Lungenliga Schweiz / Ligue pulmonaire Suisse / Lega polmonare svizzera

Ligue pulmonaire: Le tabagisme passif nuit à la santé

Berne (ots) - On sait depuis quelques années que le tabagisme passif est dangereux, et les résultats de la grande étude suisse réalisée sur le thème de la pollution atmosphérique et des maladies des voies respiratoires, SAPALDIA, le prouvent. La fumée de tabac contient près de 4500 substances chimiques, dont au moins 40 sont considérées comme cancérigènes. Les non-fumeurs qui se trouvent dans des pièces fermées avec des fumeurs, respirent involontairement une grande partie de ces substances nocives. Le tabagisme passif augmente non seulement les risques de développer un cancer du poumon, mais il favorise aussi d'autres maladies des voies respiratoires et du système cardiovasculaire. Le tabagisme passif favorise les maladies des voies respiratoires Les premiers résultats de l'étude SAPALDIA sur le thème du tabagisme passif et des maladies des voies respiratoires sont parus dès 1994. Les chercheurs ont évalué les données concernant 4197 non-fumeurs. Parmi ces non-fumeurs, 1260 ont déclaré avoir été exposés en partie pendant des décennies à la fumée de tabac d'autres personnes (groupe de fumeurs passifs). La comparaison entre le groupe de non-fumeurs qui n'ont pas eu à respirer régulièrement la fumée de tabac et le groupe de fumeurs passifs a donné des résultats très nets. Les participants du groupe des fumeurs passifs souffraient plus fréquemment de difficultés respiratoires telles que toux et expectorations, et respiration courte et sifflante. Plus les non-fumeurs sont exposés à la fumée des autres pendant longtemps, plus leur risque de développer une bronchite chronique ou de l'asthme est grand. La seule maladie touchant fortement le groupe de non-fumeurs qui a fait l'objet d'une étude était le rhume des foins. Le tabagisme passif ne semble donc pas favoriser le rhume des foins. Le tabagisme passif est particulièrement dangereux pour les personnes présentant une hypersensibilité des voies respiratoires Une évaluation des données SAPALDIA réalisée en 2006 a mis en lumière l'effet du tabagisme passif sur les personnes présentant une hypersensibilité des voies respiratoires. Les 1661 participants à l'étude SAPALDIA qui ont été inclus dans l'évaluation étaient tous des non-fumeurs qui ne souffraient d'aucune difficulté respiratoire. Le premier examen de la fonction pulmonaire réalisé en 1991 a révélé une hypersensibilité des voies respiratoires chez 13 % d'entre eux. Onze ans plus tard, les mêmes participants ont été examinés à nouveau. Constater qu'un grand nombre de participants à l'étude - fumeurs passifs - souffraient de difficultés respiratoires n'a pas été une surprise. Celles-ci étaient particulièrement graves chez les fumeurs passifs présentant une hypersensibilité des voies respiratoires. La combinaison tabagisme passif et hypersensibilité des voies respiratoires semble fortement augmenter le risque de développer des maladies des voies respiratoires. Tabagisme passif et asthme Quels sont les effets du tabagisme passif sur les personnes qui souffrent déjà d'une maladie des voies respiratoires? Les chercheurs de l'étude SAPALDIA ont voulu répondre à cette question en 2000. Ils ont comparé les effets du tabagisme passif au travail sur la fonction pulmonaire de personnes asthmatiques et non-asthmatiques. Sur les 3534 non-fumeurs au total inclus dans l'évaluation, 325 étaient asthmatiques. La mesure de la fonction pulmonaire a montré que ce sont surtout les fumeuses passives asthmatiques qui affichent de mauvaises valeurs. Deux explications possibles à ce résultat: - Fondamentalement, les femmes semblent être plus sensibles au tabagisme passif que les hommes. - Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à travailler dans des endroits très enfumés (restaurants, bars, etc.). Sur ces lieux de travail, aucune possibilité n'a été offerte jusqu'à présent aux employés pour échapper à la fumée du tabac. Quelques politiciens ont reconnu le problème du "tabagisme passif". L'initiative parlementaire "Protection de la population et de l'économie contre le tabagisme passif" du Conseiller national Prof. Felix Gutzwiller, vise à protéger la population du tabagisme passif. La nouvelle disposition entraînerait l'interdiction de fumer sur les lieux de travail et donc dans la plupart des cas aussi dans les lieux publics. Encart SAPALDIA Qu'est-ce que SAPALDIA? SAPALDIA est l'abréviation de "Swiss Study on Air Pollution And Lung Diseases In Adults" (Étude suisse sur la pollution de l'air et les maladies respiratoires chez l'adulte), une étude sur le long terme réunissant des pneumologues, des épidémiologistes, des allergologues, des météorologues et des spécialistes de l'hygiène de l'air. L'étude tend à découvrir les relations entre les polluants atmosphériques et les maladies des voies respiratoires et cardio-vasculaires en Suisse sur une longue période. Jusqu'à présent, il n'y a eu que peu d'études de ce type dans le monde. De nombreux articles sur l'étude SAPALDIA sont parus ces 10 dernières années dans les journaux médicaux spécialisés. SAPALDIA 1 La première partie de l'étude à long terme (SAPALDIA 1) a démarré en 1991 dans huit localités de Suisse : plus de 9'000 personnes au total, âgées de 18 à 60 ans et vivant dans ces localités, y ont participé. SAPALDIA 2 En 2001, les chercheurs ont poursuivi l'étude avec SAPALDIA 2. Elle a permis de mesurer l'évolution de la qualité de l'air et son influence sur la santé des personnes qui avaient déjà participé à SAPALDIA 1. Vous trouverez de plus amples informations sous: http://www.tabac.liguepulmonaire.ch et http://www.proaere.ch ots Originaltext: Ligue pulmonaire suisse Internet: www.presseportal.ch/fr Contact: Ligue pulmonaire suisse Monsieur Simon Küffer Südbahnhofstrasse 14c 3000 Berne 14 Tél.: +41/31/378'20'50 E-Mail: s.kueffer@lung.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: