Chancellerie fédérale ChF

Position du Conseil fédéral sur le World Economic Forum 2001 Davos

Information orale du porte-parole du Conseil fédéral

    Berne (ots) - Lors de la séance d'aujourd'hui, le Conseil fédéral a discuté du déroulement du World Economic Forum de cette année. Le président Moritz Leuenberger ainsi que les conseillers fédéraux Kaspar Villiger, Pascal Couchepin et Joseph Deiss ont informé le collège gouvernemental des nombreux entretiens qu'ils ont eus à Davos en soulignant l'importance de ces rencontres internationales pour notre pays.

    Selon les conseillers fédéraux qui y ont participé, le forum de Davos fut cette année encore un lieu de rencontre important où l'on a pu échanger des opinions contradictoires et esquisser quelques perspectives pour le monde de demain.

    Le président de la Confédération et les trois conseillers fédéraux ont notamment relevé la présence cette année de plusieurs organisations non-gouvernementales qui ont eu l'occasion d'exprimer leurs critiques à l'égard de la mondialisation.

    Partant de ce constat, le Conseil fédéral estime donc qu'il importe de maintenir ce forum en Suisse tout comme des réunions alternatives qui jouissent également de la liberté d'expression. Le président de la Confédération a d'ailleurs pris part à une telle rencontre cette année. Quant à la liberté de manifester, elle doit également être garantie dans son principe.

    Le Conseil fédéral a aussi évoqué les réactions négatives engendrées par la tenue du forum et l'intervention des forces de l'ordre.

    Pour le Conseil fédéral, les débordements sciemment préparés qui sont survenus en-dehors de Davos, notamment à Landquart et à Zurich montrent bien que des mesures de sécurité extraordinaires devaient être prises. A son regret, il s'est confirmé que des groupements étaient décidés à faire usage de la violence dans le but déclaré d'empêcher la tenue du forum.

    Grâce à l'intervention des forces de sécurité, les entretiens ont pu se tenir à Davos. Les libertés de réunion et d'expression ont ainsi été respectées. Le mandat politique qu'ont rempli les forces de sécurité a permis à la Suisse d'honorer ses obligations de droit international.

    Les événements qui se sont produits lors de la tenue du World Economic Forum 2001 devront bien sûr être analysés avec plus de soin pour que l'on puisse en tirer éventuellement des leçons. La délégation du Conseil fédéral pour la sécurité a été chargée de faire un rapport à ce sujet au Conseil fédéral.

ots Originaltext: BK
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Chancellerie fédérale ChF, Achille Casanova, Porte-parole du
Conseil fédéral.



Plus de communiques: Chancellerie fédérale ChF

Ces informations peuvent également vous intéresser: