Ces informations peuvent également vous intéresser:

Nouvelles voitures de tourisme en 2018: Bilan d'une année automobile mouvementée

Berne (ots) - Le marché automobile de la Suisse et de la principauté du Liechtenstein a connu une année ...

Le marché des utilitaires profite de la bonne conjoncture

Berne (ots) - L'économie suisse progresse, et le marché des véhicules utilitaires en fait de même: au ...

Robot hightech pour l'usinage des tôles

St-Gall (ots) - Avec son nouveau robot, Metall Service Menziken investit dans l'avenir. Spécialement ...

15.09.2005 – 10:11

Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft

OFEFP - Accord sur le nouveau plan de mesures Cormoran: protection au bord des lacs, effarouchement le long des cours d’eau

    Berne (ots)

Berne, 15 septembre 2005

    Un nouveau plan de mesures sur le cormoran, valable aussi pour l’été, a été défini pour l’ensemble de la Suisse. Si, comme en hiver, l’effarouchement de cet oiseau piscivore reste possible le long des cours d’eau et au bord des petits lacs, le cormoran et les autres oiseaux aquatiques doivent toutefois pouvoir évoluer et nicher en toute tranquillité au bord des grands lacs et des retenues fluviales. Elaboré sous la direction de l’OFEFP par des représentants de la pêche, de la protection des oiseaux et des autorités cantonales, ce plan de mesures tient compte du fait que les cormorans sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à passer l’été en Suisse. La formation d’un comité de résolution de conflits est également prévue.

    Cormorans et pêcheurs utilisent la même ressource: les poissons. Un cormoran en ingurgite pas moins de 500 grammes par jour. Les conflits d’intérêts avec les pêcheurs sont donc prévisibles. Un premier plan de mesures a été élaboré en 1995. Celui-ci définit des lignes directrices visant à contrôler la population de cormorans afin de ne pas perturber les autres oiseaux aquatiques et permettre de protéger les espèces piscicoles menacées. Appliquées par tous les cantons, ces lignes directrices ont donné de bons résultats, comme le prouve le suivi du plan de mesures. La situation a toutefois évolué: il est de plus en plus fréquent de rencontrer des cormorans qui passent l’été en Suisse (voir encadré). C’est pour cette raison que le groupe de travail "Cormoran et pêche", composé de représentants de l’administration, de la protection des oiseaux, de la pêche et de la recherche, a procédé à une révision du plan de mesures de 1995 pour l’adapter aux nouvelles conditions.

    Le plan de mesures vise à détourner la population de cormorans desdites « zones d’intervention » – cours d’eaux et petits lacs d’une superficie inférieure à 50 hectares avec donc une population piscicole menacée – vers les « zones de non-intervention » – lacs de plus de 50 hectares et retenues fluviales. Cette subdivision, valable pour l’hiver depuis 1995, est désormais étendue aux mois d’été. Dans les zones d’intervention, les cormorans peuvent être tenus à l’écart par une présence humaine sur la berge ou dans des bateaux, par des tirs destinés à les effaroucher, mais également par des tirs destinés à les tuer. Dans les autres zones, les populations de cormorans doivent, tout au long de l’année, être surveillées et protégées de toute perturbation. Cette mesure permet également d’éviter de porter préjudice à d’autres espèces d’oiseaux partageant les mêmes habitats.

    Comité de résolution de conflits en cas de situations imprévisibles Le passé a montré qu’il était difficile de pronostiquer l’évolution des populations de cormorans et leur comportement. C’est pour cette raison que le nouveau plan de mesures prévoit également qu’un comité de résolution de conflits se réunisse lorsque certains critères sont remplis. Le comité est composé de représentants de l’OFEFP, de la Fédération suisse de pêche FSP, de l’Association Suisse pour la protection des oiseaux ASPO/BirdLife Suisse, du canton concerné et d’éventuels experts. Le comité de résolution de conflits se réunit lorsque le nombre de colonies de cormorans en Suisse passe à plus de 4 ou que le nombre de couples de cormorans passe à 100, que les pêcheurs professionnels subissent des dégâts importants ou que d’autres problèmes extraordinaires surgissent.

    Le nouveau plan de mesures 2005 est soutenu par l’ensemble des membres du groupe de travail "Cormoran et pêche" (voir encadré) et fait office de recommandation pour les cantons concernés. Seule l’Association suisse des pêcheurs professionnels n’a pas approuvé le rapport.

OFEFP  OFFICE FÉDÉRAL DE L’ENVIRONNEMENT, DES FORÊTS ET DU PAYSAGE Service de presse

Renseignements • M. Willy Geiger, sous-directeur, Office fédéral de l’environnement, des forêts et du paysage (OFEFP), tél. 031 322 90 00

Rapport • Le rapport "Suivi du plan de mesures cormoran et pêche et nouveau plan de mesures 2005" peut être téléchargé sous www.environnement-suisse.ch/peche (rapport en allemand, avec résumé et chapitre "Plan de mesures" en français)

    Oiseau migrateur devenu sédentaire Depuis les années 1970, le cormoran est devenu un hôte qui séjourne fréquemment en hiver dans les eaux suisses. Profitant des importantes populations piscicoles d’un grand nombre de lacs surfertilisés, la population de cormorans a atteint un record de 8000 individus avant de se stabiliser à 5500 individus. Bien que la teneur en éléments nutritifs ainsi que les produits de la pêche à la ligne et de la pêche professionnelle aient baissé, le cormoran est resté. De plus en plus de jeunes individus passent l’été en Suisse et, depuis 2001, le cormoran est également devenu un nicheur indigène. En 2003, 23 couples ont niché au bord du lac de Neuchâtel; en 2004, ils étaient 53 avec 100 jeunes prêts à quitter le nid – les chiffres pour l’année 2005 sont attendus au cours des prochaines semaines.

    Membres du groupe de travail « Cormoran et pêche » Les organisations et services suivants ont participé au groupe de travail « Cormoran et pêche » sous la direction de M. Willy Geiger, sous-directeur de l’OFEFP : • Association suisse pour la protection des oiseaux ASPO/BirdLife Suisse • Fédération suisse de pêche FSP • Pro Natura • Sektion Jagd- und Fischereiverwaltung, Canton d’Argovie • Inspection de la pêche, Canton de Berne • Fischerei- und Jagdverwaltung, Canton de Lucerne • Service de la faune, Canton de Neuchâtel • Kant. Fischereiaufseher, Canton de Schaffhouse • Amt für Jagd und Fischerei, Canton de St-Gall • Jagd- und Fischereiverwaltung, Canton de Thurgovie • Conservation de la faune, Canton de Vaud • Fischerei- und Jagdverwaltung, Canton de Zurich • Station ornithologique suisse de Sempach • EAWAG, Abt. Fischereiwissenschaften • Association suisse des pêcheurs professionnels. Seul membre du groupe de travail à ne pas s’associer aux décisions du plan de mesures.

Tous
Abonner Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft
  • Version imprimable
  • Version PDF

Sujets abordés dans ce communiqué

Plus de communiques: Bundesamt f. Umwelt, Wald und Landschaft