Touring Club Schweiz/Suisse/Svizzero - TCS

Position du TCS au sujet des différents modèles de road pricing (péages) présentés par l'OFROU Rien de nouveau à l'horizon

Berne (ots) - Le trafic routier couvre ses coûts – Le road pricing est à la fois inutile, anticonstitutionnel et antisocial TCS, Berne, le 26 janvier 2006. Les modèles de road pricing présentés par l'Office fédéral des routes (OFROU) ne nous livrent aucun nouvel enseignement. La perception électronique des taxes est depuis longtemps possible d'un point de vue technique, comme le montrent différents exemples à l'étranger. De l'avis du TCS, la démarche suivie actuellement est plus que douteuse, raison pour laquelle il demande à la Confédération d'arrêter une politique claire, assortie de priorités, dans le domaine du financement des routes. Le TCS relève que l'administration sème le doute au moment même où le Parlement est à la recherche de solutions en vue de la mise en œuvre du fonds pour le trafic d'agglomération et le réseau des routes nationales. Pour rappel, ce fonds fixe les bases du financement des infrastructures pour les vingt années à venir. Selon le TCS, il est contre-productif de relancer à ce stade la discussion sur le road pricing (péages routiers). Le TCS souligne que le trafic motorisé individuel couvre ses coûts dans le cadre du système de financement en vigueur et qu'il n'est donc pas utile d'envisager des péages sur les autoroutes ou les routes principales. Quand à la gestion du trafic d'agglomération par le biais de péages, à l'image du modèle londonien, le TCS l'estime trop coûteuse d'un point de vue économique, peu efficiente et antisociale. Une telle solution limiterait l'accès aux centres des villes à ceux qui peuvent se l'offrir (l'accès au centre- ville de Londres coûte 20 CHF par jour). Contact pour la presse: Patrick Eperon, téléphone portable : 079 477 33 57

Plus de communiques: Touring Club Schweiz/Suisse/Svizzero - TCS

Ces informations peuvent également vous intéresser: