Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Addiction Suisse Marché des stupéfiants: retour à des taux de pureté plus élevés

Lausanne (ots) - L'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies publie aujourd'hui le rapport européen sur les drogues 2015. Ce rapport mentionne notamment une hausse de la pureté et du contenu psychoactif des drogues vendues dans l'Union européenne. Les données récoltées en Suisse confirment cette tendance pour notre pays. Cette situation pourrait refléter une adaptation de la production et du trafic de drogues. Elle peut aussi engendrer certains risques supplémentaires pour les usagers.

Le rapport européen sur les drogues (http://www.emcdda.europa.eu/edr2015) publié aujourd'hui par l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) fait état d'une hausse récente du taux de pureté et du contenu psychoactif des drogues illicites. Cette évolution concerne la cocaïne, l'héroïne et l'amphétamine dont le taux de pureté augmente, ainsi que les pilules d'ecstasy dont le contenu en principe actif (MDMA) est en hausse. L'EMCDDA observe un phénomène similaire s'agissant des produits du cannabis dont le taux moyen en THC augmente.

En Suisse, il existe deux sources de données qui permettent d'étudier le contenu des substances illicites: les statistiques de la Société suisse de médecine légale (SSML)(http://www.sgrm.ch/fr/chemie.html), qui répertorient les drogues saisies en Suisse qui ont fait l'objet d'une analyse de leur contenu, et les résultats du Drug Checking (http://www.saferparty.ch/125.html)qui est effectué à Zürich par le Streetwork depuis de nombreuses années mais aussi depuis peu à Berne par Rave it Safe. Les deux sources de données suggèrent pour la Suisse une hausse semblable à celle rapportée par l'EMCDDA, à l'exception toutefois des produits du cannabis dont le taux moyen en THC semble n'avoir que peu évolué ces quatre dernières années d'après les données de la SSML.

Essai d'explication

Le marché des stupéfiants est un domaine qui est notoirement mal connu et, sans données précises sur les prix et sur la disponibilité des substances, il est pour le moins difficile de tirer des conclusions de cette récente hausse des taux de pureté et du contenu psychoactif. On observe toutefois que les niveaux atteints aujourd'hui, à l'exception des pilules d'ecstasy dont le contenu en MDMA est plus élevé que par le passé, sont ceux que l'on a déjà connu il y a quelques années. Il est donc possible que le marché des stupéfiants fasse une sorte de retour à la normale. Cela pourrait signifier que les réseaux de production et de trafic ont, peut-être provisoirement, des modes de production plus efficaces et/ou qu'ils ont réussi à contourner certains des obstacles auxquels ils étaient confrontés. Ces obstacles concernent par exemple l'accès aux précurseurs et autres substances nécessaires à la production des drogues ou encore les contrôles au niveau des routes et destinations du trafic de drogue.

Quelles conséquences pour les usagers? Des substances plus pures et plus fortement dosées sont synonymes d'intoxications plus élevées. Celles-ci peuvent conduire à des désagréments et à des malaises, et peuvent même s'avérer fatales avec une substance comme l'héroïne. Les variations rapportée dans l'Union européenne et en Suisse rappellent aussi l'instabilité d'un marché dans lequel les consommateurs ne savent a priori jamais quelle est la composition exacte de ce qu'ils prennent. Pour celles et ceux qui vont malgré tout consommer ces drogues, il faut donc au moins appliquer les règles dites de "safer use" qui permettent de réduire les risques: tester d'abord une petite quantité de la substance pour en connaître les effets; ne pas mélanger les substances, y compris avec l'alcool; ne consommer que lorsque l'on se sent physiquement et psychiquement bien; boire beaucoup d'eau; ne pas rester seul et agir lorsqu'un autre consommateur ne se sent pas bien; et, bien sûr, ne pas conduire de véhicule.

La Fondation Addiction Suisse est un centre de compétences national dans le domaine des addictions. Elle est active dans la recherche, conçoit des projets de prévention et s'engage pour une politique de santé. Le but de la fondation est de prévenir ou d'atténuer les problèmes issus de la consommation d'alcool et d'autres substances psychoactives ou liés aux jeux de hasard et à l'usage de l'internet.

Plus d'informations sur notre site internet www.addictionsuisse.ch

Vous trouverez le présent communiqué de presse sur: http://www.addictionsuisse.ch/fr/actualites/communiques-de-presse

Contact:

Pour la Suisse:
Frank Zobel, tél. 021 321 29 60
fzobel@addictionsuisse.ch

Pour le rapport européen:
Liesbeth Vandam, tél. (351) 211 21 02 25



Plus de communiques: Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: