SEC Suisse

SEC Suisse à l'occasion de la Journée Internationale de la Femme: L'égalité n'est de mise qu'en théorie, pas en pratique

    Zurich (ots) - La position de la femme dans le monde du travail fait l'objet de toujours plus d'attention. Malheureusement, les différences de rétribution entre les femmes et les hommes ne sont de loin pas encore gommées. C'est précisément ce que démontre l'enquête sur la situation des employés de commerce réalisée sur mandat de la SEC Suisse. Dans quasiment tous les secteurs d'activité, les hommes sont mieux rétribués que les femmes. A l'occasion de l'année internationale de la femme, la SEC Suisse exige donc des employeurs qu'ils suppriment les inégalités salariales et accordent une importance prioritaire à l'égalité entre les femmes et les hommes dans le monde du travail.

    L'égalité des genres n'est actuellement réalisée que sur le papier. On ne trouve encore que très rarement des femmes à la tête des entreprises. Leurs salaires sont inférieurs à celui des hommes dans tous les secteurs d'activité et niveaux de fonction, et cela quand bien même elles effectuent le même travail que leurs collègues masculins. La différence s'élève en moyenne suisse à 5% dans le secteur des services; dans le commerce de détail, il peut même dépasser 9% (graphique sur www.secsuisse.ch).

    Le fait principalement admis dans l'économie que l'égalité et les différences salariales n'existent plus entre les hommes et les femmes et que tout est maintenant réglé onze ans après l'adoption de la loi sur l'égalité ne correspond toujours pas à la réalité.

    A l'occasion de la Journée internationale de la femme, la SEC Suisse exige donc une fois de plus des employeurs ainsi que des milieux économiques et politiques d'attribuer le même salaire pour un travail identique. Il s'agit également d'appliquer une politique ciblée de promotion des femmes, d'aménager l'aptitude familiale des offres de formation et de perfectionnement et de contrôler dans quelle mesure le partage des emplois est possible aussi au niveau des postes de cadres.

    Les femmes sont elles-mêmes appelées à exercer activement leurs droits. Elles doivent négocier régulièrement des augmentations de salaire et aborder franchement la question de leur plan de carrière avec leurs employeurs. Car attendre que la femme obtienne ce qu'elle mérite débouche très rarement sur un succès. Les initiatives personnelles y parviennent par contre beaucoup plus souvent!

            Commerce      Commerce    Industrie    Administrations  Services
            de détail    de gros                         publiques

Grandes
agglomérations
Zurich et
Genève)      8,9%         4,8%            5,9%              2,3%                  4,6%

Suisse sans
les grandes
agglomérations
sans la Suisse
méridionale
                 9,2%         5,9%            5,8%              2,4%                  4,9%

    * Etude du CEPEC effectuée sur mandat de la SEC Suisse, 2004. Les valeurs présentent des différences moyennes entre les salaires masculins et féminins pour le niveau de fonction C (c'est-à-dire exigences et capacité correspondant au niveau de formation d'un/e apprenti/e de commerce ou d'un diplôme d'une école de commerce.

ots Originaltext: SEC Suisse
Internet: www.presseportal.ch

Contact:
Mario Fehr conseiller national président de la SEC Suisse
Mobile: +41/79/734'54'39

Barbara Gisi
responsable de la politique en faveur des employés
Tél.: +41/44/283'45'76
Mobile: +41/79/775'66'10

Luc Python
Secétaire romand
Mobile: +41/79/355'45'89



Plus de communiques: SEC Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: