Office féd. de la statistique

Délinquance routière : opinions et comportements des conducteurs

Neuchâtel (ots) - Une personne sur cinq admet conduire parfois avec trop d'alcool dans le sang. La moitié des Suisses estiment pourtant que les contrôles du taux d'alcoolémie sont trop rares. Plus de deux personnes sur trois approuvent d'ailleurs les récentes décisions des Chambres fédérales en matière de règles de la circulation routière, notamment la possibilité de procéder à des contrôles du taux d'alcoolémie même en l'absence de tout soupçon d'ébriété. Une majorité est également favorable à l'abaissement de la limite du taux d'alcoolémie. Tels sont les principaux résultats d'une enquête téléphonique menée par l'Office fédéral de la statistique (OFS) auprès d'un échantillon représentatif de 6000 ménages. Une part importante des conducteurs interrogés reconnaissent ne pas toujours observer les règles de la circulation routière. Le pourcentage des conducteurs qui affirment avoir conduit au moins une fois en l'an 2000 en ayant l'impression d'avoir un taux d'alcoolémie égal ou supérieur à 0,8ä s'élève à 22%. En matière d'excès de vitesse, plus de la moitié (52%) des conducteurs déclarent qu'il leur arrive de conduire trop vite à l'intérieur des localités; plus de trois conducteurs sur quatre admettent qu'ils ne respectent pas toujours les limitations de vitesse à l'extérieur des localités (77%) et sur les autoroutes (79%). De nombreuses personnes interrogées estiment insuffisant le nombre actuel de contrôles de la circulation routière. Elles sont 52% à souhaiter une augmentation des contrôles du taux d'alcoolémie et 33% à trouver nécessaires des contrôles de vitesse plus fréquents. Une majorité partage d'ailleurs l'avis du Conseil fédéral et du Parlement concernant l'introduction de règles plus strictes en matière d'alcool au volant. Ainsi, les personnes interrogées sont 67% à se déclarer en faveur de contrôles effectués sans qu'il y ait soupçon d'ébriété. A la suite de la récente décision des Chambres fédérales, la police sera habilitée à mettre en place des contrôles systématiques : toutes les personnes conduisant un véhicule pourront être priées de souffler dans un éthylomètre, même celles qui ne présentent pas de signes d'ébriété. Par ailleurs, 68% des personnes interrogées sont favorables à l'abaissement de la limite actuelle du taux d'alcoolémie de 0,8ä à 0,5ä. Ce sujet fait actuellement l'objet de discussions au Parlement. En l'an 2000, près de 60'000 permis de conduire ont été retirés en Suisse, dont 26'072 pour excès de vitesse et 16'549 pour conduite en état d'ébriété. Sur la base des condamnations pénales inscrites au casier judiciaire, on estime que près d'un homme sur trois (31%) - et 6% des femmes - sera condamné au moins une fois au cours de sa vie pour une infraction à la loi sur la circulation routière. Pour la conduite en état d'ébriété, la probabilité est de 18% (3% chez les femmes). En 2000, la police a dénombré 75'351 accidents de la circulation routière, qui ont fait 30'650 victimes, dont 592 tués. Plus les suites des accidents sont graves, plus la probabilité est grande pour que l'alcool au volant ou un excès de vitesse aient joué un rôle. Les accidents provoqués par l'une ou l'autre de ces infractions représentent respectivement 9% et 17% du total des accidents dénombrés, 10% et 20% des accidents avec blessés, et 18% et 38% des accidents ayant causé la mort d'au moins une personne. L'enquête suisse auprès de conducteurs motorisés (ECoM) est réalisée par téléphone au début de l'année auprès d'un échantillon représentatif de 6000 ménages. Elle fait partie des domaines d'observation statistique de la délinquance routière. Ces derniers comprennent également les exploitations de la statistique des condamnations pénales, l'analyse statistique de la récidive et de l'effet des sanctions, et le relevé sur les contrôles policiers de la circulation routière. Les deux premiers domaines ont déjà donné lieu à des publications (voir ci-dessous) ; en revanche, le relevé sur les contrôles policiers est en voie d'élaboration en coopération avec les chefs de la circulation routière des polices cantonales et municipales, l'Office fédéral des routes (OFROU) et le Bureau suisse de prévention des accidents (bpa). ots Originaltext: OFS Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Délinquance routière: Steve Vaucher, Office fédéral de la statistique (OFS), Section du Droit et de la justice, tél. +41 32 713 69 61, e-mail: Steve.Vaucher@bfs.admin.ch Accidents de la circulation routière: Annemarie Icen-Siegrist, Office fédéral de la statistique (OFS), Section des transports, tél. +41 32 713 65 66, e-mail: Annemarie.Icen@bfs.admin.ch Retraits de permis: Daniel Regamey, Office fédéral des routes (OFROU) Tél. +41 31 323 42 47, e-mail: Daniel.Regamey@astra.admin.ch Vous trouverez d'autres informations sur le site Internet de l'OFS à l'adresse http://www.statistique.admin.ch Publications récentes OFS; Accidents de la circulation routière en Suisse en 2000, Neuchâtel 2001. No de commande: 097-0000. Prix: Fr. 24.- OFS; Délinquance routière et récidive. Taux de recondamnation et effet des sanctions, Neuchâtel 2000. No de commande 373-0000. Prix: Fr. 5.-. OFS; Délinquance routière en Suisse. Personnes condamnées, taux de prévalence et sanctions, Neuchâtel 1999. No de commande 283-9600. Prix: Fr. 7.-. Commandes: Tél. +41 32 713 60 60 ou par fax +41 32 713 60 61 ou e-mail: order@bfs.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: