Département fédéral de l'économie

6e Réunion régionale européenne de l´Organisation Internationale du Travail Genève, 12-15 décembre 2000

Discours de Monsieur Pascal Couchepin, Conseiller fédéral, Chef du Département fédéral de l´économie Seule la version orale fait foi Monsieur le Président, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Ministres, Excellences, Genève (ots) - C´est un grand honneur pour moi de participer à cette séance inaugurale de votre 6e Réunion régionale européenne. Votre présence à Genève prouve votre attachement à l´Organisation internationale du Travail tout d´abord. Mais elle enrichit aussi la Suisse, hôte depuis 1919 de cette prestigieuse institution. C´est donc avec une profonde reconnaissance que je vous apporte le salut cordial du Conseil fédéral et du peuple suisse. Dans Mauvaises pensées et autres, Paul Valery a écrit: "Notre esprit est fait d´un désordre, plus un besoin de mettre en ordre". En d´autres mots, l´homme aurait donc deux ennemis: l´ordre et le désordre. Le passé de l´Europe donne une certaine image de désordre: conflits entre nations souveraines, oppositions idéologiques, révolutions politiques, économiques et industrielles ont fait payer un lourd tribu à la civilisation européenne. Mais, dès le milieu du 20e siècle, l´Homme a tiré les leçons du passé et doté le continent d´institutions politiques qui consacrent la paix entre les peuples, même si cette réalité est parfois encore précaire. A cet égard, je relève avec satisfaction que la République fédérale de Yougoslavie est devenue le 175e Etat membre de l´OIT. Je salue la présence de ses représentants parmi nous aujourd´hui. L´Europe sait dorénavant tirer sa force de la paix retrouvée et de la diversité de ses cultures. L´ordre règne sous les auspices de l´Union européenne en voie d´élargissement, du Conseil de l´Europe, de l´OSCE. Mais la conscience sociale du monde et de l´Europe reste placée sous les auspices de l´OIT. Je tiens à remercier l´OIT et son Directeur général, Monsieur Juan Somavia, pour son combat en faveur de la justice sociale et du travail décent dans le monde. Monsieur le Directeur général, vous avez su sauvegarder la pertinence de l´Organisation pour tous les pays européens, qu´ils soient industrialisés ou en phase de transition. L´ensemble des pays européens et de l´Asie centrale sont touchés par les processus de libéralisation des marchés et d´ouverture des sociétés. Les nouvelles technologies de l´information et de la communication boulversent le monde des affaires et du travail. La nouvelle économie, la "new economy", n´est pas un phénomène récent: Les prémisses de la troisième révolution industrielle datent des années soixante. A cette époque déjà, les opposants au renouveau critiquaient les nouvelles technologies naissantes. Même au cours des années nonante, le livre "The end of work" fut un succès. Les nouvelles données de l´économie entraînent un nouveau langage, langage que je suis heureux de retrouver dans le rapport du Directeur général pour notre réunion: 1 Le domaine des technologies de l´information et de la communication est un vecteur de la croissance actuelle. Il crée des places de travail hautement qualifiées. 2 Les nouvelles technologies sont une chance aussi pour les pays en transition. D´une part, leurs systèmes d´éducation leur permet de surmonter le "clivage numérique" (digital divide) et, d´autre part, les nouvelles technologies permettent la réallocation de certaines activités sur leur territoires. 3 Les Etats qui s´opposent au progrès technologique doivent renoncer à des gains de croissance substantiels. La nouvelle économie induit une productivité accrue qui, elle, permet une augmentation des salaires réels. Deux questions se posent à nous : Pourquoi l´Europe peine-t-elle à engranger des gains de croissance comparables à ceux enregistrés aux Etats-Unis depuis une décennie ? Comment les Etats-Unis, dont on soulignait la perte de pouvoir économique à la fin des années 80, ont-ils acquis aujourd´hui une telle puissance économique et politique? La réponse à ces questions repose sur un constat : les Etats-Unis sont ouverts à l´innovation et à la technique. Les Etats-Unis sont le leader mondial en matière de technologies de l´information et de la communication. La future révolution technologique - celle de la biotechnologie y prend une place prépondérante. L´objectif est maintenant d´utiliser ces révolutions technologies à des fins de progrès social, à la création de nouvelles places de travail. A titre d´exemple, en Suisse, le peuple a, à plusieurs reprises, repoussé des initiatives populaires qui tendaient à restreindre la recherche, notamment le génie génétique. Ce faisant, il a assuré la maintien et la création de futures places de travail hautement qualifié, au sein des entreprises concernées. Pour l´Europe, l´enjeu est très important. La simple ouverture d´esprit ne suffit pas à assurer le succès. Ce qui est en jeu pour nous, Européens, c´est notre futur économique, notre prospérité, notre succès dans la poursuite d´un modèle social européen. Seule une Europe qui gagne économiquement et socialement servira de modèle pour d´autres régions du monde. Pour relever ce défi, l´Etat et les partenaires sociaux doivent redéfinir leurs rôles respectifs et collaborer sur de nouvelles bases. L´Etat: La fonction centrale de l´Etat est de fixer les conditions cadre au fonctionnement de l´économie et de la société. Ces conditions cadre ont pour mission d´indiquer une orientation en matière de mutations économiques. Elles déterminent, par exemple, la mission assignée au service public, que celui-ci soit l´œuvre de prestataires publics ou privés. L´offre de biens publics communs garantie par le service public revêt une importance particulière ce sont la sécurité (y compris la sécurité sociale), la promotion du partenariat social (comme pilier de la démocratie et comme facteur de résolution de pacifique des conflits) et l´éducation. L´éducation et la formation occupent une place croissante dans la société du savoir. Dans nos sociétés, l´alphabétisation ne signifie pas seulement savoir lire et écrire. A l´époque des technologies de l´information et de la communication, l´alphabétisation signifie que nos écoles doivent être capables d´enseigner, à tous les niveaux, les connaissances pour maîtriser l´informatique. L´Etat devra consentir des investissements considérables pour relier nos écoles au "Global web" et pour former les enseignants. C´est là que résident nos investissements pour le futur. Comme employeur enfin, l´Etat doit former ses employés à la globalisation. Il est nécessaire de leur offrir les meilleures chances pour permettre des échange entre économie privée et secteur public. Le peuple suisse a accepté d´affranchir le personnel fédéral du statut de fonctionnaire, permettant ainsi aux pouvoirs publics de se profiler comme un employeur moderne, compétitif et conscient de ses nouvelles responsabilités. Les employeurs: La globalisation des années nonante a porté une nouvelle volée de dirigeants aux commandes de l´ancienne et de la nouvelle économie. Ce sont les gagnants du "Village Global virtuel". Mais gagner n´est pas un but en soi. Cela implique la prise en charge de responsabilités de politique sociale pour convaincre les populations du sens d´une économie et d´une société ouvertes. Tant au plan national qu´au plan international, les employeurs doivent participer à la réflexion sur la mise en place de règles sociales minimales. C´est pourquoi la présence de nombreux dirigeants de l´économie privée est indispensable pour réussir le Forum mondial sur l´emploi de l´OIT en 2001. De même, les employeurs doivent soutenir les mise en œuvre du "Global Compact" du Secrétaire général des Nations Unies, pour leur permettre, ainsi qu´aux consommateurs, de joindre leurs efforts pour assurer un travail décent dans le monde. Les syndicats: Le rapport du Directeur général nous montre combien la globalisation met les syndicats sous pression. Premièrement, les conflits du travail peuvent conduire au déplacement de la production à l´étranger, ce qui, dans une économie ouverte, n´est pas forcément un instrument efficace. Deuxièmement, les syndicats sont victimes de l´individualisation croissante du travail. Les technologies de l´information et de la communication, le télétravail et l´"outsourcing" favorisent le travail en solitaire. Ce phénomène est potentiellement dangereux, car l´instinct de solidarité s´amenuise. Ces développements sont porteurs d´un danger, car la globalisation a besoin de syndicats forts. Elle exige des solutions négociées et souples, sans attendre celles du législateur national ou international. Les compromis nécessaires au partenariat social ne peuvent être trouvés avec des syndicats qui doivent lutter pour leur survie. Pour cela, les syndicats doivent offrir de nouvelles prestations dans des domaines tels que la formation, le perfectionnent professionnel, le conseil juridique dans tous les domaines de la vie sociale. Ces nouvelles prestations doivent redonner de la force aux syndicats. L´OIT aussi doit faire face à de nouveaux défis. Les problèmes soulevés par la globalisation nécessitent des réponses et des solutions au niveau global. Déréglementer au niveau national rend nécessaire un renforcement de la réglementation internationale dans les domaines où cela est nécessaire. L´OIT a ici un rôle majeur à jouer. A cet égard, je constate avec satisfaction que la réforme de la politique normative de l´OIT, annoncée par le Directeur général en juin 1999, je l´avais soutenue il y a une année dans le cadre du Forum des entreprises, est sur la bonne voie. Je tiens à féliciter les acteurs tripartites de cette réforme, mais avant tout le Directeur général et le BIT. Mais l´OIT ne peut être réduite à sa seule politique normative. Le Groupe de travail sur la dimension sociale de la mondialisation fait de l´OIT l´unique plate-forme où l´ensemble des acteurs (y compris l´OMC et les institutions financières) discutent des questions internationales de développement social et économique. L´OIT devrait renforcer ce groupe de travail, par exemple en y incluant une approche intégrée en matière de commerce, d´investissement et de conditions de travail. Pour aider les Etats à mettre en œuvre des politiques de l´emploi concordantes, l´OIT doit pouvoir compter sur le soutien de tous pour le Forum mondial sur l´emploi de 2001. Enfin, l´OIT doit pouvoir renforcer ses moyens de coopération technique pour être en mesure de proposer des nouvelles solutions, par exemple en matière de politique migratoire. Conclusion Notre but est de réaliser tous ensemble un «Village Global» ouvert, moderne et social, au sein duquel l´Europe sera capable de donner une impulsion aux autres quartiers du «Village Global». Après les désordres et les totalitarismes du 20e siècle en Europe, notre destin commun est de devenir un modèle. Nous devons essayer de créer des règles qui garantissent un certain ordre. N´ayons donc pas peur de contredire Paul Valéry: mettons-nous au travail pour que l´ordre et le désordre ne soient pas des ennemis pour l´homme, mais qu´ils soient leur ami, une force créative au service du «Village Global». Merci à l´OIT de nous permettre de créer avec tous les quartiers du «Village global» une véritable économie mondialisée à visage humain. Je souhaite bonne chance et plein succès à votre Réunion, et je vous remercie de votre attention. ots Originaltext: Département fédéral de l'économie DFE Internet: www.newsaktuell.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: