ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Le "Klimaexpress" pour Copenhague: Le conseiller fédéral Leuenberger nuit à notre environnement - l'autocar produirait beaucoup moins de CO2!

Bern (ots) - Le conseiller fédéral Moritz Leuenberger avait annoncé avec fanfaronnade que son voyage en train pour se rendre à la conférence sur le climat à Copenhague était synonyme de «mobilité écologique». Or, en vérité le train spécial de la délégation suisse présente un bilan écologique douteux: deux autocars produiraient beaucoup moins de CO2 que le "Klimaexpress". Et ils coûteraient trois fois moins! Le «Klimaexpress», utilisé par le conseiller fédéral Moritz Leuenberger et ses 80 invités pour se rendre à la conférence climatique de Copenhague est en fait plus une décision idéologique irréfléchie qu'une idée intelligente. Au cours de la phase préparatoire, le ministre des transports avait annoncé avec beaucoup de grandiloquence que son voyage devait être aussi écologique que possible. Or, en vérité, le train spécial utilisé par la délégation suisse présente un bilan écologique particulièrement douteux. Il faut en effet savoir que la composition aux dimensions très généreuses composée d'une locomotive et de neuf (!) wagons, consomme plus d'énergie par km/siège qu'un train régional peu occupé. De plus, le mixe d'énergie allemand pour le rail provient environ pour les deux tiers de centrales à charbon. La pollution indirecte de CO2 est de ce fait beaucoup plus élevée que lors d'un trajet effectué uniquement en Suisse où la plus grande partie de l'énergie provient de centrales hydrauliques. «Avec ce 'Klimaexpress', le conseiller fédéral Leuenberger roule sur une voie de garage écologique», constate Adrian Amstutz, président central de l'Association suisse des transports routiers ASTAG / CarTourisme Suisse. Et tout à fait accessoirement: la délégation ne produit pas uniquement de façon inutile du CO2, mais elle dilapide également les recettes fiscales! Deux autocars pour transporter la délégation suisse coûteraient environ 15'000 francs, alors que le train coûtera 65'000 francs! L'autocar: une variante plus écologique et plus économe Dans tous les cas, le ministre des transports s'en serait tiré à bien meilleur compte écologiquement parlant, s'il s'était décidé pour l'autocar. «Grâce aux importantes améliorations techniques, les émissions de CO2 des autocars ont massivement diminué ces dernières années», souligne Adrian Amstutz. Avec deux véhicules, qui auraient offert beaucoup de confort aux 80 passagers, la consommation spécifique d'énergie aurait été beaucoup plus basse par km/siège. «De plus, le 'Klimaexpress' et ses 65'000 francs est beaucoup plus onéreux que la variante autocar», regrette le président central de l'ASTAG / CarTourisme Suisse. Cher Monsieur le conseiller fédéral Moritz Leuenberger, enlevez vos lunettes idéologiques. L'environnement vous en remerciera! Pourtant de la même manière que le trafic ferroviaire bénéficie toujours de subventions croisées massives aux dépens de la route, il semble que les coûts ne jouent ici aucun rôle. «Moritz Leuenberger prouve malheureusement une fois de plus qu'il considère le trafic d'un oeil uniquement idéologique», selon Adrian Amstutz. L'ASTAG / CarTourisme Suisse exige donc que les autorités se distancent enfin des clichés et des idées préconçues. Des connaissances spécialisées, de l'objectivité et la conscience des coûts sont requises - également des autorités fédérales! Contact: ASTAG Association suisse des transports routiers Michael Gehrken 079 613 75 64

Plus de communiques: ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Ces informations peuvent également vous intéresser: