PRESSEPORTAL Presseportal Logo
Alle Storys
Folgen
Keine Story von JobCloud AG mehr verpassen.

21.04.2021 – 09:41

JobCloud AG

Les employé-e-s suisses préfèrent des horaires flexibles à un lieu de travail flexible

Les employé-e-s suisses préfèrent des horaires flexibles à un lieu de travail flexible
  • Bild-Infos
  • Download

Les employé-e-s suisses préfèrent des horaires flexibles à un lieu de travail flexible

« Global Talent Study » : étude internationale sur le marché de l’emploi

En Suisse, plus de 8 employé-e-s sur 10 recherchent la flexibilité en ce qui concerne les horaires de travail, un chiffre largement supérieur à la moyenne internationale. À l’inverse, seul-e un-e Suisse-sse sur dix rêve de travail à distance, ce qui est largement inférieur à la moyenne internationale. Par ailleurs, la durabilité et la diversité au travail ne cessent de gagner en importance. C’est ce que montrent les résultats de l’étude internationale sur le marché de l’emploi « Global Talent Study », menée en collaboration entre Boston Consulting Group, The Network et JobCloud (jobs.ch, jobup.ch).

Dans le cadre de l’étude « Global Talent Study 2020 », les habitudes et besoins en matière d’emploi de collaborateur-rice-s et chercheurs d’emploi originaires de plus de 190 pays différents ont été analysés et comparés. Grâce à une collaboration avec JobCloud, l’entreprise leader sur le marché de l’emploi en Suisse, l’étude donne aussi une image détaillée de la situation en Suisse.

Un tiers des sondé -e-s suisses souhaitent des horaires de travail entièrement flexibles

En ce qui concerne les horaires de travail, la Suisse se montre particulièrement exigeante : 84 % des personnes interrogées souhaiteraient avoir la possibilité de profiter d’horaires de travail au moins partiellement flexibles. Au niveau international, « seul-e-s » 64 % des sondé-e-s ont exprimé ce souhait. De plus, 31 % des travailleur-se-s interrogé-e-s en Suisse apprécieraient une flexibilité totale, la moyenne internationale étant 10 % inférieure. À l’inverse, seul-e-s 16 % des Suisse-sse-s préfèrent des horaires de travail fixes (contre 36 % à l’international). « Les modèles de travail flexibles sont déjà bien établis en Suisse, mais la disposition des employeurs à les appliquer doit considérablement s’accroître. Cela nécessite une planification minutieuse et une bonne dose de confiance en leurs collaborateur-rice-s. Les horaires de travail flexibles offrent une opportunité unique : les employé-e-s peuvent être actif-ve-s au moment où ils et elles sont le plus productif-ve-s et le plus créatif-ve-s », explique Davide Villa, CEO de JobCloud.

Une personne sur onze ne veut plus jamais retourner au bureau

La flexibilité du lieu de travail gagne également du terrain, notamment en raison de la crise du coronavirus. À l'avenir, plus de la moitié des sondé-e-s en Suisse souhaiteraient avoir deux à trois jours de télétravail par semaine. « Le télétravail ne doit pas obligatoirement avoir lieu au domicile. Si les circonstances le permettent, les employeurs devraient envisager la possibilité d’autoriser leurs collaborateur-rice-s à exercer leur activité dans un espace de coworking, dans une maison de vacances ou dans un café au calme. Cela peut largement augmenter la motivation des travailleur-se-s », explique Daniel Kessler, directeur suisse du Boston Consulting Group.

Toutefois, en matière de travail entièrement à distance, les employé-e-s suisses – tout comme ceux et celles de presque tous les pays industrialisés – se montrent plus conservateur-rice-s que la moyenne internationale. Si un quart des sondé-e-s au niveau mondial peuvent imaginer travailler uniquement à distance, ils et elles ne sont que 9 % en Suisse. À l’inverse, 14 % des travailleur-se-s interrogé-e-s en Suisse ne souhaitent aucune possibilité de travail à distance, contre 11 % au niveau international. Dans les pays en développement, comme les Philippines ou de nombreux États africains, plus de 40 % des sondé-e-s se réjouiraient de travailler de façon entièrement flexible et mobile.

La relation avec l’équipe, le facteur le plus important pour les collaborateu r-rice-s

La plupart des collaborateur-rice-s en Suisse souhaitent retourner au moins en partie au bureau. En effet, selon les résultats de l’étude « Global Talent Study », la relation avec les collègues est considérée comme la valeur la plus importante. À la deuxième place, on retrouve un bon équilibre vie professionnelle-vie privée, ce qui reflète le souhait d’avoir davantage de flexibilité dans les horaires de travail. À la troisième marche du podium figure un bon rapport avec le ou la supérieur-e.

Manque de tolérance et de protection de l’environnement : deux raisons de se détourner d’un employeur

L’étude « Global Talent Study » s’est aussi penchée sur les attentes du personnel vis-à-vis de l’employeur et du lieu de travail. Il en ressort que la protection de l’environnement et la durabilité ont fortement gagné du terrain par rapport à l’année passée, comme le confirment 7 sondé-e-s sur 10. Plus de 51 % des personnes au niveau international et 53 % en Suisse préfèrent ne pas travailler pour un employeur dont les idées en matière de développement durable ne correspondent pas aux leurs. La diversité sur le lieu de travail est un autre élément important. Ainsi, près de deux tiers des personnes interrogées pensent que la diversité et l’inclusivité sur le lieu de travail sont devenues plus importantes l’année passée, et plus de la moitié renonceraient à un employeur qui ne représente pas ces valeurs. Enfin, plus les sondé-e-s sont jeunes, plus ces valeurs sont importantes pour eux et elles.

A propos de l’étude

L’étude « Global Talent Study » est basée sur les réponses de 208’000 employés et chercheurs d’emploi originaires de plus de 190 pays différents au cours du mois d’octobre 2020. Les participants ont été interrogés sur des sujets variés, notamment « le travail à l’étranger », au moyen d’un questionnaire comptant 40 questions.

A propos de JobCloud SA

Entreprise numérique leader sur le marché suisse de l’emploi, JobCloud propose diverses solutions de recrutement. Outre les plateformes d’emploi numéros 1, comme jobs.ch, JobScout24.ch et jobup.ch, le portefeuille JobCloud comprend également des technologies tournées vers le futur. Ainsi, JobCloud détient 100 % de JoinVision EServices à Vienne, le principal prestataire de technologies multilingues de recrutement sémantique. Fondée en 2013, l’entreprise appartient aux deux groupes de presse Ringier et TX Group et emploie actuellement 200 personnes à Zurich et à Genève.

A propos de The Network

Les deux plateformes de JobCloud, jobs.ch et jobup.ch, sont membres du réseau mondial des leaders du marché de l’emploi. The Network compte près de 60 plateformes d’emploi, qui sont numéro un dans plus de 130 pays.

A propos de Boston Consulting Group

Leader mondial en matière de stratégie d’entreprise, Boston Consulting Group (BCG) est une agence internationale de conseil en management. BCG aide les entreprises de tous les secteurs et de toutes les régions du monde à saisir les opportunités de croissance et à adapter leur modèle commercial aux nouvelles exigences. BCG développe des solutions personnalisées en partenariat avec ses clients pour leur permettre d’établir un avantage concurrentiel durable, d’augmenter leur productivité et d’améliorer leurs résultats de façon durable. Fondé en 1963 par Bruce D. Henderson, BCG possède aujourd’hui des bureaux dans plus de 90 villes dans plus de 50 pays et appartient entièrement à son directeur. En 2020, BCG a dégagé un chiffre d’affaires de 8,6 milliards de dollars avec le soutien de ses 22'000 collaborateurs.

Contacts

JobCloud, Rebekka Hänggi 
T +41 44 560 70 12, rebekka.haenggi@jobcloud.ch 
Boston Consulting Group, Matthias Haymoz 
M +41 79 373 87 00, haymoz.matthias@bcg.com