Bundesamt für Polizei

Diminution des saisies de fausse monnaie Recul pour le franc suisse, nouvelle hausse pour l'euro

(ots) - Berne, le 16.06.2005. L'an dernier, le Commissariat Fausse monnaie de la Police judiciaire fédérale (PJF) a saisi 44 104 fausses pièces et faux billets, toutes devises confondues, contre 69 729 en 2003, soit une diminution de 37 %. Le nombre de contrefaçons du franc suisse saisies est nettement plus bas qu'en 2003, tandis que le nombre de contrefaçons de l'euro a augmenté de 50 %. Le Commissariat Fausse monnaie relève que la meilleure solution pour se protéger des falsifications consiste à se familiariser avec les éléments de sécurité figurant sur les coupures authentiques. La statistique 2004 du Commissariat Fausse monnaie de la PJF montre que, durant l'année considérée, des contrefaçons de 21 devises ont été saisies. Pour le franc suisse, les chiffres se montent à 339 fausses pièces (contre 553 en 2003) et 7938 faux billets (contre 20 974 en 2003). Le total des contrefaçons du franc suisse saisies s'élève donc à 8277, soit presque 62 % de moins qu'en 2003 (21 527). Quant à la valeur de ces contrefaçons, on enregistre une diminution nettement plus marquée: près de 4,1 millions de francs en 2004, soit 77 % de moins qu'en 2003 (18 millions). Sur ces 4,1 millions de francs suisses, seuls 300 000 francs ont causé de réels dommages. Les contrefaçons restantes ont été saisies sur les faussaires ou lors de perquisitions et ont donc pu être retirées à temps de la circulation. Si l'on compare ces sommes avec le volume moyen des billets circulant sur le marché, soit 34 milliards de francs suisses, il s'avère que la problématique de la fausse monnaie ne constitue pas une réelle entrave à l'économie suisse. La majorité des contrefaçons du franc suisse, à savoir 2351 billets dont la valeur nominale s'élève à 2,3 millions de francs (contre 17,6 en 2003), ont été saisies dans le cadre d'escroqueries à l'opération de change, également appelées ripdeals (cf. http://www.fedpol.ch/f/aktuell/warnung/ripdeal.htm). Il s'agit avant tout de contrefaçons de relativement mauvaise qualité réalisées à l'aide du procédé offset. En 2004, 4256 faux billets (contre 2898 en 2003) d'une valeur de 630 000 francs (contre 350 000 en 2003) réalisés à l'aide d'imprimantes à jet d'encre ont en outre été saisis. Le nombre de contrefaçons réalisées à l'aide d'un photocopieur laser couleur se monte à 1322 (contre 425 en 2003) et représente une valeur de 1,1 million de francs (contre 49 580 en 2003). Dans ce genre de contrefaçons, la qualité tend certes à s'améliorer, il n'en reste pas moins que les faussaires essaient rarement d'imiter les éléments de sécurité. 14 497 fausses pièces et faux billets d'euros ont été saisis en 2004 en Suisse, contre 9607 en 2003. Ce chiffre correspond approximativement au nombre de falsifications des monnaies nationales avant le passage à l'euro. En ce qui concerne les billets d'euros, il s'agit dans 1452 cas de contrefaçons réalisées à l'aide du procédé offset et reproduisant les éléments de sécurité. Comment se protéger des falsifications? Le meilleur moyen de se protéger des falsifications consiste à se familiariser avec les éléments de sécurité figurant sur les billets de banque authentiques. Cela est valable tant pour les coupures en francs que pour celles en euros et celles d'autres devises étrangères. Si vous doutez de l'authenticité de votre billet de banque, comparez-le avec un billet que vous savez authentique ou faites-le vérifier sans tarder auprès d'une banque ou d'un bureau de change officiel. Vous trouverez des recommandations pour vous protéger des falsifications à l'adresse suivante: www.fedpol.ch, à la rubrique "Thèmes" - "Faux monnayage". Des informations concernant les éléments de sécurité des euros sont disponibles sur le site suivant: www.ecb.int/bc/banknotes/security/recognise/html/index.fr.html. Par ailleurs, la "Statistique faux monnayage 2004" est disponible sur Internet à l'adresse: http://www.fedpol.ch/d/themen/falschgeld/stat/2004_Stat_D.pdf. Pour de plus amples informations: Roger Schmidt, fedpol, tél. 031 / 322 79 54

Ces informations peuvent également vous intéresser: