Administration fédérale des finances

FMI et Banque mondiale: assemblée de printemps 2002

    Berne (ots) - Le président de la Confédération Kaspar Villiger participera à l'assemblée commune de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et du groupe de la Banque mondiale, qui se tiendra à Washington les 29 et 30 avril 2002. Il sera accompagné par le conseiller fédéral Pascal Couchepin et le président de la direction générale de la Banque nationale Jean-Pierre Roth. Durant les séances du Comité monétaire et financier international (CMFI) et du Comité du développement (CD), il sera question avant tout du renforcement du système financier international, du rôle du FMI et de la Banque mondiale dans les pays à bas revenus, de l'avenir de la coopération au développement au XXIe siècle et du plan d'action de la Banque mondiale concernant la mise en oeuvre de l'initiative "instruction pour tous".

    Les débats du CMFI auront pour principal objet le renforcement du dispositif de prévention et de solution des crises financières et le rôle du FMI dans les pays à bas revenus. Suite à la crise financière argentine, la communauté internationale a davantage porté son attention sur les mesures de solution des crises plutôt que sur les mesures de prévention. L'une des principales réactions dans ce sens est la proposition d'Anne Krueger, haut responsable du FMI, visant la mise en place d'une réglementation en matière d'insolvabilité à l'intention des Etats concernés. L'objectif est de prendre des mesures afin d'éviter autant que possible la faillite de l'Etat ou de faire en sorte que celle-ci se déroule dans des conditions appropriées si elle se produit. Il reste encore à déterminer, pour atteindre cet objectif, s'il convient de créer une instance d'arbitrage internationale ou si des solutions contractuelles décentralisées suffisent.

    En ce qui concerne le rôle du FMI dans les pays à bas revenus, il s'agira d'examiner comment le FMI pourra mener à bien son mandat dans les pays concernés. La mise en oeuvre de l'initiative en faveur du désendettement des pays pauvres très endettés (initiative PPTE) montre de plus en plus clairement qu'une réduction des dettes à un niveau durable ne constitue pas une condition suffisante pour assurer la croissance économique. Il sera donc nécessaire d'axer davantage l'emploi des instruments du FMI sur la réalisation de l'objectif visé. Le CMFI débattra également des progrès obtenus dans la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

    Les principaux sujets examinés par le Comité de développement (le 21 avril) seront l'avenir de la coopération au développement au XXIe siècle et le plan d'action de la Banque mondiale concernant la mise en oeuvre de l'initiative "instruction pour tous". La question de l'efficacité de l'aide au développement avait déjà été au centre des débats lors de la conférence de l'ONU sur le financement du développement, qui s'est tenue au milieu du mois de mars à Monterrey au Mexique. Le rapport issu de la conférence réfute les reproches souvent émis, selon lesquels les moyens financiers considérables débloqués par les pouvoirs publics en faveur des pays en développement au cours des cinquante dernières années n'auraient pas produit de résultats notables. La Banque mondiale conclut que l'aide accordée a été utile et efficace dans les pays qui se sont distingués par une politique économique et sectorielle exemplaire; la Suisse partage cet avis. L'initiative "instruction pour tous" vise à assurer d'ici 2015 une scolarisation au niveau de l'école primaire pour tous les enfants et à éliminer d'ici 2005 la discrimination scolaire basée sur le sexe. La Banque mondiale estime toutefois que les risques d'un échec dans ce domaine sont très élevés. C'est pourquoi elle propose dans son plan d'action que les donateurs bilatéraux et multilatéraux attribuent leurs moyens techniques et financiers aux pays qui réforment leur système d'éducation.

    Les séances du CMFI et du CD seront précédées d'une réunion de ministres consacrée aux problèmes économiques importants de sept pays pauvres issus de l'ex-Union soviétique (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Kirghizistan, Moldavie, Tadjikistan, Ouzbékistan). Lors de l'assemblée du FMI et de la Banque mondiale, les thèmes abordés seront notamment le faible taux de croissance économique, la progression inquiétante de l'endettement et l'aggravation de la pauvreté. Pour traiter les problèmes cités, il s'agira de lancer une initiative liant les institutions financières internationales, les autorités des pays concernés et les principaux pays créanciers et donateurs.

    Les sites Internet du FMI (www.imf.org) et du groupe de la Banque mondiale (www.worldbank.org) contiennent une foule d'informations officielles au sujet de l'assemblée de printemps.

ots Originaltext: AFF
Internet: www.newsaktuell.ch

Contatto:

DEPARTEMENT FEDERAL DES FINANCES (DFF)

DEPARTEMENT FEDERAL DE L'ECONOMIE (DFE)

DEPARTEMENT FEDERAL DES AFFAIRES ETRANGERES (DFAE)

Services de presse et d‘information

Renseignements:  

- Giorgio Dhima, Administration fédérale des finances, tél.:
031 322 60 48;  

- Patrick Belser, secrétariat d'Etat à l‘économie, tél.: 031
325 05 77;  

- Walter Hofer, DDC, tél.: 031 322 34 16.
  
  
Département fédéral des finances DFF
Communication
CH-3003 Berne
Tél.: ++41 (0)31 322 60 33
Fax: ++41 (0)31 323 38 52
e-mail: info@gs-efd.admin.ch
Internet: http://www.dff.admin.ch



Plus de communiques: Administration fédérale des finances

Ces informations peuvent également vous intéresser: