Département fédéral de l'intérieur

Enquête suisse sur la population active 2000

La bonne situation de l'emploi ne profite pas à tous! Neuchâtel (ots) - Selon les résultats les plus récents de l'enquête suisse sur la population active (ESPA), réalisée par l'Office fédéral de la statistique (OFS), on dénombrait 3,879 millions de personnes actives occupées au 2e trimestre 2000, soit 0,4% de plus qu'un an auparavant. La progression de l'emploi en l'espace d'un an est due principalement à une augmentation du nombre des hommes actifs occupés (+0,7%), celui des femmes actives occupées étant resté presque constant (+0,1%). Le taux de sans-emploi a reculé de 3,1% à 2,7%. De nombreux signes laissent entrevoir une pénurie de main-d'oeuvre dans certains domaines. Pour les personnes sans formation post-obligatoire, le risque d'être sans emploi se chiffre néanmoins encore à 4,8%; quant au nombre des actifs occupés à temps partiel qui souhaiteraient travailler à plein temps, il n'a que faiblement diminué, passant de 11,0% à 10,9%. Enfin, les actifs plus âgés continuent de rencontrer des problèmes. Dans ce groupe de population, le taux de sans-emploi a augmenté de 2,6% à 2,8%. Le nombre des actifs occupés ne progresse plus que faiblement Au 2e trimestre 2000, on dénombrait 3,879 millions de personnes actives occupées (sans les frontaliers, les saisonniers, les personnes au bénéfice d'une autorisation de séjour de courte durée et les requérants d'asile) d'après les résultats les plus récents de l'enquête suisse sur la population active (ESPA). Par rapport au trimestre correspondant de l'année précédente, ce total ne représente plus qu'une hausse de 0,4% ou 17'000 personnes, contre 0,8% en 1999 et même 1,8% en 1998. La croissance de l'emploi a profité dans les mêmes proportions aux Suisses et aux étrangers établis ou résidant à l'année (+0,4% pour les uns comme pour les autres). Les femmes sont plus nombreuses à travailler à plein temps; la tendance au temps partiel se renforce chez les hommes Au 2e trimestre 2000, la Suisse comptait 2,172 millions d'hommes actifs occupés et 1,707 million de femmes actives occupées. Ces dernières représentaient ainsi 44% du total de la population active occupée. La progression de l'emploi en l'espace d'un an est due principalement à une augmentation du nombre des hommes actifs occupés (+21'000/+0,7%), le nombre des femmes actives occupées étant resté presque constant (+2000/+0,1%). L'importance des femmes sur le marché du travail n'a pas faibli pour autant: en effet, si, pour la première fois depuis l'introduction de l'ESPA en 1991, le nombre de celles qui travaillent à temps partiel a diminué (-1,9%), celui des femmes occupées à plein temps s'est quant à lui accru (+2,6%). Chez les hommes, c'est l'inverse qui s'est produit, le nombre des actifs occupés à plein temps ayant fléchi de 0,3% alors que celui des hommes à temps partiel augmentait de 10,3%. La majorité des femmes exerçaient néanmoins une activité à temps partiel (54%), contre seulement 10% des hommes. Des emplois à temps partiel différents pour les hommes et pour les femmes Les femmes et les hommes exerçant une activité à temps partiel se répartissent très inégalement dans les différents groupes de professions. La proportion d'hommes à temps partiel est la plus élevée dans les professions intellectuelles et scientifiques sans fonction dirigeante (15%), tandis que les femmes à temps partiel sont proportionnellement les plus nombreuses parmi les ouvrières et les employées non qualifiées (79%). Les fonctions dirigeantes sont de toute évidence difficilement conciliables avec le travail à temps partiel. La part des femmes comme celle des hommes qui occupent de telles fonctions à temps partiel sont largement inférieures à la moyenne: 29% pour les premières (contre 57% dans l'ensemble) et 2,3% pour les seconds (contre 6,9% dans l'ensemble). Cette analyse n'a porté que sur la population âgée de 25 à 54 ans, afin d'exclure les élèves et les étudiants exerçant une activité accessoire et les personnes ayant pris une retraite anticipée et ayant de petits jobs à temps partiel. Le marché suisse du travail est-il asséché? Si le nombre des actifs occupés n'a augmenté que de 0,4% entre le 2e trimestre 1999 et le 2e trimestre 2000, après avoir enregistré des hausses de 0,8% en 1999 et de 1,8% en 1998, c'est probablement parce que le marché suisse du travail connaissait une pénurie de main-d'oeuvre. Les résultats de la statistique de l'emploi (STATEM) de l'OFS confirment d'ailleurs cette supposition. D'après cette statistique, 36% des entreprises ont indiqué manquer de main-d'oeuvre qualifiée au 2e trimestre 2000 (contre 27% au 2e trimestre 1999). Selon l'ESPA, il y avait encore 106'500 personnes sans emploi au 2e trimestre 2000, de sorte que l'on ne peut certainement pas encore parler de pénurie généralisée de main-d'oeuvre (taux de sans-emploi: 2,7%). Néanmoins, les données de l'ESPA attestent qu'il existe à nouveau des goulets d'étranglement dans certains secteurs. Ainsi, pour les personnes titulaires d'un diplôme universitaire ou d'une formation équivalente (formation de degré tertiaire), le risque d'être sans emploi n'était que de 1,4% au 2e trimestre 2000. Les personnes ayant effectué un apprentissage ou une formation équivalente couraient un risque plus grand (taux de sans-emploi de 2,3%), qui restait toutefois inférieur à celui des personnes sans formation post-obligatoire; pour ces dernières et malgré la bonne situation conjoncturelle, ce risque se chiffrait encore à 4,8%. L'analyse par région révèle aussi des disparités pour ce qui est de la pénurie de main-d'oeuvre: au 2e trimestre 2000, le taux de sans-emploi s'élevait à 3,4% en Suisse latine (Suisse romande et Tessin), mais ne dépassait pas 2,4% en Suisse alémanique. La bonne situation sur le marché du travail ne fait pas reculer le sous-emploi On peut en outre difficilement parler de marché du travail complètement asséché sachant que 10,9% des personnes travaillant à temps partiel (124'000 personnes) souhaiteraient trouver un emploi à plein temps. Par rapport à 1999, cette proportion n'a guère diminué (11,0% en 1999). Là encore, on observe certaines différences selon les niveaux de formation: au 2e trimestre 2000, 10,7% seulement des actifs occupés à temps partiel ayant une formation degré tertiaire indiquaient qu'ils préféreraient travailler à plein temps, contre 11,1% au 2e trimestre 1999. Chez les personnes possédant une formation de niveau secondaire II, la proportion est passée de 9,7% à 9,2% et chez les personnes sans formation post-obligatoire, elle a en revanche progressé de 13,7% à 14,7%. Pas d'amélioration de la situation pour les actifs plus âgés Pour les actifs plus âgés, la situation ne s'est pas améliorée entre le 2e trimestre 1999 et le 2e trimestre 2000. Alors que dans tous les autres groupes d'âges, le taux de sans-emploi a baissé, il s'est accru de 2,6% à 2,8% chez les 55 à 61/64 ans. Il est intéressant de noter que, dans ce groupe d'âges, la situation a évolué différemment pour les hommes et pour les femmes. Le taux de sans-emploi des femmes de 55 à 61 ans s'est ainsi réduit de 2,8% à 2,5%, tandis qu'il augmentait de 2,5% à 3,0% chez les hommes âgés de 55 à 64 ans. Les problèmes d'intégration sur le marché du travail que connaissent les personnes ayant atteint un certain âge et surtout peu qualifiées n'ont par conséquent rien perdu de leur actualité, malgré la reprise de l'emploi. Qui sont les sans-emploi de longue durée? L'amélioration générale de la situation sur le marché du travail a entraîné non seulement une baisse du nombre absolu des sans-emploi de longue durée, mais aussi une diminution de leur part dans l'ensemble des sans-emploi. Au 2e trimestre 2000, on ne comptait plus que 31'000 personnes (29%) sans emploi depuis plus d'un an et en cherchant un, contre 48'000 un an plus tôt. On relève une surreprésentation d'étrangers et de personnes peu qualifiées parmi les sans-emploi de longue durée. Alors que la part des étrangers dans la population active est de 21%, elle s'élève à 54% chez les sans-emploi de longue durée. Les personnes sans formation post-obligatoire représentent 22% des personnes actives, mais 38% des sans-emploi de longue durée. Les personnes âgées de 55 à 61/64 ans sont aussi surreprésentées (12% des actifs, mais 19% des sans-emploi de longue durée). Annexe méthodologique L'ESPA est l'enquête la plus importante que l'OFS effectue auprès des ménages pour décrire la situation sur le marché du travail en Suisse. Elle a lieu chaque année depuis 1991 et fournit des indicateurs indispensables à la publication de rapports réguliers sur le marché du travail. Afin d'en rendre les résultats comparables sur le plan international, l'OFS s'est aligné, lors de la conception et de la réalisation des questionnaires de l'ESPA, sur les recommandations du Bureau international du Travail et sur les normes d'EUROSTAT applicables aux enquêtes sur les forces de travail. L'ESPA est réalisée tous les ans, au 2e trimestre, par un institut d'études de marché privé pour le compte de l'Office fédéral de la statistique. Cet institut contacte quelque 16'000 ménages. Une personne par ménage est ensuite choisie au hasard, puis interrogée sur son activité et sa situation professionnelles, lors d'une interview téléphonique d'une vingtaine de minutes. Outre des caractères spécifiques au marché du travail, l'enquête permet de collecter un certain nombre d'informations sociodémographiques sur la personne interrogée et sur les autres membres du ménage. Les personnes sélectionnées sont interrogées cinq années consécutives (panel rotatif), d'où la possibilité d'analyser également des aspects dynamiques du marché du travail. La participation à l'ESPA est facultative. Les taux de réponse avoisinent 70% ce qui, en comparaison d'autres enquêtes, peut être qualifié de très satisfaisant. L'ESPA étant réalisée auprès d'un échantillon, les résultats sont toujours soumis à un certain intervalle de confiance. Dans cette enquête, l'univers de base, qui sert aussi de base d'extrapolation, est constitué par la population résidante permanente de la Suisse, âgée de 15 ans ou plus; les saisonniers, les frontaliers, les personnes au bénéfice d'une autorisation de séjour de courte durée et les requérants d'asile ne sont pas pris en compte. Définitions Personnes actives occupées Font partie des actifs occupés selon l'ESPA, les personnes d'au moins 15 ans révolus qui, au cours de la semaine de référence - ont travaillé au moins une heure contre rémunération ou - qui, bien que temporairement absentes de leur travail, sont restées officiellement au service d'un employeur (absence pour cause de maladie, de vacances, de congé maternité, de service militaire, etc.) ou - qui ont collaboré dans l'entreprise familiale sans toucher de rémunération. Personnes sans emploi Font partie des personnes sans emploi selon l'ESPA, les personnes d'au moins 15 ans révolus - qui n'étaient pas actives occupées au cours de la semaine de référence, - qui ont cherché activement un emploi au cours des quatre semaines précédentes et - qui pourraient commencer un travail au cours des quatre semaines suivantes. ots Originaltext: Office fédéral de la statistique, Service d'information Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Michel Kolly, OFS, section de la vie active et du marché du travail, tél. +41 32 713 64 76. Vous trouverez d'autres informations sur le site Internet de l'OFS à l'adresse http://www.statistique.admin.ch.

Ces informations peuvent également vous intéresser: