ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Initiative vache à lait: Aucune excuse pour ignorer une modernisation de l'infrastructure routière en souffrance - améliorer le FORTA maintenant!

Bern (ots) - Le besoin d'intervention pour la modernisation de l'infrastructure routière demeure fondamentalement élevé même après le refus actuel de ladite «Initiative vache à lait». C'est la raison pour laquelle, l'association suisse des transports routiers ASTAG se tient en principe derrière le fonds routier planifié FORTA. Des corrections supplémentaires du modèle du Conseil fédéral sont toutefois nécessaires par le Parlement. Il n'est pas question de charges supplémentaires au détriment de l'industrie du transport et des automobilistes.

L'association suisse des transports routiers ASTAG prend connaissance du NON prononcé relatif à l'initiative populaire pour un financement équitable des transports («Initiative vache à lait»). En raison de la contre-campagne trompeuse reposant sur un large consensus, le résultat n'étonne guère. L'éveil des craintes déloyales inhérentes aux mesures d'économie dans tous les domaines possibles a de toute évidence opéré. En vérité, ils n'auraient pas été affectés, en particulier les transports publics, grâce au fonds FAIF. Voici pourquoi l'ASTAG déplore que les adversaires aient joué constamment le rail contre la route lors de la campagne de votation. Une collaboration entre tous les moyens de transport est nécessaire pour le trafic de marchandises et de personnes futur - inclus un financement loyal pour l'aménagement de l'ensemble des infrastructures.

La modernisation du réseau routier dans toutes les régions que comptent le pays est particulièrement urgente. Pendant des années et jusqu'à maintenant, Il a été négligé d'adapter les capacités aux besoins croissants. Par conséquent, on en arrive à des embouteillages et des obstacles tous les jours qui sont la cause de coûts économiques élevés qui mènent à des pertes de productivité pour l'industrie du transport et pèsent inutilement sur l'environnement. Il faut maintenant en finir: «Le rejet de ladite 'Initiative vache à lait' ne doit pas servir d'excuse afin de retarder encore et toujours le réaménagement de l'infrastructure routière!» constate le président central de l'ASTAG, Adrian Amstutz.

FORTA: Aucunes charges supplémentaires pour les usagers de la route Voici pourquoi l'ASTAG revendique en principe le nouveau fonds planifié pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA). Comme le rail, la route dépend d'une solution de financement assurée à long terme. Le modèle du Conseil fédéral sous sa forme actuelle ne répond pas encore aux exigences malgré les premières et timides améliorations apportées par le Conseil des Etats. Des corrections supplémentaires doivent être impérativement faites au sein du Conseil national. Primo, il faut faire en sorte que les recettes issues de l'impôt sur les huiles minérales, à l'avenir plafonné à 60 pourcent (actuellement: 50 pourcent), soient utilisées pour les caisses routières. Deuxio, l'ASTAG se prononce conséquemment contre l'augmentation prévue de la surtaxe sur l'impôt sur les huiles minérales de 4 centimes par litre. En raison du franc fort persistant et de la situation conjoncturelle difficile, toute charge supplémentaire pesant sur le transport routier, l'économie et au bout de la chaîne le consommateur est un sujet absolument tabou. Aujourd'hui déjà, les transporteurs et les automobilistes s'acquittent de plus de 80 centimes par litre de carburant à l'Etat, cela signifie plus de 60 pourcent du prix à la colonne. Troisièmement et en ce qui concerne la surtaxe sur l'impôt sur les huiles minérales, il n'est pas question d'une compensation du renchérissement automatique relevant de la seule compétence du Conseil fédéral.

Un fonds routier dans l'intérêt de tous

L'ASTAG qui a soutenu sans réserve ladite «vache à lait», et en même temps concouru constructivement au nouveau fonds routier, continuera à s'engager pour une solution adaptée. «Un FORTA loyal est dans l'intérêt de tout le pays», Adrian Amstutz en est convaincu: «Au bout du compte, l'économie, l'industrie et les consommateurs profitent d'une infrastructure routière orientée vers les besoins!» Voici pourquoi, les adversaires de ladite «Initiative vache à lait» sont priés d'observer leurs promesses. Au final, ils ont assez souvent souligné qu'un fonds routier est incontestable lors de la bataille électorale menée dans un cadre émotionnel, respectivement pendant les débats au sujet du Gothard.

Contact:

ASTAG Association suisse des transports routiers
Reto Jaussi
079 416 39 65



Plus de communiques: ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Ces informations peuvent également vous intéresser: