Office féd. de la statistique

Ouverture du Symposium international sur la définition et la sélection des compétences clés

Quelles compétences pour les sociétés en mutation? Neuchâtel (ots) - La Conseillère fédérale Ruth Dreifuss, Cheffe du département fédéral de l'intérieur, a prononcé le discours d'ouverture du Symposium international sur la définition et la sélection des compétences clés, qui se tient à Genève du 11 au 13 février 2002. Organisé par l'Office fédéral de la statistique en collaboration avec l'OCDE, le Département de l'Education des Etats-Unis et Statistique Canada, le Symposium réunit 170 experts de haut niveau en provenance des Etats membres de l'OCDE, ainsi que de nombreuses organisations internationales. Des représentants des milieux académiques, économiques et gouvernementaux examineront les critères qui devraient permettre de définir les compétences nécessaires pour assurer la participation et l'intégration effective des individus dans la vie sociale, économique et politique. La complexité croissante de notre société et la rapidité des changements des modes de production peuvent entraîner de nouvelles formes d'exclusion et d'inégalité. Face à ce risque, les systèmes éducatifs et les politiques de formation au sens large doivent considérer la nécessité de promouvoir des compétences clés qui permettent aux personnes d'assumer de façon responsable et autonome leur position dans la vie sociale, économique et politique. Mais quelles sont ces compétences dont les personnes doivent aujourd'hui disposer pour s'adapter au changement social, pour s'intégrer aux nouvelles formes d'activité économique et pour participer activement aux décisions concernant des affaires collectives? Telle est la question à laquelle entend répondre le programme international de recherche DeSeCo («Definition and Selection of Competencies»), développé depuis quatre ans sous la direction de la Suisse et sous les auspices de l'OCDE. Comme l'a souligné Mme Dreifuss lors du discours d'ouverture, une des caractéristiques de ce programme est d'avoir réussi à sortir de la tour d'ivoire où se confine souvent la recherche scientifique. Dans des pays participant au programme, DeSeCo a sciemment suscité une dynamique de consultation et de dialogue entre les milieux académiques, les institutions officielles, les acteurs économiques, les partenaires sociaux et de nombreux acteurs de la société civile. Cette approche participative et pluridisciplinaire a ainsi abouti à l'élaboration des rapports d'experts et des rapports nationaux qui seront analysés lors du Symposium de Genève. Les organisateurs du Symposium se donnent pour objectif de poser un jalon important dans le renforcement des bases conceptuelles et dans l'établissement d'un consensus international sur une grille de compétences clés. Ils constatent que dans l'ensemble des pays industrialisés, tous les milieux s'accordent à considérer que les compétences traditionnellement visées par les systèmes de formation ne répondent plus à elles seules aux exigences de la vie sociale, économique et politique. Il faudrait donc procéder à une évaluation et à une comparaison internationale de compétences qui devraient couvrir un champ d'enquête bien plus large que la seule mesure des résultats scolaires tels que les capacités d'écriture, de lecture et de calcul. D'autres compétences d'intégration et de développement personnel et social, telles que les capacités de tolérance, de dialogue, d'innovation, de collaboration en équipe, d'analyse et de gestion des conflits devraient être prises en considération. Mais comment définir et mesurer ces compétences? Comment établir une grille de compétences équilibrée qui reflète les besoins d'un système économique en constante mutation et les valeurs auxquelles aspire la société démocratique? Telles sont les questions qui seront au centre des débats. A ce propos, Mme Dreifuss a notamment rappelé que l'un des objectifs majeurs de la promotion des compétences est d'assurer l'égalité des chances et de contribuer ainsi à la réalisation effective des droits humains. Elle a souligné l'importance de l'éducation en tant que moyen privilégié pour réduire les inégalités des chances dont souffrent encore aujourd'hui les groupes de population appartenant à des cultures minoritaires ou à des groupes sociaux défavorisés. Elle a rappelé que la Suisse accorde une grande importance aux indicateurs de l'éducation et à la mesure des compétences en tant que bases rigoureuses pour la conception, la mise en œuvre et l'évaluation des politiques d'éducation et de formation permanente. «En matière de promotion des compétences - a-t-elle dit - la seule volonté politique ne suffit plus. Les responsables ne peuvent prendre des décisions cohérentes et correctement ciblées que s'ils ont à leur disposition des informations appropriées, fondées sur des bases conceptuelles solides et des fondements empiriques fiables.» ots Originaltext: OFS Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Office fédéral de la statistique Service d'information Heinz Gilomen vice-directeur de l'OFS Tél. +41/32/713'68'38 E-Mail: heinz.gilomen@bfs.admin.ch Dominique Simone Rychen, OFS Secrétariat DeSeCo Tél. +41/32/713'61'60 E-Mail: dominique.rychen@bfs.admin.ch Internet: www.deseco.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: