Fondation Terre des hommes

Situation dramatique des enfants afghans réfugiés au Pakistan: Terre des hommes donne l'alerte

Un enfant afghan réfugié collecte des ordures dans les rues de Peshawar.

Voir image: www.newsaktuell.ch/f/galerie.htx?type=obs

    Lausanne (ots) - La condition des enfants réfugiés afghans en situation de rue au cœur d'University Town, un quartier à Peshawar (Pakistan), est grave. Ceci ressort du témoignage fait par le coordinateur d'urgence de Terre des hommes en Afghanistan, Xavier Brun. Opérant en Afghanistan et au sein des camps de réfugiés, aucune Organisation Internationale n'a jusqu'à aujourd'hui développé de programme pour ces enfants afghans. Terre des hommes est déterminée à combler cette lacune.

    Une centaine d'enfants réfugiés âgés de 5 à 12 ans collectent du papier, du plastique ou du verre dans les poubelles dans les rues de Peshawar. Ces enfants sont souvent issus de famille monoparentale, la condition de leurs mères, veuves sans soutien témoigne de la détresse des Afghanes, même à Peshawar.

    Xavier Brun, spécialiste en coordination d'urgence à Terre des hommes, parle du camp de Jalozai près de Peshawar, où s'entassent entre 60'000 et 80'000 Afghans, ayant échappé à la sécheresse et au conflit entre les forces du commandant Massoud et les Talibans, sur un terrain qui est prévu pour 15'000 personnes. La situation à l'intérieur du camp est particulièrement précaire, l'espace vital est tellement réduit et les risques d'épidémie y sont si importants que le camp de Jalozai est qualifié par la presse pakistanaise de « premier camp de concentration pakistanais ». L'état de pauvreté touchant surtout les derniers arrivés favorise le passage de l'enfant du camp à la rue.

    Il est difficile pour les organisations humanitaires de faire pression sur les autorités pakistanaises, vu que le pays n'a pas ratifié la Convention de Genève de 1951 sur les réfugiés. Par conséquent, les Afghans de Jalozai ne peuvent pas être enregistrés comme tels et en partie risquent d'être transférés dans d'autres camps ou bien même d'être ramenés à la frontière.

    Les enfants confrontés à la détresse de leurs parents, à leur dépendance vis à vis de l'aide humanitaire, trouvent dans la rue les ressources nécessaires pour subvenir à leurs propres besoins. Ces enfants commencent à perdre leur enfance dans l'indifférence de tous. C'est ainsi que Terre des hommes veut s'engager en lançant un projet qui prévoit des centres d'écoles mobiles à Peshawar pour éviter le risque que ces enfants soient récupérés par certaines madrassas, des écoles coraniques qui forment les talibans. L'intention est de créer des espaces où les enfants ont la possibilité d'apprendre et de jouer. En plus, il est prévu de lancer un projet d'évaluation commun avec le département de sociologie de l'université à Peshawar.

    CCP : 10-11504-8 (Mention « Afghanistan »)

ots Originaltext: Terre des hommes
ops Originalpicture: www.newsaktuell.ch/f/galerie.htx?type=obs
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Dr. Daniel Stöcklin, sociologue et personne ressource enfants en
situation de rue à Terre des hommes, tél. +41 21 654 66 09,
e-mail: dst@tdh.ch

Thomas Kurmann, chargé de communication, tél. +41 1 242 80 69,
e-mail: tku@tdh.ch



Ces informations peuvent également vous intéresser: