PwC

Étude de PwC "Économie mondiale: les CEO retrouvent la confiance" / 17th Annual Global CEO Survey 2014

Zurich (ots) - La grande majorité des CEO (95 %) sont optimistes quant aux perspectives de leur entreprise au cours des douze prochains mois. Ce pourcentage est supérieur à la moyenne mondiale et européenne. Pour les trois ans à venir, les attentes des CEO en Suisse et de leurs homologues en Australie et au Moyen-Orient sont les plus optimistes. Cette année encore, les CEO suisses considèrent que le manque de main-d'oeuvre qualifiée pourrait constituer un frein à la croissance. À l'échelle mondiale comme en Suisse, les CEO citent les progrès technologiques et le changement démographique comme les grandes tendances des cinq prochaines années. Tels sont les résultats de la «17th Annual Global CEO Survey 2014» de PwC pour laquelle 1344 interviews ont été menées dans 68 pays.

Au niveau mondial, 39% des CEO interrogés sont «très confiants» quant à l'évolution de leurs affaires au cours des douze prochains mois. En Suisse, ils sont 42 % à se montrer « très confiants », et 53% «confiants» s'agissant des perspectives à court terme. Pour les CEO suisses, les facteurs qui risquent le plus de freiner la croissance sont le manque de main-d'oeuvre qualifiée (60%) et l'apparition de nouveaux concurrents (58%). Les CEO interrogés considèrent également la surréglementation (77 %) et les incertitudes en matière de croissance économique (74%), les déficits fiscaux et les dettes publiques ainsi que le manque de stabilité sur les marchés des capitaux (65 % chacun) comme d'importantes entraves. À l'échelle mondiale, la peur de faillites d'États arrive en deuxième place avec 71%.

Urs Honegger, CEO de PwC Suisse, résume les choses ainsi: «Les CEO suisses sont plus confiants que leurs homologues européens. Ils voient des opportunités de croissance dans le lancement de nouveaux produits et prestations ainsi que dans la croissance organique sur les marchés existants. Il est également intéressant d'observer que les CEO considèrent que l'Allemagne, suivie par la Chine et les États-Unis, recèlent les meilleures opportunités de croissance. Une main-d'oeuvre bien formée, un marché du travail libéral et le système de formation dual sont les fondements d'un pôle d'activité et d'innovation suisse solide. Nous devons veiller à préserver ces conditions-cadres.»

L'année dernière, les CEO suisses ont poursuivi leurs mesures de réduction des coûts (77%), d'externalisation de processus ou de fonctions (37%) et leurs alliances stratégiques ou joint ventures (30%). Une croissance inorganique et des alliances stratégiques sont attendues avant tout en Europe occidentale.

Grandes tendances: le progrès technologique et le changement démographique Les CEO suisses citent le progrès technique (88%), le changement démographique (70%), l'évolution de la capacité économique mondiale (53%) ainsi que la pénurie de ressources et le changement climatique (47%) comme les plus grandes tendances qui vont influencer leurs entreprises au cours des cinq prochaines années. Afin d'être mieux parés pour l'avenir, les CEO suisses investissent dans les technologies (72%) et la gestion des risques (65%). À l'échelle mondiale, les CEO préfèrent les stratégies de fidélisation de la clientèle et de développement des relations avec les clients à la gestion des risques.

Tâches du gouvernement: stabilité de la place financière, main-d'oeuvre et système fiscal Aux yeux des CEO suisses, le gouvernement helvétique doit se concentrer avant tout sur la garantie d'une place financière stable (74%), d'une main-d'oeuvre bien formée (70%) ainsi que d'un système fiscal compétitif et efficace (63%). Ils estiment que le gouvernement suisse a bien assumé sa mission.

L'étude de PwC est disponible au format PDF auprès de Claudia Sauter.

Contact:

Urs Honegger	
CEO
PwC Suisse
E-mail: urs.honegger@ch.pwc.com

Claudia Sauter
Head of PR & Communications
PwC Suisse
E-mail: claudia.sauter@ch.pwc.com


Plus de communiques: PwC

Ces informations peuvent également vous intéresser: