les patients qui seront en mesure de
mieux réagir au médicament qu'est la cisplatine, évitant ainsi des
chimiothérapies inefficaces ainsi que leurs coûts et effets
secondaires inhérents.

      LE CANCER COLORECTAL

      LE CETUXIMAB AMÉLIORE LA RÉACTION À LA CHIMIOTHÉRAPIE POUR LE
CANCER COLORECTAL MÉTASTATIQUE

      L'ajout de l'anticorps cetuximab ciblant le cancer à la
chimiothérapie cytotoxique normale pour les patients souffrant d'un
cancer colorectal avancé améliore l'efficacité et les résultats grâce
à un meilleur taux de réponse, d'après deux groupes de chercheurs
internationaux.

      L'ESCALADE DES DOSES PEUT AMÉLIORER LES TAUX DE RÉPONSE CHEZ LES
PATIENTS N'AYANT PAS SUBI DE RASH LIÉ AU CETUXIMAB

      Certains patients atteints du cancer colorectal métastatique qui
n'ont pas développé de rash acnéiforme, normalement lié au traitement
au cetuximab, peuvent obtenir de meilleurs taux de réponse si leur
dose est augmentée, selon des données préliminaires. L'éruption
cutanée que subissent les patients traités au cetuximab a tendance à
correspondre aux façons dont leur cancer réagit au médicament, ce qui
consiste en un inhibiteur de récepteur du facteur de croissance
épithélial (RFCE).

      SCHÉMA POSOLOGIQUE FACILE À SUIVRE ET EFFICACE POUR LE CANCER
COLORECTAL MÉTASTATIQUE

      Pour les patients qui souffrent d'un cancer colorectal s'étant
propagé à d'autres parties de leur corps, un schéma posologique de
chimiothérapie facile à suivre est aussi efficace en matière de
survie qu'un autre schéma posologique comprenant un médicament devant
être administré par intraveineuse. Les résultats préliminaires de
cette étude de phase III montrent également que l'ajout de
l'anticorps bevacizumab aux schémas posologiques de chimiothérapie
standard apporte des améliorations importantes à la survie sans
progression.

      LE CANCER DE LA PROSTATE

      L'AJOUT DE L'HORMONOTHÉRAPIE À LA RADIOTHÉRAPIE POUR LE CANCER DE
LA PROSTATE PROCURE UN AVANTAGE EN MATIÈRE DE SURVIE

      Les patients atteints d'un cancer de la prostate avancé qui sont
soumis à une radiothérapie associée à une hormonothérapie ont une
période de survie sans progression plus longue de 12 % au maximum
comparativement aux patients n'étant soumis qu'à une radiothérapie,
d'après des chercheurs italiens.

      SOINS DE SOUTIEN

      LE BAIN DE BOUCHE PRÉVIENT LES LÉSIONS ET LES APHTES BUCCAUX CHEZ
LES PATIENTS SOUMIS À UNE CHIMIOTHÉRAPIE

      Les lésions et les aphtes buccaux douloureux qui font souvent
souffrir les patients soumis à une chimiothérapie peuvent être
prévenus avec soit des morceaux de glace, soit un bain de bouche
antiseptique contenant de la chlorhexidine. L'antiseptique a
l'avantage de ne pas être restreint à être utilisé avec des agents de
chimiothérapie ayant une courte demi-vie (Danemark).

      UN TRAITEMENT QUI TRAITE EFFICACEMENT UNE COMPLICATION REDOUTÉE
DE LA CHIMIOTHÉRAPIE

      Deux études multicentriques ont démontré que le médicament
dexrazoxane peut traiter avec efficacité une extravasation
accidentelle d'anthracycline, complication redoutée de la
chimiothérapie qui, si elle n'est pas traitée, peut prendre de
l'ampleur pendant des semaines pour en arriver à une nécrose
dévastatrice. Des chercheurs danois ont annoncé qu'un seul patient
sur 54 avait besoin d'une résection chirurgicale.

ots Originaltext: European Society for Medical Oncology
Internet: www.presseportal.ch

Kontakt:
Vanessa Pavinato
European Society for Medical Oncology
Jusqu'au lundi 25 septembre 2006:
Tél.: +41/91/973'19'07

À partir du mercredi 27 septembre 2006:
Tél.:  +90/212'296'30'71
E-Mail: media@esmo.org
Internet: www.esmo.org/pressroom/



Plus de communiques: European Society for Medical Oncology (ESMO)

Ces informations peuvent également vous intéresser: