Economie forestière Suisse

Rapport annuel de l'association suisse d'Economie forestière (EFAS)

Pas de politique forestière sans les propriétaires forestiers Soleure (ots) - Toutes les activités de l'association suisse d'Economie forestière en l'an 2000 portent l'empreinte de Lothar, et le rapport annuel en témoigne à chaque page. La tempête a fortement affecté le marché suisse du bois et mis en évidence les problèmes structurels de notre économie forestière. Le président de l'association, le Conseiller national Max Binder, demande une meilleure prise en compte du point de vue des propriétaires forestiers dans la politique forestière fédérale. Le personnel de l'association suisse d'Economie forestière, progressivement réduit au cours des dernières années, a été mis à rude épreuve par les conséquences de Lothar, mais s'est montré à la hauteur, en abattant un volume de travail considérable. L'EFAS a participé à d'innombrables séances de coordination pour y faire entendre la voix des propriétaires de forêts. Elle a répondu aux nombreuses questions des médias, dispensé plus de cent cours spécialement consacrés au bûcheronnage dans les chablis, fourni des conseils en économie d'entreprise et ouvert de nouveaux débouchés. Lothar a désorganisé le marché du bois, qui se rétablissait lentement depuis quelques années. Le façonnage a pu s'effectuer très vite, mais le transport n'a pas suivi, d'où une dépréciation qui représenta pour les propriétaires de forêts une perte supplémentaire importante. L'an 2000 a révélé sans ménagement les problèmes structurels de l'économie forestière suisse. Les ravages de Lothar ont ignoré les frontières cantonales, mais les autorités ont réagi diversement, d'où certaines injustices. On va sans doute analyser dans les prochains mois les décisions et les mesures prises sous le choc de la catastrophe et dans l'urgence du moment. Il reste à espérer que les bonnes initiatives apparues pour la gestion de la crise, telles la mise en place de collaborations ou l'adoption de méthodes modernes et économiquement concurrentielles pour la récolte du bois, vont durer et se développer encore. Comme l'écrit le président de l'association, le Conseiller national Max Binder, les politiciens ont mérité des notes très inégales. La plupart des cantons ont réagi très vite et sans formalités inutiles, mais la politique fédérale a déçu. Le Parlement s'est livré à des débats parfois contradictoires, voire offensants pour les propriétaires touchés par l'ouragan. Maintenant, il ne faut pas procéder seulement à une "critique de l'exercice", mais aussi remettre en question l'ensemble de la politique forestière fédérale. L'association suisse d'Economie forestière va s'engager pour que le point de vue des propriétaires forestiers - sans doute les principaux décideurs dans ce domaine - soit suffisamment pris en compte dans la nouvelle répartition des tâches entre Confédération et cantons. Les propriétaires forestiers victimes de l'ouragan garderont cependant un souvenir durable de la solidarité qui s'est manifestée et qui les aidera à voir de nouveau des chances d'avenir dans les forêts dont ils ont la charge. ots Originaltext: Economie forestière association suisse Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Economie forestière association suisse Rosenweg 14 4501 Soleure Tél. +41 32 625 88 00 Fax +41 32 625 88 99 E-Mail: info@wvs.ch Internet: www.wvs.ch Personnes de contact: - Urs Amstutz, directeur - Marcel Güntensperger, responsable des relations publiques [ 022 ]

Ces informations peuvent également vous intéresser: