Département fédéral de l'économie

Création des hautes écoles spécialisées: bilan intermédiaire positif

    Berne (ots) - Entrée en vigueur il y a quatre ans, la loi sur les hautes écoles spécialisées a permis de convertir plus de 60 anciennes écoles supérieures en sept HES et d´ajouter à leur traditionnelle mission d´enseignement de nouvelles tâches comme le transfert de technologie et la recherche appliquée. La mise en œuvre de ce mandat de prestations élargi avance bien, et le niveau de développement des HES est satisfaisant. Certains efforts restent cependant à faire d´ici à la fin de la phase de création des HES en 2003 concernant le regroupement des filières et la mise en place de pôles de recherche et d´enseignement. Tels sont en substance les résultats du rapport intermédiaire sur la création des HES que la Commission fédérale des hautes écoles spécialisées (CFHES) a présenté cet automne au Conseil fédéral. Ce dernier fera suivre ce rapport au Parlement avec un avis positif.

    En ce qui concerne le renouvellement des autorisations que les HES devront solliciter en 2003, le Conseil fédéral indique dans son avis qu´il portera une attention particulière aux points suivants:

    - Réalisation des objectifs supérieurs de la réforme des HES; création d´un domaine des hautes écoles complémentaire: cela présuppose que les HES visent une qualité élevée dans l´exercice de leurs tâches et que les ressources disponibles soient utilisées de manière efficace et ciblée. L´idée de créer sept HES s´est imposée : elle est aujourd´hui largement acceptée et le Conseil fédéral maintient sa volonté de la réaliser. Les filières qui relèvent encore de la compétence des cantons devront être intégrées dans les sept HES au plus tard lorsque la loi sur les HES aura été révisée.

    - Respect des conditions posées dans les décisions d´autorisation: Le rapport de la CFHES montre que le regroupement de filières exigé par le Conseil fédéral est justifié. Il est vrai que la réalisation de ces exigences bute encore contre certains obstacles, mais aucun élément ne plaide en faveur d´un changement fondamental d´orientation ou d´une révision de ces exigences.

    - Mise en place de pôles de recherche et d´enseignement: Les HES pourront ainsi se profiler au niveau régional, national et international, ce qui sera favorable tant pour les professionnels qui souhaitent approfondir leur formation que pour l´économie. Pour ce faire, les HES doivent atteindre une certaine taille - ce qui ne va pas toujours sans difficultés - mais les mesures déjà prise, ou celles qui sont planifiées, vont dans la bonne direction.

    - Développement des compétences en recherche appliquée et développement: Cet aspect du mandat de prestations élargi des HES est l´un des enjeux majeurs de la réforme. Les HES ont intensifié leurs contacts avec les milieux scientifiques ainsi qu´avec les entreprises. Toutefois, dans ce dernier domaine, de grands progrès restent à faire.

    - Répartition des tâches et coopération au niveau national et international entre les HES et les hautes écoles universitaires: La Confédération et les cantons mènent une politique visant à intégrer rapidement les HES dans le réseau des hautes écoles suisses. Cette intégration passe par une intensification de la coopération et par une répartition judicieuse des tâches entre les HES et les hautes écoles universitaires dans le cadre des pôles de recherche et d´enseignement. A cet égard, certains projets entre les HES et les Ecoles Polytechniques fédérales sont particulièrement avancés.

ots Originaltext: DFE
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Robin Tickle, Chef de la communication, DFE, tél. +41 31 322 20 25ou
Thomas Bachofner, Presse et communication, OFFT, tél. +41 31 322 21
24.



Plus de communiques: Département fédéral de l'économie

Ces informations peuvent également vous intéresser: