Ernst & Young Schweiz

Etude sur les assurances vie 2011: Une confiance limitée dans les assureurs vie

Zürich (ots) - A peine la moitié des particuliers croit que les assureurs vie seront en mesure de tenir leurs promesses de garantie à long terme. En même temps, dans le domaine de la prévoyance professionnelle, il existe une forte demande de solutions d'assurance complètes avec garanties. Les entreprises moins importantes sont particulièrement tributaires de ce modèle. Le secteur des assurances doit réagir afin de rétablir la confiance du public. C'est ce que montre la première étude sur les assurances vie publiée ce lundi par la société d'audit et de conseil Ernst & Young.

ZURICH, LE 14 NOVEMBRE 2011 - En octobre 2011, la société d'audit et de conseil Ernst & Young a réalisé pour la première fois une vaste étude sur les assurances vie. Le sondage mené auprès de 500 particuliers et 500 PME en Suisse, a porté principalement sur l'importance des garanties et sur la clarté de l'offre des assurances vie.

Les assurances vie, un élément important de la prévoyance vieillesse Le sondage montre l'importance des assurances de rente privées: près de 85% des personnes interrogées jugent que l'assurance de rente privée représente une part importante de la prévoyance vieillesse financière, indépendamment de l'âge et du sexe. Cependant, seuls 70% des sondés disposent d'un produit d'assurance ou de prévoyance privé. «Cet écart s'explique par le manque de confiance des sondés envers les assureurs», déclare Hans-Jürgen Wolter, Partner et responsable European Actuarial Services chez Ernst & Young. Selon lui, l'environnement économique et politique actuel contribue considérablement à ce manque de confiance.

Seuls 60% des personnes interrogées considèrent les assurances vie privées comme étant des placements plus sûrs que les actions et obligations. Et ce, en dépit de la réglementation notamment en matière de solvabilité (Swiss Solvency Test, Solvabilité II UE), qui renforce notablement la protection du preneur d'assurance . Seuls 54% des sondés pensent que les assureurs peuvent tenir leurs promesses de garantie à long terme. Aujourd'hui, face à une crise financière persistante, c'est la sécurité qui compte: 84% des particuliers interrogés préfèrent un taux d'intérêt garanti et un capital garanti à un rendement plus élevé.

Les assurances de rente privées constituent un complément important au système du premier et du deuxième pilier. Environ 40% des sondés disposent d'une couverture vieillesse supplémentaire.

Les PME misent sur les solutions d'assurance complètes L'analyse des réponses relatives aux solutions de prévoyance professionnelle montre que 44% des PME ont un contrat d'affiliation avec une compagnie d'assurance. Les solutions d'assurance complètes sont largement plébiscitées: 93% des entreprises interrogées jugent que ce système, qui n'autorise pas de sous-couverture et ne fait porter aucun risque aux entreprises, est positif voire très positif. «En période d'incertitude, les solutions d'assurance complètes sont de nouveau très demandées», déclare Thomas Brotzer, Partner Insurance chez Ernst & Young. Il part du principe que cela ne devrait pas changer de si tôt.

Les garanties de prestations ont une importance essentielle: 97% des PME interrogées considèrent la solidité financière et les garanties de prestations des assurances complètes du deuxième pilier comme importantes voire très importantes. Un niveau de rendement élevé n'est plus le premier critère de choix : plus de 80% des PME accordent plus d'importance à un taux d'intérêt garanti ainsi qu'au remboursement garanti du capital versé (pas de sous-couverture). En pratique, les petites entreprises dépendent des solutions d'assurance complètes; seuls 30% des petites entreprises seraient en mesure de dégager des fonds supplémentaires pour financer un éventuel assainissement de l'institution de prévoyance. Une institution de prévoyance sur sept des PME sondées a dû être assainie au cours des cinq dernières années. Le plus souvent, les employeurs et les employés ont versé des cotisations supplémentaires. D'autres mesures d'assainissement ont consisté en une renonciation à l'intérêt sur l'avoir vieillesse et en une réduction du taux de conversion pour les nouvelles rentes.

Malgré les turbulences traversées par les marchés financiers, 90% des PME sondées jugent la solidité financière et la sécurité de leur institution de prévoyance comme bonne à très bonne. La confiance en l'avenir est cependant limitée: seuls 60% des sondés sont d'avis que les assureurs peuvent tenir leurs promesses de garantie à long terme. Le fait que les PME seraient en principe disposées à payer davantage pour des garanties montre l'importance qu'elles accordent à ce facteur. Les petites entreprises, celles qui sont les plus dépendantes des garanties, se montrent cependant plus réticentes à supporter le surcoût correspondant.

Les estimations à long terme sont certes mitigées, mais 87% des PME sondées sont satisfaites de leur solution de prévoyance actuelle et la recommanderaient à d'autres entreprises. Par ailleurs, 89% des PME jugent que les informations publiées par les institutions de prévoyance à la fin de leur exercice sont bonnes, et 94% d'entre elles sont satisfaites de la qualité du conseil et des informations de leur institution de prévoyance.

La difficulté que posent les conditions d'assurance Les particuliers comme les PME estiment que la clarté et la transparence des produits de prévoyance sont bonnes. Cependant, les particuliers, critiquent les conditions générales d'assurance peu lisibles, tandis que pour les PME ce sont les conditions des contrats d'affiliation qui manquent de clarté. Ces aspects sont considérés comme insuffisants par la moitié des personnes interrogées. 37% des particuliers éprouvent de grosses difficultés à comprendre le descriptif des produits.

Informations relatives à l'étude La présente étude consacrée aux assurances vie s'appuie sur un sondage représentatif réalisé en octobre 2011 à la demande d'Ernst & Young. L'institut indépendant d'études de marché Valid Research de Bielefeld a interrogé 500 particuliers et 500 PME en Suisse. Dans chaque PME, soit le directeur soit le responsable de la comptabilité a été interrogé. Cette étude est la première réalisée sous cette forme. Elle peut être téléchargée à l'adresse www.ey.com/ch.

Contact:

Simone Isermann
Ernst & Young
Media Relations
Tél.: +41 (0) 58 286 35 97
simone.isermann@ch.ey.com



Ces informations peuvent également vous intéresser: