KIPA / APIC

Suisse: Depuis vingt ans, le Père jésuite Albert Longchamp censuré

    Genève (ots) - L'entrepreneur genevois Pierre Marti n'en démord pas: il veut absolument que soit levée "l'interdiction absolue" de parler de l'Opus Dei imposée par Rome en 1981 au journaliste jésuite Albert Longchamp, révèle le quotidien "Le Temps".

    Directeur et rédacteur en chef de l'hebdomadaire chrétien "Echo Magazine", et directeur du mensuel jésuite Choisir, Albert Longchamp veut retrouver sa liberté de parole en ce qui concerne l'Opus Dei. Pierre Marti attend depuis le printemps dernier que Mgr Bernard Genoud, lui fournisse des explications sur l'Opus Dei, puisque le Père Longchamp ne peut le faire lui-même.

    Notons que l'interdiction de parole sur tout ce qui touche l'Opus Dei infligée au Père Longchamp ne relève pas d'une instance diocésaine. L'Opus Dei est une prélature personnelle qui échappe à l'autorité de l'ordinaire diocésain, et l'interdiction vient de Rome.

    Les ennuis du Père Albert Longchamp avec les "ciseaux d'Anastasie" - la censure! - remontent à un jour de février 1981, quand il publie dans la revue Choisir un dossier solidement étayé sur l'Opus Dei rédigé par le Père Pierre Emonet, qui allait devenir plus tard rédacteur en chef de la revue jésuite romande.

    Au mois de mai suivant, un émissaire de la Compagnie de Jésus arrive de Rome avec une lettre du cardinal secrétaire d'Etat Casaroli. Le numéro deux du Vatican ordonne "au nom de l'autorité supérieure", de cesser à l'avenir toute publication ou débat public sur cet institut."

ots Originaltext: APIC
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Agence de Presse Internationale Catholique APIC
Tél. +41/26/426'48'11
Fax  +41/26/426'48'00
E-mail:    apic@dm.krinfo.ch
Internet: www.kipa-apic.ch
[ 001 ]



Plus de communiques: KIPA / APIC

Ces informations peuvent également vous intéresser: