Département fédéral des finances

Coûts des relations publiques pour la Confédération

    Berne (ots) - Une nouvelle méthode de détermination des coûts en matière de relations publiques, élaborée par l'Administration fédérale des finances, permet d'assurer une plus grande transparence dans ce domaine au sein de l'administration fédérale. En l'an 2000, les coûts ont atteint 62,5 millions de francs au total. Plus de la moitié, à savoir 33,7 millions, se rapportent au personnel. Les données chiffrées ont été présentées hier au Conseil fédéral.

    Jusqu'ici, les activités en matière de relations publiques dans l'administration fédérale et les coûts qui en résultent ne présentaient pas la transparence voulue. Etant donné que les dépenses en question, portées au débit du compte financier, sont réparties entre plusieurs crédits de paiement, il était difficile d'avoir une vue d'ensemble de la situation. Sur mandat de la Commission des finances du Conseil national, le Conseil fédéral a chargé l'Administration fédérale des finances et la Chancellerie fédérale d'élaborer une méthode de détermination de ces coûts et de les présenter dans un document séparé du compte financier. Il s'agissait de créer une plus grande transparence et de permettre une utilisation plus ciblée des ressources disponibles afin d'assurer une gestion plus efficace des tâches liées à la transmission d'informations, tâches dont l'importance va croissante.

    Les coûts de communication pour l'an 2000 ont été recensés rétrospectivement. La méthode utilisée transitoirement à cet effet reprend partiellement les catégories de coûts retenues pour répondre à l'interpellation déposée par Roland Borer le 24 mars 2000 (Administration fédérale. Avalanche d'informations). Les départements, la Chancellerie fédérale ainsi que quelque 70 offices fédéraux ont dû cataloguer les coûts de personnel et les frais de biens et services dans ce domaine en tenant compte de différentes catégories. Ont été répertoriés les coûts engendrés par les salaires, les infrastructures des postes de travail, les contacts avec les médias, les travaux d'impression et de graphisme pour les publications et les campagnes d'information, les commissions et honoraires de tiers ainsi que les coûts spécifiques à Internet et à l'informatique. Les activités prescrites par la loi (brochures explicatives destinées aux électeurs ou campagne de recensement fédéral) tout comme la traduction des documents, la gestion d'Intranet et l'information interne n'ont pas été prises en considération. Les expériences accumulées lors de la récolte des données pour l'an 2000 sont précieuses pour la mise au point d'une procédure définitive de détermination des coûts de communication qui sera utilisée à partir de 2001.

    Coûts de personnel

    Pour la première fois, ce ne sont pas seulement les chargés d'information qui ont été répertoriés, mais toutes les personnes (conseillers en relations publiques, webmestres, secrétaires) qui se consacrent entièrement ou partiellement à des activités ayant trait à la communication. Il s'avère que la Confédération emploie 432 personnes se partageant 347 postes de travail à plein temps dans ce domaine. Le temps que celles-ci consacrent aux activités de communication (63 % de leur temps de travail) correspond à 218 postes à plein temps répartis comme suit: 114 pour l'information, 28 pour les relations publiques et les publications, 37 pour les activités en rapport avec Internet et 39 autres postes. Les coûts de personnel, bureau et infrastructure y compris, qui en résultent s'élèvent à 33,7 millions de francs.

    Frais de biens et services

    Les frais de biens et services, comprenant les imprimés, les campagnes, les honoraires des mandataires externes ainsi que l'informatique, se montent à 28,8 millions au total. Les coûts d'impression figurant dans le compte de l'EDMZ (10,5 millions) ainsi que les commissions et honoraires versés aux agences de publicité et de communication (9,4 millions) en forment la majeure partie.

    Coûts globaux

    Selon les chiffres répertoriés, les activités liées au domaine des relations publiques ont coûté 62,5 millions de francs à la Confédération en l'an 2000. Les coûts des publications obligatoires, des traductions et de l'information interne n'ont pas été pris en compte.

    Davantage de synergies

    Une gestion plus efficace des moyens financiers disponibles implique davantage de synergies, que ce soit par l'élimination de redondances ou le renforcement de la collaboration au niveau des offices et des départements. En ce qui concerne les économies pouvant être faites, l'Administration fédérale des finances et la Chancellerie fédérale recommandent d'utiliser prioritairement les ressources internes à disposition (conception, rédaction) avant de recourir à des mandataires externes plus coûteux. De plus, les travaux de relations publiques devraient être limités aux dossiers d'importance majeure. Disposer de services internes pour certaines activités comme le graphisme par exemple, permettrait de réduire les coûts à moyen terme.

ots Originaltext: DFF
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Urs Baumgartner, Administration fédérale des finances,
tél. +41 31 322 61 39

Département fédéral des finances DFF
Communication
CH-3003 Berne
Tél. +41 (0)31 322 60 33
Fax +41 (0)31 323 38 52
E-mail: info@gs-efd.admin.ch
Internet: http://www.dff.admin.ch



Plus de communiques: Département fédéral des finances

Ces informations peuvent également vous intéresser: