DEZA

La Suisse soutient les victimes en Côte d'Ivoire

      Berne (ots) - Depuis le début de la crise en Côte d'Ivoire la
Direction du développement et de la coo-pération DDC s'est engagée à
fournir une aide d’urgence de 1,5 million de francs en fa-veur des
victimes du conflit. Un million de francs a été versé au profit des
opérations d’urgence du Comité international de la Croix Rouge
(CICR) et un autre demi-million pour soutenir l’aide alimentaire du
Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PMA). Un expert du
Corps suisse d’aide humanitaire CSA agit depuis un pays voisin, le
Burkina Faso tandis que d’autres experts sont prêts à intervenir.

    Les répercutions humanitaires du conflit en Côte d'Ivoire après la tentative de coup d’état du mois de septembre sont dramatiques : près de 200'000 personnes ont été déplacées, plus de 400 morts sont à déplorer. D'importantes infrastructures de base ont été détruites dans la zone des combats au centre du pays, les habitants n’ont plus accès aux services sociaux. Il manque surtout des médicaments, de l’eau potable, de la nourriture et le minimum de soins de santé. A Abidjan, dans le cadre de prétendues „opérations de nettoyage“, les autorités ra-sent des quartiers pauvres entiers et déplacent leurs habitants. 6'000 personnes ont ainsi déjà perdu leur abri. Tant que les conditions de sécurité sont tolérables, la communauté internatio-nale fournit une aide d’urgence efficace aux personnes concernées. La DDC participe à ces efforts : elle a versé un million de francs pour les actions d’urgence du CICR et 500'000 francs au profit du PAM pour l’aide alimentaire.

    La crise en Côte d'Ivoire masque le danger de répercussions humanitaires très étendues dans toute la région. Près d’un tiers des habitants de Côte d'Ivoire sont des travailleurs étrangers venus des pays voisins. Ils vivent essentiellement dans le nord du pays, région principalement musulmane où sont cultivés le cacao et le café. La migration d’un grand nombre de person-nes, notamment le retour précipité des immigrants dans leurs pays d’origine voisins, semble tout à fait envisageable.

    Cette éventualité est prise en compte, notamment dans les pays voisins et des mesures de prévention ont été mises en place. Des dispositions ont été prises en Côte d’Ivoire pour es-sayer d’empêcher ce flux migratoire ou si possible de le limiter au niveau régional. Par l'inter-médiaire de ses bureaux de coordination et des ambassades de Suisse en Afrique de l’Ouest la DDC peut participer de façon déterminante aux opérations de secours requises. Un expert du Corps suisse d’aide humanitaire CSA soutient le bureau de coordination de la DDC au Burkina Faso. Il est spécialiste en eau et assainissement mais aussi en aménagement de camps de réfugiés. Cet expert se tient à la disposition de la cellule de crise nationale et des organisations humanitaires pour la planification de centres de transit ainsi que pour l’alimentation en eau potable.

DIRECTION DU DEVELOPPEMENT ET DE LA COOPERATION  DDC Médias et communication

Pour toute information complémentaire, veuillez vous adresser à Joachim Ahrens, porte-parole de la DDC, Tél. : 031-322 35 59



Plus de communiques: DEZA

Ces informations peuvent également vous intéresser: