KPMG

KPMG: Le secteur de la gestion des fonds ne doit pas hésiter à imposer de nouvelles pensées

Indication: Cette étude en allemande peut être téléchargée gratuitement en format pdf sous: www.newsaktuell.ch/d/story.htx?nr=100476783 Zurich (ots) - La majorité des sociétés de gestion de fonds du monde procèdent à des restructurations de leurs activités, afin d'augmenter leurs bénéfices sur la base de coûts variables, révèle une nouvelle étude globale réalisée par le think-tank CREATE et KPMG International, réseau global de sociétés de services professionnels. Portant sur 300 gestionnaires de fonds majeurs implantés dans 29 pays et gérant un patrimoine total de 25 milliards d'euros, l'étude montre que ces sociétés rationalisent leurs effectifs et les capacités de leur infrastructure pour atteindre un niveau d'efficacité supérieur permettant de générer une croissance liée à une meilleure productivité. "Le secteur est toujours confronté au grand défi consistant à regagner la confiance des investisseurs. Par conséquent, tous les fondements de notre activité, tels que la performance, les frais et le service, sont placés sous la surveillance très stricte des CEO. De plus en plus, le secteur admet qu'un modèle commercial qui ne fonctionne que dans un marché à la hausse ne peut réussir dans notre environnement actuel de faible retour nominal sur investissement," a déclaré le Professeur Amin Rajan, CEO de CREATE et principal auteur de l'étude. Logiquement, les gestionnaires de fonds font donc aujourd'hui la distinction entre : - Opérer en se centrant sur leurs principaux points forts et - Intensifier leurs activités en concluant des alliances externes. Cette dernière option a entraîné l'externalisation des fonctions de back office et la passation d'accords avec des fournisseurs de produits majeurs. Ces alliances sont l'un des moyens par lequel le secteur tente de consolider ses capacités. L'autre option porte sur les fusions et acquisitions: en particulier, les sociétés se sont centrées sur l'acquisition de savoir-faire, et non pas d'économies d'échelle ou de positions de marché, les cibles étant plutôt des sociétés de petite taille que des acteurs de moyenne ou grande importance. Cette tendance est portée par le haut niveau des prix d'acquisition. Par ailleurs, la dernière vague de fusions, destinée à générer des économies d'échelle, devrait déjà avoir produit les bénéfices escomptés en raison des différences culturelles et du manque de compétences d'intégration. "Depuis notre dernier rapport publié il y a un an, les sociétés de gestion de fonds n'ont pas ménagé leurs efforts dans un certain nombre de secteurs stratégiques tels que la rationalisation des produits et les plans d'incitation, afin d'optimiser leur activité. La progression dans ce domaine est variable, mais la direction est claire. La profitabilité est le maître mot," a ajouté David Ledster, responsable global du cabinet Investment Management and Funds de KPMG. En revanche, l'étude avertit que les actuels changements sont nécessaires, mais pas suffisants. Car les nouvelles manières de penser sont plus importantes que les nouvelles manières de travailler. Par conséquent, leur succès dans certaines sociétés repose essentiellement sur un changement des mentalités de l'ensemble du personnel, mentalités liées à de nombreuses mesures n'ayant aucun rapport avec le mérite personnel. Il reste que les changements stratégiques qui bousculent les anciennes habitudes sont vus d'un oeil suspect. Les dirigeants donc auront fort à faire pour modifier ces attitudes tout en retenant leurs principaux collaborateurs et en générant de la profitabilité. Et si les marchés se récupèrent avec une vitesse inattendue, cette tâche sera d'autant plus complexe. KPMG International est un leader des services de révision comptable, de conseil fiscal, juridique et financier. A l'échelle mondiale, KPMG emploie près de 100 000 collaborateurs dans 150 pays. Les activités de KPMG Suisse sont intégrées à KPMG Holding (le membre suisse de KPMG International). Sous ce toit, KPMG emploie en Suisse près de 1500 personnes réparties dans treize sites. Dans l'exercice 2003, KPMG Suisse a réalisé un chiffre d'affaires de 343,8 millions de francs, ce qui représente une augmentation de 4,1 % par rapport à l'exercice précédent. Vous trouverez de plus amples informations sur www.kpmg.ch. CREATE est un think-tank indépendant spécialisé dans les modèles commerciaux émergents en matière de services financiers. Il réalise des missions de recherche pour le compte de grandes institutions financières et entreprises globales. Les conseillers de CREATE travaillent en étroite collaboration avec les principaux décideurs basés de part et d'autre de l'Atlantique pour concevoir et mettre en oeuvre des "best practices". Leur travail est rendu public via des rapports remarqués et des événements très attendus par les médias. Copies gratuites de l'étude fournies par Denise Rodosek drodosek@kpmg.com. ots Originaltext: KPMG Internet: www.newsaktuell.ch/f Contact: KPMG Stefan Mathys Corporate Communications Tél. +41/1/249'27'74 Mobile +41/79/227'98'31 E-Mail: kpmgmedia@kpmg.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: