Département fédéral de l'économie

Public Private Partnership internet à l'école

    Berne (ots) - Dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie de promotion de la société de l'information en Suisse, le Conseil fédéral souhaite que la Confédération participe à un "Public Private Partnership" qui réunira la Confédération, les cantons et des entreprises privées, et dont l'objectif est de relier à l'Internet toutes les écoles primaires, secondaires, moyennes et professionnelles du pays. Il s'agira ces prochaines années, d'une part, d'équiper les écoles avec l'infrastructure technique nécessaire, et d'autre part, de fournir des efforts particuliers pour la formation continue des enseignants. Plusieurs dizaines de milliers d'enseignants doivent en effet apprendre à maîtriser les nouvelles technologies de l'information et de la communication de manière à pouvoir en intégrer l'utilisation dans leur enseignement. L'économie se déclare prête à investir 100 millions de francs pour participer au financement du développement de l'infrastructure nécessaire dans les écoles. La Confédération fournira un engagement qui sera en rapport avec les prestations fournies par les entreprises.

    Des mesures doivent aujourd'hui être prises pour la formation continue des enseignants et pour le développement de l'infrastructure dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC). Sur les quelque 90'000 enseignants que compte la Suisse, seuls 15'000 environ sont capables d'intégrer les TIC dans leur enseignement. Pour que la moitié du corps enseignant soit capable d'utiliser toutes les potentialités d'Internet et des logiciels éducatifs, il faudrait que de 30'000 à 40'000 enseignants puissent profiter d'une formation continue ces prochaines années. Par ailleurs, l'équipement des établissements présente de grandes disparités suivant les cantons, les régions ou le niveau des écoles. L'Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT) a lancé le projet "Public Private Partnership - l'Internet à l'école" pour développer l'infrastructure des TIC dans les écoles de toutes les régions du pays, par une action bénéficiant d'un large soutien. Les jeunes en formation auront ainsi un accès facile aux technologies de l'information et de la communication.

Il s'agit, pour une période limitée, de coordonner l'engagement d'entreprises privées et des pouvoirs publics, de manière à soutenir et accélérer les travaux en cours, en complément des efforts déployés par les cantons et les communes en matière de formation. Les partenaires de l'économie privée devront soutenir généreusement le domaine de la formation. Cette action se fera en étroite coordination et coopération avec les cantons et avec la Conférence des directeurs de l'instruction publique (CDIP), et elle utilisera les structures des écoles publiques. A l'heure actuelle, les partenaires concernés mènent des négociations en vue de constituer un pôle de mise en oeuvre pour les mesures envisagées. En février 2001, les concepts seront prêts pour:

    - les paquets de prestations concrètes à l'intention des écoles     - le management du programme d'action (processus)     - le modèle d'organisation (collaboration entre les partenaires)     - la structure et les attributions des responsabilités ainsi que     - l'établissement du budget général.

    Du côté de l'économie privée, Swisscom, IBM, Apple et Yellowworld (La Poste) sont engagés dans le projet, qui reste ouvert à d'autres partenaires. Au nombre des prestations prévues assumées par les entreprises figurent notamment le raccordement et les services informatiques, ainsi que la mise à disposition du matériel et des logiciels. L'un des objectifs importants dans les prestations de Swisscom est de fournir aux régions décentralisées une connexion au réseau et des services informatiques. Les effets seront visibles dès la première étape du programme d'action dans les régions périphériques et rurales, sinon dans les centres urbains. Par ce moyen, les disparités qui prévalent encore aujourd'hui dans l'équipement des écoles devraient être réduites. Les cantons et les communes ont manifesté un grand intérêt à soutenir et à encadrer le projet.

    De leur côté, les entreprises impliquées ont fait savoir qu'elles attendaient une contribution substantielle de la part des pouvoirs publics dans le cadre de leur action commune, en particulier en faveur de la formation continue du corps enseignant et pour l'aide qu'elles fourniront dans la mise en œuvre des TIC dans l'enseignement.

    Le Conseil fédéral a décidé de soutenir le projet "Public Private Partnership - l'Internet à l'école" tel qu'il se présente aujourd'hui et d'apporter une contribution raisonnable par rapport aux moyens engagés par le secteur privé. Le DFE, le DETEC, le DFI et le DFF ont été chargés de soumettre les éléments pour une proposition concrète durant le premier trimestre 2001.

    La participation de la Confédération à ce projet représente davantage qu'un simple geste en matière de politique technologique et de formation: à l'enseigne d'un service public moderne, la Confédération contribue de manière importante au développement de l'infrastructure informatique à l'échelle du pays et, au-delà, au renforcement de la cohésion nationale. La mise en réseau, sur l'ensemble du territoire, du paysage scolaire grâce à l'Internet ouvre de nouvelles perspectives d'échanges culturels pour toutes les régions linguistiques.

ots Originaltext: DFE / DETEC
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Département fédéral de l'économie DFE, Service de la communication.
Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie
et de la communication DETEC, Service de la communication.



Plus de communiques: Département fédéral de l'économie

Ces informations peuvent également vous intéresser: