Angestellte Schweiz / Employés Suisse

Revendications salariales 2007/08 des Employés Suisse
Le salaire au mérite – bien vu ou mal vu?

      Zurich (ots) - Le salaire "approprié" est une question qui soulève
bien des discussions et des controverses au sein de l'opinion
publique. C'est pourquoi les Employés Suisse tiennent à connaître
l'avis de leurs membres. Avec l'aide de l'institut Demoscope, ils
ont donc procédé à une enquête en ligne. Celle-ci montre: la plupart
des personnes interrogées ont une attitude positive vis-à-vis du
salaire au mérite. Cela ne les empêche toutefois pas de poser des
questions critiques sur certains aspects tels que l'objectivité
appliquée lors du calcul du salaire au mérite. De plus, l'enquête a
révélé que trois quarts des personnes interrogées recevaient un
bonus et que, dans l'ensemble, les bonus étaient réjouissants. Une
autre enquête effectuée par les Employés Suisse a par ailleurs
clairement montré que la satisfaction des employés à leur poste de
travail n'était que moyenne, et qu'il fallait donc prendre des
mesures dans ce domaine.

    Pour les prochaines négociations salariales, les Employés Suisse revendiquent une augmentation de salaire de l'ordre de 4 % pour la branche MEM (industrie des machines, des équipements électriques et des métaux) ainsi que pour le secteur Chimie/Pharmacie. Les salaires réels doivent nettement augmenter. Le moment est venu pour les employés de profiter de l'augmentation de productivité!

    Lors de l'orientation des médias le 21 juin 2007 à Zurich, les Employés Suisse ont présenté les résultats d'une enquête effectuée auprès de leurs membres concernant le salaire au mérite, les bonus et les prestations complémentaires. Celle-ci a été réalisée par l'institut Demoscope à la demande des Employés Suisse.

    La réglementation des bonus est particulièrement réjouissante Les Employés Suisse apprécient beaucoup le fait qu'environ deux tiers des personnes interrogées aient reçu un bonus l'année passée. D'une part, le bonus permet d'honorer les prestations extraordinaires fournies par les personnes individuelles ou les départements; d'autre part, il permet également de transmettre une partie du bénéfice réalisée par l'entreprise à ceux et celles qui l'ont généré: les employés. Les Employés Suisse considèrent le fait que le bonus se base en premier lieu sur la prestation fournie par l'employé – comme cela est le cas pour plus des deux tiers d'entre eux – et qu'il s'agit là d'une mesure appropriée. Ils soutiennent le salaire au mérite, car il repose sur des critères honnêtes, transparents et clairs.

    L'enquête a également révélé que le versement de cette prestation est généralement ancré dans le contrat et institutionnalisé. Pour les employés, cet avantage notable permet, dans une certaine mesure, d'éliminer l'attribution aléatoire des bonus.

    Le salaire au mérite est largement approuvé La majorité des personnes interrogées approuve le salaire au mérite: 73% de toutes les personnes ayant répondu au sondage y sont favorables. Deux tiers des personnes qui touchent déjà un salaire basé sur le mérite considèrent le système du salaire au mérite comme étant correct.

    Toutefois, les membres interrogés n'hésitent pas à poser des questions critiques sur certains points concernant le salaire au mérite. La moitié des personnes interrogées pense que le salaire au mérite récompense les personnes ayant du succès et que les autres ne touchent rien. Pour éviter ce genre de situation, les Employés Suisse recommandent aux employeurs de verser un bonus basé également sur les objectifs du département.

    Pours les membres des Employés Suisse, les plus grandes lacunes que présente le salaire au mérite sont les critères de mesure: 73% sont d'avis que la prestation ne peut pas se calculer de manière objective. Du point de vue des Employés Suisse, il faut absolument prendre des mesures à ce niveau! Il existe des systèmes modernes qui permettent de formuler des objectifs mesurables et contrôlables.

    La satisfaction aux postes de travail laisse à désirer L'année dernière, les Employés Suisse ont mené une enquête qui a donné le résultat suivant: la satisfaction des employés dans les branches MEM et chimie/pharmacie n'est que moyenne.

    Dans le cadre de cette enquête, le salaire est certes acceptable mais pas bon. Les mauvaises notes données pour l'information (à peine 4 sur une échelle allant de 1 à 6), les signes d'appréciation et le soutien du chef (environ 4) donnent matière à réflexion. Le manque de confiance des employés dans la direction est même alarmant. Plus d'un tiers des participants et participantes au sondage ont donné une note entre 1 et 3. Les employeurs sont donc vivement appelés à prendre des mesures favorisant la confiance! L'enquête elle-même révèle les points où il faut agir: • Les chefs doivent être honnêtes envers leurs employés. • Ils doivent communiquer à temps, de manière ouverte et détaillée. • Ils doivent veiller aux besoins des employés et ne pas seulement tenir compte de leur propre position et du cours des actions. • Et pour finir: un compliment, un signe de reconnaissance et d'appréciation, est un geste précieux aux yeux des collaborateurs, qui leur signale que leur travail est important.

Les Employés Suisse revendiquent jusqu'à 4% de salaire en plus

    L'index suisse des salaires fourni par l'Office fédéral de la statistique pour l'année 2006 ainsi qu'une recherche effectuée par le journal économique Handelszeitung concernant les salaires de pointe versés dans les grandes entreprises suisses le révèlent: jusqu'à présent, les cadres supérieurs surtout ont profité de l'essor économique, mais pas les employés. L'année dernière, les salaires des top-managers ont connu en moyenne une hausse de 15%! Par contre, les salaires réels des employés ont à peine augmenté de 0,1% pendant la même période.

    Les managers ne sont pas les seuls à avoir assuré l'essor des entreprises. Au contraire: ce sont les employés qui ont tout mis en œuvre. C'est eux qu'il faut enfin récompenser! Il existe de nombreuses raisons pour augmenter les salaires réels des employés de manière sensible:

    • La conjoncture continue de tourner à fond, les pronostics pour les branches MEM et Chimie sont très bons. • Au cours des dernières années, la plupart des entreprises ont enregistré de gros bénéfices, voire des bénéfices record! Il s'agit maintenant de permettre aux employés, et pas seulement aux managers, d'y participer! Comme les Employés Suisse l'avaient déjà revendiqué il y a deux ans et l'année passée également, il faut maintenant que les salaires moyens augmentent. Les managers ont reçu leur part, leurs salaires doivent stagner, ou dans de nombreux cas même baisser. Il faut mettre un terme à cette escroquerie excessive pratiquée par certains managers. Les parts doivent être mieux distribuées; la classe moyenne en Suisse consolidée. • Comme dit plus haut, il faut prendre des mesures. Les salaires réels desemployés doivent de nouveau augmenter. • Lorsque la conjoncture est bonne, les employés sont davantage sollicités; surtout lorsque de nombreux emplois sont vacants comme c'est le cas actuellement. Une augmentation sensible des salaires réels motive les employés à fournir les prestations requises afin que les nombreuses commandes puissent être honorées dans les délais.

    Revendications salariales de l'industrie MEM: 2% d'augmentation du salaire réel + 1,5% de participation aux résultats + inflation Les revendications des Employés Suisse pour l'industrie MEM se calculent selon la formule suivante: 2% d'augmentation du salaire réel + 1,5% participation aux résultats + inflation.

    Les Employés Suisse partent du fait que l'inflation se situera à environ 0,5% à la fin de l'année. Celle-ci doit dans tous les cas être compensée. Une seule exception: les entreprises qui traversent actuellement une période de crise. Dans ce cas, les employés Suisse acceptent également le gel des salaires.

    Quant à l'augmentation du salaire réel de 2%, les employés Suisse la revendiquent de toutes les entreprises qui ne traversent pas une période critique. Et ce pour tous les niveaux de salaires, sauf pour ceux des cadres supérieurs. Les 2% se basent d'ailleurs sur une enquête menée par les Employés Suisse auprès des associations d'employés affiliées dans la branche MEM.

    De nombreuses entreprises de la branche se portent très bien. Il faut enfin que les employés – qui ont contribué au succès -, et pas seulement les chefs, puissent en profiter. Pour ces entreprises, les Employés Suisse proposent donc une participation aux résultats sous la forme d'une augmentation de salaire pouvant s'élever à 1,5 % supplémentaire pour tous les niveaux de salaire, sauf pour ceux des cadres supérieurs.

    Compte tenu d'une inflation de 0,5%, on obtient ainsi une hausse allant de 0% (entreprises en crise) à 4% (entreprises réalisant de gros bénéfices). Ces revendications tiennent compte de la marche actuelle des affaires dans les entreprises et sont absolument réalistes au vu des perspectives conjoncturelles. Les Employés Suisse attendent une hausse générale des salaires des employés de l'ordre de 4% dans la plupart des entreprises de l'industrie MEM, vu que la majorité d'entre elles se porte bien, voire très bien!

    Revendications salariales pour la Chimie/Pharmacie: jusqu'à 4%, dont 2,5% généraux Depuis l'an 2000, aucune autre branche n'a connu un essor aussi important que celle de l'industrie chimique et pharmaceutique. Au cours de la deuxième moitié des années 90 déjà, la croissance de l'économie suisse était largement due aux résultats de l'industrie chimique et pharmaceutique.

    Afin que le moteur de la croissance continue à tourner, il est temps que les employés puissent tirer parti de cette augmentation de productivité! L'écart entre les hauts revenus des managers et les salaires "normaux" des employés s'agrandit surtout dans l'industrie pharmaceutique, mais également dans l'industrie chimique. D'année en année, cet écart prend des proportions toujours plus démesurées. Cette évolution est alarmante, et il s'agit absolument de la combattre.

    C'est pourquoi, les Employés Suisse revendiquent une augmentation de salaire pouvant atteindre 4% pour la branche Chimie/Pharmacie, en fonction des résultats obtenus par l'entreprise. Ce pourcentage comprend une part générale pour assurer le pouvoir d'achat ainsi que la compensation de l'augmentation de productivité de 2,5%. Pour une fois, les employés devraient pouvoir en profiter!

Contact: Vital G. Stutz, directeur Employés Suisse, Tél. 044 360 11 11, Portable 079 639 73 03

    Les Employés Suisse sont l'organisation des employés la plus importante des branches MEM (industrie des machines, des équipements électriques et des métaux) et Chimie/Pharmacie. Environ 25 000 employés y adhèrent. Les Employés Suisse sont nés de la fusion des deux associations Employés affiliés VSAM (MEM, fondée en 1918) et VSAC (Chimie, fondée en 1993).



Plus de communiques: Angestellte Schweiz / Employés Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: