Caritas Schweiz / Caritas Suisse

« Journée internationale de tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines » Protéger les filles contre l'excision

Les migrantes et les migrants réalisent un important travail de prévention dans les communautés concernées. Texte complémentaire par ots et sur www.presseportal.ch/fr/nr/100000088 / L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels gratuite. Publication sous indication de source: "obs/Caritas Schweiz / Caritas Suisse/Heike Grasser"

Luzern (ots) - Le 6 février a lieu la Journée internationale de tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines. Cette problématique touche également la Suisse. Les filles et les femmes concernées ont droit à être protégées et soutenues. Les personnes migrantes qui font oeuvre de sensibilisation au sein des communautés jouent un rôle fondamental et contribuent grandement à la prévention.

On estime que les filles et les femmes résidentes en Suisse et concernées ou menacées par l'excision sont environ 15 000. Ces personnes nécessitent une bonne prévention médicale et une protection rigoureuse. L'excision est reconnue comme une violation des droits humains au niveau international. En Suisse, elle est interdite et considérée comme un délit. Cependant, il faut plus qu'une interdiction pour l'éviter.

Les raisons, motivations et justifications à l'excision sont multiples. Pour intervenir au sein des communautés, il faut des migrantes engagées et qui soient en mesure de sensibiliser leur entourage. En Suisse, il y a plus de 50 femmes et hommes qui organisent régulièrement des événements dans leurs communautés. Ces personnes parviennent à gagner la confiance nécessaire des mères, pères, filles et jeunes femmes concernées, avec beaucoup de patience et dans le respect des traditions. Cela leur permet d'instaurer un dialogue sur les coutumes, les droits de l'enfant et les conséquences dramatiques de l'excision. Cette oeuvre de prévention est incontournable afin de protéger les filles.

L'action de prévention au sein de communautés est portée et réalisée par le Réseau suisse contre l'excision. Celui-ci a été initié par Caritas Suisse, Terre des Femmes Suisse, Santé sexuelle Suisse et par le Centre suisse de compétence pour les droits humains. Il est financé par le Secrétariat d'État aux migrations (SEM) via le crédit d'intégration fédéral et par l'Office fédéral de la santé publique, dans le cadre du programme Migration et santé.

En plus d'oeuvrer au sein des communautés, le Réseau suisse contre l'excision gère un site Internet adressé aux personnes concernées et aux spécialistes. Il forme et conseille également des professionnels de la santé, de l'asile, de l'intégration, de la garde d'enfants, de la formation et de la protection des mineurs, car les connaissances spécifiques dans ce domaine sont souvent lacunaires. Finalement, le réseau soutient l'aménagement de lieux d'accueil dans les régions, afin de prodiguer soutien et conseil en matière sociale et médicale aux personnes concernées et aux professionnels.

Manifestations :

- Mardi 6 février 2018, 13h30 - 17h30 à Vétroz. Après-midi organisé par le SIPE à l'attention des professionnelles travaillant auprès des personnes migrantes concernées.

- Vendredi 9 février 2018, 14h00 - 17h00 à La Chaux-de-Fonds. Après-midi d'information et d'échanges autour de l'excision pour des personnes migrantes.

Contact:

Nadia Bisang et Denise Schwegler, responsables du projet Prévention
contre l'excision, Caritas Suisse, tél.: 041 419 23 55, courriel:
nbisang@caritas.ch; dschwegler@caritas.ch

Site web : www.excision.ch/reseau/



Plus de communiques: Caritas Schweiz / Caritas Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: