Dép. féd. enviro., transp., énerg., comm

Gothard: Régulation et optimisation du trafic lourd

    Berne (ots) - La régulation du trafic lourd mise en place au Gothard dans l'optique du renforcement de la sécurité routière déploie ses effets. Les temps d'attente évoluent dans les limites prévues. A l'aide d'autres mesures d'optimisation, il s'agira d'assurer qu'ils n'augmentent pas.

    L'Office fédéral des routes (OFROU) tire un bilan positif après une semaine de régulation du trafic lourd au Gothard. Le régime alterné à sens unique et la distance minimale de 150 m entre les camions fonctionnent en principe bien et contribuent à améliorer considérablement la sécurité routière dans le tunnel. C'est ainsi que mardi, sur la rampe nord, le surcroît de trafic a pu être maîtrisé par l'ouverture temporaire de l'aire d'attente avancée du canton de Nidwald. Dans les deux sens, les poids lourds n'ont pas eu à patienter plus longtemps que les maximums prévus. Selon les indications de la police uranaise, la zone de régulation d'Amsteg a pu être dégagée tous les soirs. Au Tessin, par contre, il a fallu arrêter quelques camions sur une aire de repos mercredi soir et dévier à plusieurs reprises le trafic lourd par le San Bernardino pendant la journée.

    L'OFROU n'est pas encore entièrement satisfait de la capacité maximale atteinte, qui était de 2'625 camions mardi, alors qu'il escomptait pouvoir en faire passer 3'500 par jour. Ce chiffre inférieur aux objectifs s'explique notamment par des différences de vitesse sur la rampe nord, des pannes et des irrégularités (par exemple au contrôle de la hauteur des véhicules) ainsi que par une synchronisation encore imparfaite du départ donné à chaque camion aux zones de régulation. De nouvelles mesures d'optimisation, à mettre en œuvre conjointement avec les cantons d'Uri et du Tessin, s'imposent pour que le trafic croissant des semaines à venir puisse être absorbé et que les temps d'attente ne dépassent pas le maximum prévu de six heures dans les aires créées à cette fin. En outre, l'OFROU entend examiner une nouvelle fois, avec le Tessin, la possibilité d'aménager des aires d'attente avancées, ce canton ayant, lui aussi, approuvé le principe du nouveau régime mis en place et ses répercussions.

    Par ailleurs, les mesures déjà prévues dans l’ancien concept pour canaliser activement le trafic lourd aux postes de douane, en collaboration avec la Direction générale des douanes (DGD), sont actuellement peaufinées pour pouvoir être mises en œuvre à la mi-février, afin de permettre de venir à bout d’une augmentation du trafic sur l’A2 et l’A13 en le canalisant. Concrètement, les chauffeurs qui entreront dans notre pays seront incités à le quitter par des postes de douane situés en dehors du Tessin dès que les aires d’attente avancées de la Suisse centrale seront pleines. Cette stratégie devrait permettre de mieux utiliser les réserves de capacité des passages alpins valaisans (Simplon, Grand-St-Bernard), d’environ 500 camions par jour, et de délester le Gothard. Les chauffeurs qui ne se conformeront pas aux instructions des postes de douane seront dénoncés et passibles d’une amende jusqu’à 5'000 francs.

ots Originaltext: DETEC
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie
et de la communication (DETEC)
Service de presse et d'information



Plus de communiques: Dép. féd. enviro., transp., énerg., comm

Ces informations peuvent également vous intéresser: