Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Le conseil de l'ISPA: baignade et alcool ne font pas bon ménage

      Lausanne (ots) - Lorsqu'il fait beau et chaud, les lacs et les
fleuves invitent à la baignade et à la pratique des sports
aquatiques. Il faut alors se rappeler que se baigner, plonger,
naviguer avec un bateau pneumatique ou un voilier peuvent être
dangereux lorsqu'on a consommé de l'alcool. L'Institut suisse de
prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA) recommande
donc de s'abstenir de toute consommation d'alcool quand on pratique
des sports nautiques.

    Chaque année en Suisse, plusieurs dizaines de personnes, en majorité des hommes, meurent par noyade et environ 15'000 se blessent en pratiquant un sport aquatique. Une partie de ces accidents sont dus à l'alcool. On ne dispose pas de chiffres précis pour la Suisse, mais plusieurs études réalisées à l'étranger mettent en évidence une forte relation entre la consommation d'alcool et les accidents de baignade ou de bateau.

    A partir d'une alcoolémie de 0,2 pour mille, l'alcool accroît la propension à prendre des risques et amoindrit la faculté de concentration. Les personnes alcoolisées sont moins attentives aux dangers possibles et tendent à les sous-estimer. Dans l'eau, cela peut s'avérer fatal: la témérité, l'insouciance et la tendance à présumer de ses forces - conduisant par exemple à se croire capable d'affronter une distance donnée ou un courant fort - sont en effet à l'origine de beaucoup d'accidents liés aux sports aquatiques.

    Une intoxication alcoolique entraîne des problèmes de vue, des troubles sensori-moteurs (mouvements de routine) et de l'équilibre, ces phénomènes augmentant le risque d'accidents pour les nageurs et les conducteurs de bateaux. Or piloter un bateau exige la même concentration que conduire une voiture, raison pour laquelle la loi prévoit des peines d'emprisonnement et des amendes pour sanctionner les personnes qui conduisent un bateau après avoir consommé de l'alcool d'une manière réduisant notablement leur aptitude à conduire.

    Des études confirment les risques

    Selon une étude réalisée aux Etats-Unis, une personne pilotant un bateau avec 0,5 pour mille encourt quatre fois plus de risque d'avoir un accident mortel qu'une personne qui n'a pas bu. A 1,0 pour mille, ce risque est même dix fois plus grand. Et les passagers sont tout autant concernés que le pilote lui-même!

    De nombreuses études étrangères, menées essentiellement aux Etats-Unis, indiquent que la consommation d'alcool est très fréquente chez les adeptes des sports nautiques. Dans plusieurs de ces études, on a constaté que 25 à 50% des victimes de noyade avaient de l'alcool dans le sang; un grand nombre d'entre elles avaient une alcoolémie de 0,8 pour mille ou plus. L'alcool était en jeu chez de nombreuses personnes blessées gravement à la colonne vertébrale après avoir sauté dans l'eau.

    La Fondation ISPA formule donc les recommandations suivantes:

    - N'allez pas nager ou plonger après avoir bu de l'alcool.     - Ne conduisez jamais un bateau lorsque vous avez bu.     - Ne montez pas à bord d'un bateau dont le conducteur a bu.

    Vous trouverez également ce communiqué de presse sous : http://www.sfa-ispa.ch/index.php?IDtheme=26&IDarticle=1178&IDcat7visi ble=1&langue=F

ots Originaltext: SFA-ISPA
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Janine Messerli
Tél.         +41/21/321'29'74
Courriel: jmesserli@sfa-ispa.ch



Plus de communiques: Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: