Swissmem

L'industrie MEM suisse vit la durabilité

L'industrie MEM suisse vit la durabilité / Copyright Swissmem / Texte complémentaire par ots et sur www.presseportal.ch/fr/nr/100053245 / L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels gratuite. Publication sous indication de source: "obs/Swissmem"
L'industrie MEM suisse vit la durabilité / Copyright Swissmem / Texte complémentaire par ots et sur www.presseportal.ch/fr/nr/100053245 / L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels gratuite. Publication sous indication de source: "obs/Swissmem"

2 Dokumente

Zurich (ots) - L'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) fournit en Suisse une contribution importante à l'utilisation efficace des ressources rares, ainsi qu'à la réduction d'émissions polluantes. Rien qu'en Suisse, les entreprises membres de Swissmem ont baissé leur consommation d'énergie de 45% par rapport à 1990. Au cours de la même période, elles ont réduit leurs émissions de CO2 de 59%. L'industrie MEM a, en ce qui la concerne, atteint depuis longtemps les objectifs climatiques de la Confédération pour 2030. La branche MEM produit en Suisse relativement peu d'émissions - et ce avec une plus-value élevée. De ce fait, les plus grands leviers permettant de réduire davantage la consommation d'énergie et les émissions de CO2 se trouvent à l'étranger. L'industrie suisse a les technologies pour contribuer de manière substantielle à une économie durable. Afin qu'elle puisse obtenir par ses solutions un effet d'échelle dans le monde entier, elle a besoin d'un accès aux débouchés avec le moins d'obstacles possibles.

La 12e Journée de l'industrie de Swissmem a eu lieu aujourd'hui au Hallenstadion de Zurich et était intitulée « Construire l'avenir - Une industrie high-tech au service d'une économie durable ». Plus de 1 200 personnes des milieux économiques, politiques, de l'administration et de la recherche y ont pris part. Des entreprises de la branche y ont présenté leurs solutions innovantes et discuté du rôle de l'industrie vers une économie durable. En plus du Conseiller fédéral Ignazio Cassis, de nombreuses personnalités en vue se sont exprimées sur le thème de la durabilité, dont Joe Kaeser, CEO de Siemens et le président de Swissmem Hans Hess.

Grâce à leurs produits et leurs technologies, les entreprises de l'industrie MEM suisse fournissent une contribution importante dans le monde entier à l'utilisation efficace des ressources rares, ainsi qu'à la réduction d'émissions polluantes. Elles ont reconnu déjà tôt l'importance de la durabilité et sont déjà dans des phases de réalisation avancées. Comparées à 1990, les entreprises membres de Swissmem en Suisse ont réduit leur consommation d'énergie de 45% et leurs émissions de CO2 de 59% - et ce malgré une augmentation de la plus-value industrielle en parallèle. Actuellement, la part de l'industrie MEM à l'ensemble des émissions de CO2 en Suisse n'est que de 4%. L'industrie MEM suisse a, en ce qui la concerne, atteint depuis longtemps les objectifs climatiques de la Confédération pour 2030.

Les grands leviers sont à l'étranger

Une analyse de l'institut des sciences et ingénierie de l'environnement de l'EPF Zurich montre qu'environ 80% des émissions de gaz à effet de serre de l'industrie MEM suisse proviennent de la chaîne des fournisseurs étrangers. Par contre, la production industrielle en Suisse n'émet que peu d'émissions. De manière générale, comparée à la plus-value, l'industrie MEM suisse affiche des émissions relativement faibles de gaz à effet de serre et de particules fines. Les raisons résident dans la substitution des combustibles fossiles par des solutions émettant moins de CO2 et dans la réduction ciblée de la consommation d'énergie. L'industrie MEM profite en Suisse en particulier d'un mix d'électricité pauvre en CO2. Toutefois, les délocalisations à l'étranger des étapes de valeur ajoutée émettant beaucoup d'émissions ont aussi contribué à la réduction.

Les plus grands leviers pour des mesures futures de réduction se trouvent donc dans la chaîne des fournisseurs étrangers. Les entreprises MEM suisses emploient à l'étranger presque deux fois plus de collaborateurs (512 000) qu'en Suisse (325 000). Elles devraient être encouragées par la politique à prendre des mesures pour réduire le CO2 à l'étranger. Cette dernière peut le faire en tenant compte des réductions de CO2 à l'étranger autant que des réductions indigènes pour les objectifs climatiques nationaux et en concluant des accords bilatéraux correspondants avec les pays partenaires adéquats. L'accord sur le climat de Paris le permet.

Contribution mondiale des produits industriels suisses à la durabilité écologique

L'industrie MEM suisse fournit des technologies qui permettent souvent enfin une gestion durable. Une consommation d'énergie moindre, l'utilisation efficace des matières premières et des réductions directes de CO2 sont aujourd'hui des critères importants des produits et prestations des entreprises MEM suisses. En rapport avec les effets sur l'environnement, ceci est déterminant, car selon les études de cas de l'EPF, la plupart des produits MEM consomment beaucoup plus d'énergie durant leur utilisation que pour leur fabrication. Si des machines ou des installations suisses respectueuses de l'environnement sont utilisées dans un pays où la production d'électricité émet beaucoup de CO2, leurs qualités particulières auront encore plus de poids.

Par le biais de l'exportation de produits optimisés du point de vue écologique, l'industrie MEM peut avoir un effet plus grand à l'étranger qu'en Suisse en matière de réduction du CO2. Au regard de l'évolution mondiale vers une économie durable, c'est aussi un gain que les marchés mondiaux restent ouverts à l'industrie suisse. Car les nombreux contrats de libre-échange tout comme les contrats bilatéraux avec l'UE soutiennent indirectement aussi les objectifs climatiques globaux.

Durabilité sociale

Outre les composants écologiques et économiques, le terme de durabilité a aussi des aspects sociaux. L'industrie MEM suisse est aussi en bonne voie à ce niveau-là. Depuis des années, de nombreuses entreprises industrielles suisses font de grands efforts dans le domaine de la « Corporate Social Responsibility ». Elles se sont raccordées délibérément à des standards internationaux et ont formulé leurs propres principes et dispositions. C'est pourquoi les entreprises de l'industrie MEM trouvent que l'initiative sur la responsabilité des entreprises est inutile et exagérée. C'est comme une insulte à tous ceux qui s'engagent depuis des décennies et qui ont déjà atteint beaucoup de choses.

En Suisse aussi, l'industrie MEM vit la durabilité sociale. Lors de l'assemblée générale de ce matin, les entreprises membres suisses ont approuvé une nouvelle convention collective de travail (CCT) pour l'industrie MEM. C'est un accord moderne qui tient compte à part égale des évolutions de l'économie et de la société. La nouvelle CCT comprend diverses mesures visant à encourager et à former les collaborateurs dans la branche MEM. Grâce à la « passerelle MEM 4.0 », elle donne en plus une réponse concrète aux changements prévisibles dans le monde du travail de demain. La nouvelle CCT fournit ainsi une contribution durable à l'employabilité des personnes de tout âge et donc à la paix sociale en Suisse.

Contact:

Philippe Cordonier, responsable Suisse romande
Tél. +41 21 613 35 85 / portable +41 79 644 46 77
E-mail : p.cordonier@swissmem.ch

Ivo Zimmermann, chef Communication
Tél. +41 44 384 48 50 / portable +41 79 580 04 84
E-mail : i.zimmermann@swissmem.ch



Weitere Meldungen: Swissmem

Das könnte Sie auch interessieren: