Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

FNS: Diagnostic prénatal : nouvelle formation des médecins

    Berne (ots) - Mieux conseiller durant la grossesse

    Combiné à un cours de perfectionnement des médecins, un guide élaboré par des éthiciens, des psychologues et des médecins contribue à améliorer la consultation de couples attendant un enfant. Une évaluation menée dans le cadre du Programme national de recherche «Intégration et exclusion» a démontré l'impact de ce concept. La société «gynécologie suisse» a entrepris d'éditer le guide et a intégré le cours de perfectionnement dans son offre de formation continue.

    Les femmes enceintes et leurs partenaires sont actuellement confrontés à différentes méthodes de diagnostic prénatal: échographies et divers tests biochimiques et génétiques. En un temps limité, les femmes et leur partenaire doivent décider à quelle méthode ils recourront. La consultation médicale vise à les aider à prendre une décision en connaissance de cause e, une tâche difficile.

    Un comité interdisciplinaire de médecins et de psychologues dirigé par Ruth Baumann-Hölzle de l'Institut Dialog Ethik a ainsi élaboré un concept de consultation basé sur un guide et un cours de perfectionnement des médecins. Les hôpitaux universitaires de Bâle et Zurich ainsi que des participants à divers congrès médicaux ont participé à la mise au point de ce concept. D'anciens travaux de l'Institut Dialog Ethik et de l'Association pour une consultation globale et une information critique sur le diagnostic prénatal ont servi de base au concept.

    Une fois élaboré, le concept a été évalué par la psychologue Denise C. Hürlimann dans le cadre du Programme national de recherche « Intégration et exclusion » (PNR 51). Près de 200 femmes enceintes ainsi que 31 médecins généralistes et gynécologues ont participé à l'étude. La chercheuse a enregistré et évalué des entretiens de consultation avant et après l'introduction de cette formation et du guide. Elle a également interrogé des médecins et des femmes enceintes.

    Sa recherche a montré que les consultations au cours desquelles le diagnostic prénatal a été discuté durent en général moins longtemps après la formation et le recours au guide. L'entretien est mieux structuré et l'argumentaire s'est amélioré. Les médecins se référent plus à la situation dans laquelle se trouve la patiente qui consulte, expriment rarement leur avis personnel, représentent plus fréquemment les faits par des graphiques et conseillent de manière plus homogène les femmes de tous âges. Les médecins tendent également à avancer la date de la première consultation des femmes enceintes afin qu'elles disposent de plus de temps pour prendre leur décision. «Les femmes enceintes sont mieux encadrées dans leur décision concernant les tests à effectuer et les conséquences des résultats de ces derniers », résume Denise Hürlimann.

    Dilemme éthique enfin pris au sérieux Les futures mères conseillées par des médecins formés et utilisant le guide s'expriment différemment dans le processus de prise de décision. Pourtant l'assurance d'avoir pris la bonne décision n'est pas plus élevée qu'avant, ni chez les femmes enceintes ni chez les médecins. L'intense réflexion autour du sujet a raffermi les médecins dans leur savoir mais les a aussi quelque peu désécurisés émotionnellement. « Au cours de cette formation, de nombreux médecins ont pris conscience de la complexité de la problématique des examens prénataux », relève la psychologue Denise Hürlimann. Pour elle, vue sous cet angle, l'insécurité émotionnelle des médecins n'est pas négative : «Lors de l'entretien de consultation, on confère ainsi au dilemme éthique que vivent les futurs parents le statut qui lui revient».

    «Lors d'une grossesse et au vu de l'offre de tests prénataux, les femmes et leurs partenaires sont soudain confrontés à des questions épineuses», estime pour sa part Ruth Baumann-Hölzle de l'Institut zurichois Dialog Ethik. Les méthodes de diagnostic prénatal telles que les échographies, les tests sanguins ou les analyses de liquide amniotique sont aussi des facteurs de risques. De plus il convient de prendre en compte le désir des futurs parents d'assumer la naissance d'un enfant handicapé ou d'interrompre la grossesse. Dans ce cas, il faut alors tenir compte du délai d'intervention, de son risque, de la probabilité de résultats faussement négatifs ou faussement positifs, du caractère irréversible de la décision et du droit de ne pas savoir. «Le fait que des médecins planchent sur ces sujets favorise le développement d'une nouvelle conscience allant vers une décision documentée et autonome des femmes enceintes et de leurs partenaires», explique l'éthicienne.

    Cette formation de deux jours ne traite pas seulement de procédures des tests prénataux mais également de questions juridiques, de la communication médecin-patients et de questions éthiques liées à la prise de décision. Elle présente en outre une initiation au guide pour l'entretien avec les femmes enceintes. Ce fascicule de 30 pages comprend sur des conseils de communication et explique sept étapes concrètes de la consultation : de l'expression de la joie liée à la grossesse lors de la première consultation à la décision de la femme et de son partenaire de porter l'enfant ou d’interrompre la grossesse.

    Publication prise en charge par «gynécologie suisse» Wolfgang Holzgreve, président de «gynécologie suisse» (Société suisse de gynécologie et d'obstétrique), espère que le concept d’entretien sera largement diffusé dans le pays et mis à l'épreuve dans les cabinets. La compétence des médecins en consultation devrait en être améliorée. «Gynécologie suisse» a donc décidé de prendre en charge la publication du guide revu et corrigé et de le diffuser dans tout le pays. Des versions en français, en italien et en anglais vont prochainement compléter le guide édité en allemand. Cette société a en outre intégré le cours de perfectionnement dans son offre de formation continue. Plus d'une centaine de médecins ont déjà suivi le cours.

Guide: Leitfaden für vorgeburtliche Untersuchungen. Gesprächs- und Informationskonzept für den Arzt und die Ärztin zur Begleitung der schwangeren Frau und ihres Partners. (Guide pour les examens prénataux, Concept d’entretien et de d'information pour les médecins accompagnant les femmes enceintes et leurs partenaires) Ed.: «gynécologie suisse» (SGGG, Société suisse de gynécologie et d'obstétrique), Berne (tél. +41 (0)31 352 07 20, www.sggg.ch)

Etude d’évaluation: Hürlimann DC, Baumann-Hölzle R. Der Beratungsprozess in der pränatalen Diagnostik (La procédure de consultation dans le diagnostic prénatal. Schweiz Ärztezeitung 2006, tome 87 (22), p. 978-980 (www.saez.ch)

Informations supplémentaires: Dr. theol. Ruth Baumann-Hölzle Institut Dialog Ethik – Institut interdisciplinaire d’éthique en santé publique Sonneggstrasse 88 CH-8006 Zurich tél. +41 (0)44 252 42 01 fax +41 (0)44 252 42 13 e-mail: info@dialog-ethik.ch

Prof. Dr. med. Dr. h.c. mult. Wolfgang Holzgreve Directeur et médecin-chef Frauenklinik Universitätsspital Basel Spitalstrasse 21 CH-4031 Basel tél. +41 (0)61 265 90 99 fax +41 (0)61 265 91 99 e-mail: wholzgreve@uhbs.ch

Le texte de ce communiqué de presse est disponible sur le site internet du Fonds national suisse: http://www.snf.ch/fr/com/prr/prr.asp



Plus de communiques: Schweizerischer Nationalfonds / Fonds national suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: