Bundesamt für Statistik

BFS: Parc des véhicules routiers en 2002 La croissance du parc des véhicules routiers se poursuit

      Neuchâtel (ots) - En 2002, le nombre de véhicules routiers
immatriculés en Suisse a continué d'augmenter, poursuivant ainsi la
progression constante observée depuis le milieu des années 90. Au 30
septembre 2002, on dénombre quelque 5,1 millions de véhicules à
moteur et remorques, dont 3,7 millions de voitures de tourisme (2%
de plus que l'année précédente), 290'000 véhicules utilitaires de
transport de marchandises (+1,7%), 545'000 motocycles (+4.6%). C'est
entre autres ce qui ressort de la statistique des véhicules routiers
2002 que l'Office fédéral de la statistique (OFS) établit sur la
base de la banque de données du Contrôle fédéral des véhicules.

    D'une manière générale, les parcs des différentes catégories de véhicule ont augmenté d'un nombre presque constant ces cinq ou six dernières années. Par exemple, le parc des voitures de tourisme a augmenté de 71'000 unités entre 2001 et 2002 et de 75'500 unités par an, en moyenne, depuis 1997. La progression du nombre des véhicules de transport de marchandises est stable depuis 1998: elle a été de 5700 unités par an en moyenne et de 4900 unités entre 2001 et 2002. Enfin, le nombre de motocycles continue de progresser fortement: 24'000 véhicules de plus dans le parc de 2002, en moyenne 27'000 véhicules de plus chaque année depuis 1996.

Des voitures de tourisme plus puissantes mais vieillissantes

    Du point de vue technique, la progression du nombre de voitures à transmission automatique est remarquable: leur part a passé de 16,4% en 1992 à 21,5% en 2002 et elle continue d'augmenter régulièrement. On constate encore que, pour la première fois, il y a plus de tractions intégrales, permanentes ou non (15,2% du parc), que de tractions arrières (14,7% du parc). Les tractions avant restent largement dominantes, mais leur part semble s'être maintenant stabilisée à 70% environ, après plus de 10 années d'augmentation continue. On remarque également que la cylindrée moyenne est passée de 1750 cm3 en 1990 à 1884 cm3 en 2002. Enfin, l'âge moyen des voitures de tourisme ne cesse d'augmenter: il était de 5,4 ans en 1990, contre 7,1 ans en 2002.

    Avec 508 voitures de tourisme pour 1000 habitants, la Suisse se situe près de la moyenne européenne (pour laquelle les chiffres les plus récents disponibles sont ceux de l'année 2000). Parmi nos voisins immédiats, les Italiens (565 voitures pour 1000 habitants) et les Allemands (533) sont plus motorisés que nous, tandis que les Français (474) le sont moins. Le taux de motorisation en Autriche (506) est à peu près le même que le nôtre. On remarque aussi que le taux de motorisation est singulièrement bas dans les pays du nord de l'Europe, tels que les Pays-Bas (412), la Norvège (413), le Royaume- Uni (420) et la Suède (451).

Désormais le transport de marchandises marche au diesel

    Les véhicules utilitaires de transport de marchandises comprennent les voitures de livraison, les camions, les véhicules articulés et les tracteurs à sellette. Les véhicules légers, soit les voitures de livraison et quelques tracteurs à sellette dont le poids total ne dépasse pas 3,5 tonnes, en représentent 80%. Le parc des voitures de livraison (239'000 unités en 2002, soit 18% de plus que 10 ans auparavant) et celui des tracteurs à sellette (9000 unités en 2002, soit 46% de plus que 10 ans auparavant) ont régulièrement augmenté. En revanche, pendant la même période, le nombre de camions a diminué de 12%: en 2002, on n'en dénombre plus que 42'000.

    Si, depuis longtemps, les véhicules lourds fonctionnent au diesel, tel n'était pas le cas des utilitaires dans leur ensemble jusqu'à la fin des années 90. Mais, en 2000, le rapport entre diesel et essence s'est inversé au profit du diesel et la part de ce dernier gagne plus de 2% par année. Aujourd'hui, plus de 54% des véhicules de transport de marchandises utilisent du diesel, qui a l'avantage de produire moins de CO2 au kilomètre parcouru. En revanche, il a des effets délétères reconnus: il émet beaucoup d'oxydes d'azote (NOx) et de suies (poussières microscopiques). Contre ces dernières, les véhicules modernes commencent maintenant à être équipés de filtres à particules.

Polarisation des motocycles vers les petites et les grosses cylindrées

    Le parc de motocycles croît régulièrement et de manière importante depuis 6 ans. Entre 1996 et 2002, il a passé de 382'000 à 545'000 véhicules et il a encore progressé de 4,6% cette année.

    En terme de cylindrée, on observe que le parc se polarise vers les extrêmes, c'est-à-dire que la part des plus petites cylindrées (jusqu'à 50 cm3) et des plus grosses cylindrées (750 cm3 et plus) augmente, au détriment de celle des cylindrées intermédiaires et cela malgré une progression du nombre de motocycles dans toutes les catégories de cylindrée. Le parc des motocycles légers jusqu'à 50 cm3 a gagné en moyenne 13'000 unités par an depuis 1996. Il compte actuellement 128'000 véhicules, soit 24% du parc des motocycles, contre seulement 13% en 1996. La part des cylindrées supérieures ou égales à 750 cm3 croît plus lentement mais tout aussi sûrement: elle est passée de 14% en 1996 à 21% en 2002. Au contraire, par exemple, les motocycles entre 51 et 125 cm3 ne représentent plus que 32% des motocycles, contre 40% en 1996.

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE

    Service d'information Renseignements:

Albin Raemy, OFS, Section des transports, tél. 032 713 62 11

Commande de publications: tél.: 032 713 60 60, Fax: 032 713 60 61, e- mail: Ruedi.Jost@bfs.admin.ch

    Nouvelle parution:

OFS, Véhicules routiers en Suisse, parc au 30 septembre 2002, Neuchâtel 2002, no de commande: 033-0200,

    parution prévue en janvier 2003.

Vous trouverez d'autres informations sur le site Internet de l'OFS à l'adresse http://www.statistique.admin.ch

02.12.02



Ces informations peuvent également vous intéresser: